mercredi 6 août 2014

Le pacte des coeurs brisés de Sarah Ockler

Editions La Martinière J. Fiction, Broché 364 pages, 4 septembre 2014



Jude et ses trois soeurs avaient un pacte : aucune d'elles ne devait plus fréquenter un frère Vargas. Pourtant, quand Emilio, le plus jeune, s'avère être seul capable d'aider le père de Jude, atteint d'un Alzheimer, à réaliser son dernier rêve en réparant sa vieille moto, celle-ci rompt sa promesse. Emilio est-il, comme ses frères, un briseur de coeur ? En tout cas, Jude est sous le charme.
Et, alors que la mémoire de son père se fond progressivement dans l'oubli, la sienne se remplit d'émotions et d'expériences qu'elle n'est pas prête d'oublier.


 *** Je tiens à remercier les éditions La Martinière pour ce service presse***


Jude avait 12 ans quand elle a fait un pacte avec ses trois grandes sœurs : ne jamais, mais jamais fréquenter les frères Vargas !! Ça a même été consigné dans Le Livre des Cœurs Brisés.

Cinq ans plus tard Jude cherche un mécanicien pour retaper la vieille moto de son père, une Panhead de 1961. Son papa (Papito), à 52 ans, est atteint d'une forme précoce de la maladie d'Alzheimer.
Alors qu'il avait 17 ans, Papito a sillonné l'Amérique latine sur cette Harley qu'il a baptisé Valentina et tous ses souvenirs de cette époque sont encore intacts, donc Jude espère ainsi le garder présent plus longtemps.
Lorsque le seul mécanicien disponible se révèle être  le plus jeune des frères Vargas, Emilio,  Jude décide de briser le pacte des cœurs brisés fait avec ses sœurs, au nom du bien-être de son père et l'engage. Tous les trois  vont donc passer  l'été (Jude, Papito et Emilio) à réparer cette moto. Jude va mettre sa vie de jeune fille entre parenthèses pour son père.
Comment vont réagir ses grandes sœurs ? Surtout Araceli et Lourdes qui ont eu le cœur brisé par les deux grands frères d'Emilio? Et Jude? Comment va-t-elle résister aux fossettes d'Emilio et à son charme latino? Jude saura-t-elle tenir tête à la Sainte Trinité (nom qu'elle donne à ses sœurs) et enfin oser s'affirmer ?

Ce livre m'a profondément touchée. C'est l'histoire d'un immense amour d'une jeune fille de 17 ans pour son papa qui risque à tout instant d'oublier qui elle est. Jude a beaucoup moins de souvenirs  avec son père que ses grandes sœurs plus âgées qu'elle, alors elle veut passer le maximum de temps avec lui au lieu de profiter de son dernier été avec ses meilleures amies, avant de partir pour la fac.
Elle espère que refaire revivre les souvenirs de son père au travers sa vieille moto adorée le fera rester plus longtemps dans le présent.
S'ajoute à ça ses vrais premiers sentiments amoureux et on a une histoire totalement originale, superbement bien écrite et narrée par Jude, avec des petits apartés en italique (qui font même parler Pancake, le chien) très sarcastiques et savoureux. D'ailleurs cette  tragédie qu'est la maladie d'Alzheimer (El Démonio comme l’appelle Jude ) est très bien racontée sans être larmoyante avec juste ce qu'il faut d'humour pour ne pas tomber dans le mélodramatique. Pas la peine de sortir les mouchoirs donc ... (bon , ok, juste la petite boule au ventre parfois) mais ça reste avant tout une belle  histoire d'amour entre Jude et Emilio (trop craquant). A lire absolument !
                                  


Ce livre paraîtra le 04 septembre 2014 aux Editions La Martinière J.            


Selon la loi des probabilités, une fille précédée de trois soeurs hérite d'au moins un joli short en jean à sa taille. On est d'accord ? Niet ! Mauvaise réponse.
Si les vêtements pouvaient parler, celui-ci dirait : Salut ! Nous sommes les vieilles fringues d'Araceli. Et je répondrais : Mission accomplie ! Aucun autre short ne comprime mieux les organes féminins que toi. Félicitations !
En réalité, ce short remontait tellement là où je pense que l'on entendrait plutôt : umpf pmph heurm pfum.
Hein ?
Précisément.
Je coupai le contact et souris à Papito à côté de moi.
- Prêt ? 
Il ne me répondit pas mais plissa les yeux tandis que je me mettais un peu de gloss sur les lèvres devant le rétroviseur. 
- Ça te vieillit, mi querida. 
- Me dit celui qui passe ses chaussettes au micro-ondes. 
- Elles étaient froides, répliqua-t-il en haussant les épaules. 
Comme si c'était moi la plus cinglée des deux... 
- Une chance que tu n'aies pas déclenché un incendie. Je sautai du pick-up et attachai la laisse au collier de Pancake notre golden retriever qui trémoussait du derrière, surexcité à l'idée d'une balade.
Je tirai sur l'ex-short de ma soeur puis me tournai vers Papito.
- L'habit fait le moine, pas vrai ? S'ils nous prennent au sérieux, ils ne nous arnaqueront peut-être pas... 
Papito examina le short d'Araceli et le vieux T-shirt Van Halen déchiré en des points stratégiques que j'avais chipé dans les rebuts de Lourdes. 
- Jude Catherine Hernandez... J'aimerais bien voir quelqu'un conduire une moto dans cette tenue ! 
Je levai les yeux au ciel. Papa n'avait pas enfourché une moto depuis trente ans. Moi, on peut dire que je m'y connaissais en bécanes : j'avais téléchargé quasiment toutes les vidéos jamais filmées du Sturgis Motorcycle Rally et après quelques nuits blanches sur YouTube - merci Red Bull et Oreo -, je m'approchais du statut d'expert de la vaste et sombre culture des deux-roues. Cuir, chaînes et absence flagrante de soutien-gorge, j'avais tout bon. 
Papito plissa les yeux. 
- Tu ressembles à...