dimanche 4 janvier 2015

La chica zombie de Laura Fernandez


Denoël éditions, broché, 368 pages, disponible ici ou format numérique, disponible ici



Dans la ville fictive d’Elron, à la fin des années 90, une poignée d’élèves et de professeurs se préparent au célèbre bal des Monstres du lycée Robert-Mitchum. Erin, seize ans, se réveille un matin et découvre avec effroi que ses cheveux sont pleins de vers, que ses doigts tombent les uns après les autres… Tout semble indiquer qu’elle est morte… Pourtant, malgré son odeur pestilentielle et sa chair en lambeaux, Erin doit quand même aller en cours. Elle cache son corps putréfié de zombie derrière des vêtements informes et du maquillage, et personne ne semble s’apercevoir de son état. 


Merci aux éditions Denoël pour ce Service Presse.

Lorsque j'ai découvert ce roman, la première chose qui m'a attirée, c'est le titre.
Les zombies, j'adore ça (oui, je sais, je dois avoir un problème ^^ ) et en lisant le quatrième de couverture, j'ai craqué..
Voilà donc ma lecture finie et le moins que je puisse dire ce que je ne m'attendais absolument pas à ça.
Il y est bien entendu fait état de zombie, une zombie dirons-nous plutôt mais cela n'est en rien le récit gore auquel je m'attendais.
Oh attention, des détails dégueu, il y en a. Entre les plaies purulentes et puantes de Erin, les asticots qui en sortent et qu'Erin s'amuse à écraser, les bites à sucer, etc...

Mais nous sommes loin d'un livre sur les zombies classiques.

Ici, le récit a plutôt tendance à nous faire vivre et comprendre le mal être des adolescents quand les hormones s'en mêlent (et s'emmêlent), quand l'éveil à la sexualité apparait, que les boutons commencent à fleurir, où l'on se sent seul et rejeté par tout le monde, on l'ont veut paraitre adulte alors que l'enfance est encore toute proche...enfin bref... l'adolescence!!!

Et pour ce faire, Laura n'hésite pas à nous faire découvrir tout cela sous le mode humoristique et nous fait plonger dans un univers complètement déjanté où les personnages le sont tout autant.
De Erin, qui se retrouve morte du jour au lendemain mais toutefois bien vivante, si ce n'est que des plaies hideuses apparaissent un peu partout, que ses cheveux se détachent par plaques, qu'elle perd des morceaux de peau un peu partout et qu'elle dégage une puanteur comme ce n'est pas permis en passant par Billy le psychopathe, rejeté par tous, et l'institutrice remplaçante, Velma, qui parle à sa robe de mariée qu'elle n'utilisera probablement jamais et tant d'autres plus loufoques les uns que les autres.
Mais le sont-ils vraiment?

Un roman savoureux et plein d'humour qui vaut le détour. 


http://www.denoel.fr/