lundi 12 mai 2014

Le Réceptionniste de Daniel Nguyen


Format eBook


"Dur métier que celui de réceptionniste.


Mon nom de baptême, Martin. J’ai 25 ans, originaire de Toulouse, la ville rose. Je n’ai pas de passion, des désirs simples, peu d’ambition. Je n’ai pas fait d’études. J’aimais trop me laisser vivre. J’ai commencé comme garçon de café, puis garçon de salle à Toulouse dans une brasserie la place du Capitole.

Et puis, j’ai eu envie de découvrir autre chose. Je suis monté à la capitale, il y a trois ans. La réalité m’y a vite rattrapé. Trouver un boulot pas trop contraignant, un logement douillet et pas trop loin, dans un quartier animé. J’ai mis un an à m’habituer aux parisiens. Chez moi, on sourit, on discute, on prend le temps. Ici, les gens passent, font la gueule, surtout ne s’adressent pas la parole. J’aime le contact et j’en suis un peu frustré.

J’ai commencé dans ma branche, garçon de café dans le quartier latin, au Lutetia, un petit café de quartier. J’y suis resté presque un an. C’était sympathique, le patron et sa femme compréhensifs, les clients pour la plupart des habitués, mais peu de pourboires. Dans ce métier, c’est très important.
J’ai ensuite trouvé une place de serveur dans un restaurant non loin de là, chez Momo. Pas facile le midi. Les clients sont trop pressés, ne discutent pas, et laissent peu de pourboire, à part les touristes étrangers. Il y avait pourtant des habitués différents, dont mon patron actuel, Jean-Marc. Il tient l’Hôtel D-Lys."
Un jeune homme anonyme, ordinaire, monte sur Paris. Garçon de café, puis serveur dans un restaurant, il finit par trouver une place de réceptionniste dans un petit hôtel familial du quartier latin, l'hôtel D-Lys.Ses quelques instants de liberté sont consacrés aux échecs, dans les jardins du Luxembourg.
Découvrant le sexe, puis l'amour, il sera, malgré lui, confronté au pouvoir, ses tentations et ses perversions.
C'est avec une distance certaine, comme au travers du prisme d'une caméra de vidéo surveillance que l'on suit les mésaventures de Martin découvrant un monde clos et souterrain.

Tout d'abord je tiens à remercier l'auteur Daniel Nguyen pour ce service presse et Tamy pour sa gentillesse. Ils m'ont proposé de lire et chroniquer ce livre, ce que j'ai accepté... 
Mais voilà, on ne peut pas toujours aimer, et je peux dire avec certitude après 75% de lecture que Le réceptionniste n'est pas une lecture pour moi. 

L'histoire est narrée du point de vue de Martin, jeune homme de 25 ans, fraîchement embauché comme réceptionniste dans un hôtel touristique, l'hôtel des D-Lys. Il va très vite s'apercevoir que l'hôtel accepte aussi de louer des chambres à l'heure pour certains couples (comme beaucoup d'hôtels en fait), les chambres du 4ème étage leur étant réservés. 
Pourquoi ?  Le 4ème étage de cet hôtel est "particulier"... 
Les femmes de chambres Isabelle et Marion vont lui faire découvrir ce que recèle ce 4ème étage : un local de service donnant vue sur toutes les chambres de l'étage par le biais de miroirs sans tain situés dans chacune d'elles. Bienvenue dans le monde du voyeurisme ! 
L'histoire aurait pu s'arrêter là, et Martin nous raconter ses "anecdotes" mais détrompez vous !! 
Ce n'est pas du tout ça ! Derrière ces miroirs sans tain, ce petit côté "coquin voyeur" le 4ème étage cache bien des secrets !! Nous embarquons dans un monde sombre et obscur. Martin va y rencontrer l'amour certes mais surtout un univers horrible, dépravé, dont une fois mis les pieds il est très difficile (voir impossible) de s'en retirer sans subir  ses conséquences.

Martin est un personnage attachant, un peu naïf (comme moi) au départ, il va devenir par la force des choses, euh... Je ne sais pas comment le décrire... Mais il sera beaucoup moins cool dirons nous.

Le début commence plutôt gentiment, avec beaucoup de sensualité, une partie d'échecs sexy et coquine comme j'aime entre Martin et Marie la propriétaire de l'hôtel... Un vocabulaire de l'auteur très gastronomique  pour décrire les scènes érotiques comme : "Pistil, berlingot, abricot, moule, langoustine, langouste, fraise, bâton de berger, haricot, œillet, crevette" et le tout copieusement arrosé de "jus" ..... On a juste envie de dire  : À table !! lol. 

Mais ça, c'était avant !!
Commence l'initiation de Martin, et là déjà, premier traumatisme... Pauvre Martin !!
Puis découverte de ce que trame exactement l'hôtel et de la relation entre Marie, Jean-Marc et Marion : deuxième choc ! 
Mais bon, l'histoire étant très intrigante, on passe outre ces "détails" et on continue (légèrement fébrile) le récit...
Et puis là, tout part en cacahuète !!!
Choquée ??? OUI OUI OUI !! Il va juste me falloir 15 ans de thérapie lol.
 Alors oui, Daniel Nguyen n'a rien inventé, tout ce qu'il écrit existe bel et bien...
Mais est-ce que j'avais envie de le lire pour autant ? Non.
Est-ce que j'avais envie de l'imaginer pour autant ? Non plus.
Est-ce que j'avais envie d'autant de descriptions détaillées et approfondies ? Non, non et non !
Deuxième fois que j'éteins ma liseuse en le lisant tellement je suis choquée (cela va devenir une habitude) mais là, elle est éteinte et le restera. 
Je n'ai qu'une seule envie après toutes ces brimades et humiliations, viols et cie... c'est de me faire toute la collection des Bisounours !! 

C'est donc un abandon et une culotte en fuite pour moi, car cette lecture ne m'est tout simplement pas destinée, je ne conteste pas la qualité de l'écriture de Daniel Nguyen, mais le contenu de son roman me dérange. 

Maintenant je n'ai plus qu'à passer un avis de recherche pour retrouver ma petite culotte traumatisée lol.