jeudi 18 décembre 2014

Le Voile et la Vertu de Julie Garwood

J'ai Lu Aventures&Passions, Novembre 2014, 376 pages
disponible aussi en format eBook
Vous pouvez vous procurer ce livre sur le site J'ai Lu pour elle


 La princesse Alexandra sait que seul un mariage avec un Anglais peut lui éviter d'être victime de la folie qui déchire la Russie, son pays natal. Trouver un époux ? Facile à dire ! Son tuteur, fils cadet du duc de Williamshire, observe, amusé, les premiers pas maladroits et les déboires de sa ravissante pupille. Il faut reconnaître qu'à Londres, elle est une proie rêvée pour les coureurs de dot sans scrupules. D'autant qu'une rumeur inquiétante circule sur la disparition mystérieuse de plusieurs jeunes héritières... Alexandra, à son tour, semble être menacée. Le meilleur moyen de la protéger ? L'épouser bien sûr ! Mais est-il prêt à un tel sacrifice, lui qui tient tant à la liberté ?
 **Merci Elsa et aux Éditions J'ai lu pour ce service presse qui n'aurait pu me faire plus plaisir **

Avec Le Voile et la Vertu, 4e tome de la saga Les Espions de la Couronne (T.1 : Les Roses rouges du passé, T.2 : Un Ange diabolique, T.3 : Un cadeau empoisonné), c'est au tour de Colin, le fils cadet du Duc de Williamshire de trouver son épouse...
La princesse Alexandra n'est plus en sécurité au couvent. Elle doit partir pour l'Angleterre, où le Duc de Williamshire, un homme fatigué qu'elle n'a rencontré qu'une fois l'a dépêché de le rejoindre. Afin de contrer les plans du général Yvan, qui souhaite s'unir à la princesse, et par là acquérir le trône de son père, Alexandra doit vite se trouver un époux. Quel meilleur choix, pour le Duc de Williamnshire, père de six enfants, de proposer son fils cadet célibataire, Colin, en tête de liste des prétendants pour la princesse ! Bien entendu, Colin, n'est pas (encore) au courant. Une épouse, ce n'est pas pour lui. Pas maintenant. Il a beaucoup à faire pour que son entreprise reste à flot. La concurrence est rude. Il ne peut pas se permettre d'entretenir une épouse tant que les affaires ne sont  pas plus florissantes. Et puis, il est très attaché à sa liberté...

Une cohabitation forcée

A Londres, Alexandra devait séjourner chez Caine et Jade (le couple du T.2) qui "comble de malchance" sont tombés malades le jour même où elle devait les rejoindre. Colin, apparait alors comme sa dernière chance. Forcé de cohabiter avec la jeune femme à la beauté irrésistible qui ne le laisse pas indifférent.  Lorsque la princesse lui annonce son intention de l'épouser (avec l'assentiment de son père), Colin refuse. Pourtant il ne peut s'empêcher de démonter tous les prétendants de la liste de la jeune femme... il y a de l'amour dans l'air loool

Le temps presse. Le général a envoyé des hommes la chercher et une menace pèse sur de jeunes héritières. D'ailleurs, Victoria, l'amie d'Alexandra, a disparu. La princesse veut enquêter sur sa disparition et fera tout ce qui est en son pouvoir pour lui venir en aide.

Une héroïne garwoodienne intelligente, altruiste et drôle malgré elle

La princesse Alexandra surnommée "La Peste" (un sobriquet donné par un Colin enfant), apporte le chaos partout où elle se trouve. Au couvent, elle est considérée comme un trouble-fête. Parmi ces bêtises, elle a réorganisé les comptes du couvent pour que le banquier leur donne un prêt. loool

