mardi 4 mars 2014

Dans la peau de Marie Stuart de Marie Laurent

http://editions-artalys.com/hors-reel/dans-la-peau-de-marie-stuart/
Editions Artalys, Déc 2013, 54 pages, 1,99€ Ebook


Jeune Anglaise frivole, Susan ne s’intéresse guère à l’histoire de son pays, contrairement à son fiancé James. Mais le décès d’un oncle la propulse dans un cottage des bords du Loch Leven, où Marie Stuart avait été emprisonnée en 1567. Elle se découvre de surprenantes affinités avec la reine déchue, tandis que flotte sur elle l’ombre de la mystérieuse et antipathique Moïra Mac Grégor, ancienne gouvernante de son oncle. Et son voyage en Écosse se transforme en un saut temporel totalement inattendu.

Cette nouvelle nous raconte l’expérience « paranormal » de Susan, une jeune Londonienne de 25 ans, bourgeoise et superficielle, qui après la mort de son oncle qu'elle n'aimait pas (car il ne se souciait pas d'elle), se retrouve en Ecosse (près de Perth), afin de régler une affaire d’héritage. L’oncle possède un cottage au bord d'un Loch qui lui revient. Avec son fiancé, James, elle profite de ce séjour pour visiter l’ancien château qui a accueilli/gardé prisonnière la Reine Marie Stuart. Sur place, Suzie est troublée tout le long, et surtout, après avoir découvert la pierre tombale des jumelles mortes nées de la Reine. Le soir, Susan se retrouve propulsée dans la peau de la Reine d’Ecosse, dans un moment de profond désespoir, après la fausse couche des jumelles mortes nées…

Les personnages sont, selon moi, le point fort de cette nouvelle. L'écrivain Marie Laurent, dont j’ai apprécié la plume, nous dépeint le caractère de son héroïne, Suzie et de ses sentiments avec beaucoup de détails. J’ai adoré notamment la description de son fiancé, James,  qui est  loin des clichés. Archiviste au look ringard, James n'est pas très beau, mais les qualités (et la voix) ont séduit notre héroïne. Eh oui, l’amour a ses raisons que la raison ignore. J’adore !  Par contre, j’ai eu plus de mal avec Suzie, dont le côté superficiel et pourri gâté m’a un peu agacée… mais bon on peut bien tenir 52 pages avec Miss jamais satisfaite.
Et puis, le personnage le plus important à mes yeux, c'est Marie Stuart, ce personnage historique dont on découvre ici un fait marquant dans sa petite histoire de femme qui est resté insignifiant pour la grande Histoire.

Le voyage dans le temps était le moment que j'ai le plus attendu dans cette histoire, - il faut dire que le titre nous vend cette "transposition" de l’héroïne dans la peau de la Reine Marie MAIS au final cet aspect est peu exploité et c'est vraiment dommage ! Il y avait de quoi faire un roman entier rien qu'avec cette idée géniale... En tout les cas, moi je suis preneuse. J'adore les romans/séries tv/films qui mettent en scène des personnages historiques. Bien entendu, la fin justifie assez bien la volonté de l'auteur de "peu" approfondir cet aspect. Je trouve cela crédible (pourquoi pas, hein?!) mais alors pourquoi un doute subsiste-t-il encore à la fin ?


 Je remercie les éditions Artalys pour cette jolie découverte. J'ai apprécié cette nouvelle. J'ai ainsi eu la chance de lire un nouvel écrivain, retrouver les paysage de l'Ecosse que j'adore (et que je connais) et découvrir un peu de l'histoire de Marie Stuart que je ne connaissais pas encore. Cette petite mise en bouche m'a donné l'appétit...Je souhaite en apprendre d'avantage sur Marie Stuart. J'ai été conquise par le style d'écriture de Marie Laurent et je surveillerais ses prochaines publications.


3/5


Un service presse en partenariat avec Artalys

http://editions-artalys.com/