mercredi 18 juin 2014

Coeur de flammes, T.1 : Le Visage de l'Ombre de Iman Eyitayo

auto-édition 


En condamnant la magie il y a de cela un millénaire, les Anciens pensaient avoir réussi à protéger les terres d’Iriah des horreurs de la guerre. Mais tout change lorsqu’un être suprême – le Régisseur – use de pouvoirs inconnus pour s’imposer en maître sur les quatre continents. Suivant une étrange et incompréhensible lubie, ce Dieu ordonne alors l’assassinat de tous les enfants naissant par paire.

 Mais une jeune fille échappe à cette fatalité. Jumelle, Aluna se sait condamnée à vivre dans l’ombre, sous la coupe d’un scientifique sans scrupule qui la force à être le cobaye d’étranges expériences magiques. Mais lorsque l’une d’entre elles tourne mal et qu’Aluna se retrouve malgré elle projetée dans les profondeurs d’une rivière aux eaux interdites, le cours de sa vie change à jamais. 

Soudainement propulsée dans la lumière, Aluna va être entrainée dans une aventure mêlant magie, complots et rébellion, et qui va lui permettre d’entrevoir un des secrets les mieux gardés de son monde…


Le visage de l'ombre nous introduit dans un univers de fantasy mêlant magie et mystère. L'histoire est racontée en narration externe et le style de son auteure est fluide et agréable à lire.

Dans ce premier tome nous suivons l'aventure d'Aluna et Wilan, le prince de Goran (et quelques autres personnages secondaires). Qui sont-ils?

Aluna, n'existe pas aux yeux de la société. Aluna qui a une soeur jumelle doit se cacher et garder son existance secrète car le Régisseur, - le mystérieux maître sur les quatre continents-, condamne à mort les enfants-jumeaux. Rosa Sachs, la mère d'Aluna a préféré déclarer Elena, sa sœur jumelle, qui fut un bébé plus capricieux. Depuis toujours, Aluna est enfermée dans la cave. Elle ne peut pas sortir, ni se faire d'amies. Avec la guerre, les fouilles se sont amplifiées et les jumeaux découverts sont assassinés. Pour la sauver, Aluna est envoyée à Arabica chez un vieux druide, Xerox. Mais ce dernier l'utilise pour ses expériences. Un incident survient  lors d'une de celle-ci et Aluna ne sera plus jamais la même. Elle héberge en elle...une « magie » très puissance qui la consume et qu'elle devra apprivoiser si elle veut rester en vie.

Le Prince Goran possède un don psychique puissant que je trouve aussi particulièrement terrifiant. Le jeune héritier peut contrôler les esprits et leur imposer sa volonté. Pour prétendre au trône de son père le Roi, il doit réussir un épreuve initiatique : récupérer l'anneau de terre détenu par le « dragon à trois queues », une chimère qui se cache dans la forêt sacrée. Avec cet anneau, l'épée royale brisée, -avec lequel il avait combattu tous les rois-, pourra être restaurée. Depuis des mois, le prince traque la bête en vain...Lors d'une de ses expéditions, il croise la route d'une chimère et sauve de la mort une jeune femme à la peau couleur ébène, Aluna.

Le sort d'Aluna m'a beaucoup touché, et il m'a été facile de m'identifier à elle malgré quelques aspects de sa personnalité auxquels je n'ai pas accroché. 
La thématique des jumelles-opposées m'a aussi beaucoup plu. En effet, Elena est tout le contraire de notre héroïne et la rivalité est au cœur de leur relation. J'aime bien l'idée que les pires ennemis se trouvent dans le ventre de sa mère (expression entendue et que j'ai retenue).

Le visage de l'ombre vous plonge dans cet univers rempli de magie, de complots et de mystère. Je n'ai malheureusement pas eu la chance de pouvoir lire ce roman d'une seule traite (les aléas de la vie) mais je peux vous assurer que l'histoire est captivante. Le début installe doucement le contexte et les personnages, mais une fois l'intrigue lancée on ne peut plus s'arrêter...et les révélations s’enchaînent.

La fin nous laisse dans une situation...aaaaahhh c'est très frustrant et l'on n'a qu'une envie : lire le tome suivant qui, je l'espère, apportera les réponses aux nombreuses interrogations dans lequel nous restons à la fin.

Je n'ai pas eu de coup de cœur mais ma lecture a été une belle découverte ! Merci Iman Eyitayo pour ce Service presse. 

Note de plaisir 
3.75