vendredi 14 novembre 2014

The Graveyard Queen T2 Les secrets de Asher Falls de Amanda Stevens

 éditions Harlequin, disponible en version brochée, 384 pages ou en version numérique ici


Depuis son arrivée à Asher Falls, en Caroline du Sud – une petite bourgade ramassée sur les contreforts des Blue Ridge Mountains, dont elle doit restaurer le vieux cimetière –, Amelia ne peut se départir d’un oppressant sentiment de malaise. Comme si sa venue ici suscitait la défiance des habitants… Pourquoi, en effet, ceux-ci s’enferment-ils dans le mutisme dès qu’elle évoque le cimetière de Bell Lake, englouti cinquante ans plus tôt sous les eaux profondes et insondables d’un lac artificiel ? A qui appartient la tombe qu’elle a découverte cachée au cœur de la forêt et dont personne, apparemment, ne sait rien ? Et, surtout, qui a tenté à plusieurs reprises de la tuer ? Si elle veut trouver la réponse à toutes ces questions, Amelia le sait : elle devra sonder l’âme de cette ville mystérieuse et en exhumer tous les secrets…

**Merci à Fanny et aux Editions HQN pour cette lecture**

 Nous retrouvons Amélia qui est appelée pour restaurer un cimetière à Asher Falls. Mission qu'elle accepte par nécessité ( car c'est là son gagne-pain) mais aussi pour s'éloigner de Devlin et de ses fantômes.
Dès son arrivée, une sensation d'oppression et de malaise, se font sentir. Amélia se sent menacée ( et elle a raison..) 
Elle fait la connaissance de la famille Asher ( dont il ne reste d'ailleurs pas beaucoup de représentants) et principalement de son patriarche, Pell Asher, à la mentalité dépassée et pour qui rien ni personne n'est supérieur à sa famille et il n'hésite d'ailleurs pas à balayer de son chemin, tous ceux qui le gênent ou qu'il trouve indignes de côtoyer sa si précieuse famille.
Elle fait également connaissance de Thane Asher par lequel elle se sent inexplicablement attirrée ( bon, d'accord, le fait qu'il soit mignon en est, en partie, responsable ^^)
Mais le mal règne en maitre sur Asher Falls et SA proie est Amélia.
Parviendra-t-elle à s'en sortir indemne? Et qui est celui qui veut à tout prix l'éliminer pour laisser enfouis de terribles secrets?


Autant j'ai aimé le premier tome de cette série autant j'ai ....adoré celui-ci!!

Je n'ai qu'un mot à dire: Waowww!! (enfin, ce n'est pas vraiment un mot mais ça résume tout)
Nous retrouvons ici tous les ingrédients qui m'avaient déjà séduite dans le premier tome mais à la puissance mille!!
L'auteur mêle habilement le suspense, le mystère, le surnaturel et parvient même à glisser une romance.
C'est, pour moi, un vrai petit bijou.
Le suspense monte peu à peu jusqu'à devenir insoutenable, j'ai même cru que mon coeur allait me lâcher!! ^^
C'est LE tome des révélations et un coin du voile de mystère qui entoure Amélia est quelque peu levé!
Je ne peux que vous conseiller la lecture de ce roman qui est, pour moi, un coup de coeur!!  

... Mais tandis que je taillais avec force dans l’entrelacs de végétation, une soudaine sensation de claustrophobie me gagna. La broussaille était dense et insidieuse, et plus j’avançais, plus je m’y enfonçais. Les plantes grimpantes s’embobinaient autour de mes bras et de mes jambes, et d’énormes épines, grosses comme le pouce, se plantaient dans ma peau à travers mon jean. Plus la flore se refermait sur moi, plus le silence s’approfondissait. Une telle quiétude en devenait troublante. Plus aucun son ne montait des fourrés, et les oiseaux semblaient avoir déserté la forêt. Seuls résonnaient mon souffle haletant et le sifflement aigu de ma serpette.Une ombre passa devant le soleil, et tandis que je relevais la tête à la recherche d’un faucon esseulé, une exhalaison de mort et de putréfaction me prit à la gorge Un animal avait dû venir mourir à l’abri du sous-bois. Mais le souvenir me revint de cette odeur qui s’était insinuée dans ma voiture, sur la colline, le jour où j’avais doublé le vieillard vêtu d’un pardessus. Il transportait une carcasse dans son chariot, mais je m’étais fait cette réflexion étrange : l’odeur aurait aussi bien pu provenir de sa propre chair en décomposition.Alors que je portais une main à mon nez, un tentacule de vigne vierge m’attrapa le bras et une épine transperça mon T-shirt. Je pressai de mes doigts l’écorchure, essuyant le sang du revers de la main.Il y avait quelque chose de surnaturel dans ce fourré. Lorsque je tentai de rebrousser chemin, la vigne vierge s’emmêla autour de mes chevilles. Et tandis que je me penchais pour les libérer, une autre tige m’enserra le cou. En un clin d’œil, j’étais à terre, et avant que je puisse émettre le moindre son, des ronces se faufilaient sous mes vêtements, se mêlaient à mes cheveux et me tiraient en arrière vers les entrailles du fourré.Arrachant la tige autour de mon cou, je tentai de planter mes pieds dans la terre pour ralentir le mouvement. D’un geste de désespoir, j’agrippai à pleines mains les branches de mûriers sauvages, ignorant leurs épines. Mais en vain. Centimètre par centimètre, le taillis continuait de me happer inexorablement de ses doigts filiformes…
Angus ne cessait d’aboyer, mais il semblait si lointain… J’étais à ce point enfoncée dans l’épaisseur du taillis que je ne distinguais plus que des ombres. Une quasi-obscurité m’enveloppait. L’odeur de chair en décomposition s’accentua. J’entendis une respiration sifflante, et une image se forma dans ma tête. Celle d’une entité pas tout à fait humaine me remorquant, telle une dépanneuse, à travers les buissons…« Mon Dieu, à l’aide ! Aidez-moi ! Je vous en prie…
Des mains se fermèrent alors sur mes chevilles. Je sentis une violente secousse, puis une autre. Quelqu’un m’extrayait du taillis. Le nœud végétal qui m’enserrait comme un collet se rompit. Un cri aigu déchira le silence. Et plus rien. Je restai étendue un instant, puis tentai à coups de pied de recouvrer ma liberté



Ce livre est un service-presse des Editions HQN