Alexandra est une femme cultivée et très intelligente. Certainement la plus intelligente héroïne garwoodienne qu'il m’ait été donné de lire dans toute son œuvre. Ce que j'aime le plus chez elle, c'est sa façon d'utiliser son intelligence dans une époque qui ne permet pas aux femmes de l'être, de le montrer. Elle dépasse les règles établies, se joue des convenances. Elle a un don avec les chiffres.  Ce que Colin (et sa communauté de "gentleman") ne semblent pas pouvoir imaginer un seul instant ! Eh oui, les femmes savent compter aussi bien/mieux qu'un homme :p 
Indépendante, elle arrive à gérer sa propre fortune (interdit aux femmes à l'époque) avec une jolie ruse : elle fait croire à l'ancien homme de confiance de son père, Monsieur Dreyson, employé et courtier à la banque Llyod's of London qu'un oncle lointain, vivant en ermite, la conseille sur des placements fructueux à faire en bourse.
 De plus, comme toute héroïne garwoodienne, Alexandra possède des qualités qui forcent le respect et l'admiration. Elle n'a pas eu une enfance facile pour une simple raison (elle a perdu ses deux parents, elle a des obligations de princesse qui l'obligent à suivre une certaine "étiquette"...) pourtant, Alexandra est une jeune femme optimiste, courageuse et altruiste. L'aspect "princesse" me faisait peur et finalement son sens de la justice et du devoir ont eu raison de moi. J'adore ce personnage !

Et pour sa défense, j'aimerais apporter mon éclairage sur un point : Oui, notre princesse, comme toute héroïne garwoodienne, est une "pleurnicheuse"...quand c'est trop pour leurs petits cœurs elles pleurent...mais elles le font toujours seules, loin des regards. Personnellement, j'adore quand les héroïnes garwoodiennes pleurent. J'aime comment ces "pleurnicheries" justifiées sont mises en scène par l'auteur.  Ces moments de "faiblesse toute féminine" sont à prendre avec distance. C'est sur le ton humoristique, de la caricature qu'ils nous sont décrits. C'est ainsi, en tout cas, que moi je les perçois.

Un héros garwoodien têtu et so irresistible !

Colin est un ancien espion de la couronne, blessé à la jambe gauche depuis un accident survenu en mer quelques années plus tôt. C'est un homme d'honneur et de principe. C'est un entrepreneur qui s'est fait tout seul. Il a refusé l'aide financière de son père pour monter son entreprise. Colin c'est...un héros charismatique, très têtu mais diablement séduisant et irrésistible. A un moment de ma lecture j'ai dû lâcher à haute voix un truc du genre: "vas y arrête de faire ta tête de mule et épouse-là !"  bah oui parfois faut que ça sorte quitte à passer pour une imbécile hihi
Bon voilà, vous l'aurez compris Colin, je l'aiiiiimmmeeee !!!

Un avis positif mais...

Comment parler de Julie Garwood tout en restant objective ? Impossible. Julie Garwood c'est MON  écrivain préféré. Pour moi, c'est la Reine de la romance historique ! Oui, j'aime les romances garwoodiennes, pourtant je me dois d'être complétement honnête :  Le Voile et la Vertu est un bon Garwood, mais pas le meilleur. Mais qu'est ce que j'entends par "bon" ?
  • Un couple de héros bien assortis avec une belle complicité, plein de tendresse, d'amour...
  • Des personnages (même secondaires) façonnées par une Garwood très en forme ;-)
  • Une style d'écriture unique avec une voix et un ton qui incite au sourire et/ou au rire.  Je suis fan !
Mais...
Une intrigue un peu légère, qui a souffert d'être peu développée à son maximum. C'était là, mais trop au second plan. C'est dommage ! Du coup la lecture passe très vite et on a l'impression que c'était un peu trop simple. Tant pis :( Garwood tu es pardonnée looool Toujours.


Un dernier mot
Cet écrivain a une plume, une façon de vous raconter une histoire qui vous sort de votre quotidien en quelque mots, vous fait passer un agréable moment avec des héros toujours très attachants et drôles. Je ressors de ces romans toujours plus forte, plus motivée pour affronter la (dure) réalité. Le Voile et la Vertu en fait partie ;)

J'adore m'évader avec Julie Garwood et je ne saurais vous recommander de faire pareil !

 Garwood un jour, Garwood toujours !

4/5

Un service presse en partenariat avec 

Merci !