mardi 22 juillet 2014

Interview Ena Fitzbel


 L'écrivain Ena Fitzbel vit à Toulouse. Ingénieur dans un centre de recherche, elle a été correctrice pour d’autres auteurs avant de signer son premier roman  Un manoir pour refuge (2014).


Disponible chez Amazon, Fnac, Chapitre et Gibert Joseph 
~ 15€ en format papier et 3,99 € en eBook ~

Dans un manoir écossais, habite une famille comme tant d'autres. Une mère, deux frères et une sœur, des domestiques... Et Mila aime s'y réfugier. Mais un jour, tout bascule. Elle dévoile son secret, et plus rien n'est comme avant. Prenez garde que vos rêves ne deviennent réalité ! Vous pourriez être déçus.

Lire la chronique de Rosalie : ici


Pour notre plus grand plaisir, Ena Fitzbel a répondu aux questions de notre Reine Rosalie

Rosalie : A la lecture de la fin de ton roman, je me posais la question, à savoir, va-t-il y avoir une suite?
Ena Fitzbel : En fait, Un manoir pour refuge est un livre qui n’attend pas de suite. Par contre, sur les conseils de beaucoup de chroniqueurs, j’ai ajouté aux nouvelles impressions papier (dès le début avril) et sur les Ebook, un dernier chapitre qui met en scène Mila et son petit ami (Qui est le petit ami ? Ah, je ne peux pas le dire sans risquer de « spoiler » la fin à ceux qui ne connaissent pas encore l’histoire.)

D'où t'es venue l'idée d'écrire pour les jeunes? 
Un manoir pour refuge est un rêve éveillé que je fais depuis longtemps. J’avais bâti un manoir dans ma tête ; j’en connaissais tous les recoins. Je me réservais des instants dans la journée pour m’y réfugier en pensée. J'étais Mila, une jeune étudiante qui arpentait ses couloirs et je retrouvais tous les personnages qui l’habitaient. L'auteure a vieilli, mais pas Mila. Cet univers onirique ne pouvait donc pas s'adresser à des adultes.
Pourquoi avoir situé ton roman à Prague? Cette ville a-t-elle une importance spéciale pour toi ?
L'action se passe à Prague, parce que je connais bien cette ville et que je l'adore. J'avais aussi besoin de la présence d'un lycée français pour y faire vivre mes personnages.
As-tu toujours voulu écrire ? Qu'est-ce qui t'a donné envie d'écrire ?
J’écris des poésies depuis mon adolescence. Saint John Perse m’a beaucoup influencée. Mais très vite, je me suis sentie prisonnière d’un format trop étroit pour abriter mes histoires. Je dois vous dire que j’adore m’inventer des histoires ! Elles m’aident à échapper au monde réel.
Quels sont tes projets dans l'avenir concernant l'écriture ?
 Je viens d'achever l'écriture d'un roman sentimental pour adultes, Des packs d’eau pour l’Afrique (à paraitre), où une jeune fille charmante mais un peu trop idéaliste est contrainte de faire un trajet en voiture avec le directeur adjoint de l’entreprise où elle travaille. Ce dernier, beau, jeune et arriviste, a répondu à une annonce de covoiturage que les collègues de la jeune femme ont déposée pour lui faire une mauvaise farce. Il s’attend à voyager à bord d’une Land Rover ; la jeune femme conduit une vieille 405 qui tracte une caravane pleine de packs d’eau destinés aux Africains. La suite, vous l’imaginez, risque d’être rocambolesque.
D'autre part, je suis actuellement plongée dans l'écriture d'un roman de Fantasy pour adultes, dont je tais le titre pour ne pas trop en révéler (le titre est assez explicite).

Beaucoup de projets donc, et de mystères aussi. Merci encore Ena pour nous avoir accordé cette interview.



Portrait Chinois


Si tu étais un poème, tu serais...Amers de Saint-John Perse

Si tu étais un film, tu serais...Inception

Si tu étais un personnage (réel ou fictif) tu serais...Valérian  (Bd - Valérian, agent spatio-temporel de Pierre Christin, Jean-Claude Mézières et Évelyne Tranlé)

Si tu étais un pays, tu serais...Ile de Mahé aux Seychelles

Si tu étais un dicton, tu serais...Il n’y a pas d’échec, il n’y a que des abandons" 
                  Citation d'Albert Einsten.



Suivez Ena sur les réseaux sociaux 
et visitez son blog !