lundi 18 mai 2015

Cobayes T4 Benoit de Carl Rocheleau

éditions De Mortagne, 08 avril 2015, 328 pages, version papier disponible ici et numérique ici



Ce qui me définit le mieux : ma passion pour le cinéma.
Un jour, je tournerai mon propre film. Quand j’aurai de l’argent. Beaucoup d’argent. J’étais totalement à sec à mon arrivée en ville. Heureusement que Mini a accepté de partager son « appartement » avec moi. C’est grâce à elle que j’ai découvert AlphaLab.
En attendant de réaliser mon rêve, je note toutes mes idées de scénarios dans un carnet. Je suis un fan fini de Tarantino. Je regarde souvent ses films en boucle. C’est peut-être la raison des idées macabres et violentes qui me passent par la tête. J’ai l’imagination fertile, ces jours-ci… 
J’en ai parlé au psy d’AlphaLab. Il dit que je suis stressé, que la première rencontre avec mes beaux-parents m’a angoissé. Je suis convaincu qu’ils ne m’aiment pas. Mais je m’en fous parce que je suis follement amoureux de leur fille. Elle est hallucinante ! Le psy pense que je m’approprie ses rêves au détriment des miens. Aucun rapport. Ce n’est pas parce que je veux passer chaque minute de ma vie avec Mini que je suis dépendant affectif. J’abandonnerais tout pour elle, même si ça fait seulement deux mois qu’on se connaît. Rien de plus normal.



 Merci aux éditions de Mortagne pour ce quatrième volume.
Et voilà le quatrième tome terminé et le moins que l'on puisse dire est qu'il revient (au triple galop) dans ce qu'il y a de plus sanglant ^^.
Nous avions connu une légère accalmie dans le tome précédent mais ici, c'est reparti pour un tour.

Nous faisons connaissance de Benoit, étudiant de 19 ans qui vient d'être largué par sa copine.
Entamant un cursus universitaire sur le cinéma, cinéma qui est une véritable passion pour lui, il se retrouve, contraint par les circonstances, sans abri et n'a de cesse de trouver un logement. Chose plutôt difficile au vu de sa situation financière plus que catastrophique.
Il a la chance de tomber sur une petite annonce et va faire connaissance de Mini. Un adorable bout de femme, très légèrement givrée, de laquelle il va tomber éperdument amoureux. Mini, originaire de Malaisie est une jeune fille adoptée. Et son but à part l'art (elle est peintre) est de partir découvrir ses racines.
C'est elle qui propose à Benoit de s'inscrire chez AlphaLab, pour le fameux test du produit que nous commençons à connaitre. En manque d'argent et souhaitant suivre Mini en Malaisie, Benoit saute sur l'occasion.
Et comme pour les autres, cela va bouleverser sa vie...c'est le moins que l'on puisse dire.

Dans ce volume, Benoit réagit tout de suite à la première injection, plongé dans son univers du cinéma (il est grand fan de Tarentino, ce qui vous donne déjà une idée) il retranscrit dans un carnet tous les fantasmes sanglants et violents qui lui viennent en tête. Et il faut bien reconnaitre que de la fiction à la réalité, la barrière est vraiment très mince pour ne pas dire inexistante. Et commence une descente aux enfers. Pas pour Benoit qui adore tout ça et en tire même une forte jouissance...c'est plutôt les malheureux qui croisent sa route qui s'en mordent les doigts.
 Pauvre, pauvre raton laveur ! (entre autre ^^)

Et quand Mini découvre son fameux carnet.....

Un quatrième opus, tout aussi dégoulinant d'hémoglobine que les deux premiers. Et encore une fois, l'auteur, bien qu'il soit différent à chaque roman, parvient à nous surprendre. Et la fin, je ne vous dis que ça...elle est tout à fait...inattendue.
Et j'ai appris un nouveau mot :  céphalophore. Et comme une image vaut mieux qu'un long discours...


J'attends avec toujours autant d'impatience la suite de cette saga et je me demande ce que nous réserve la suite.

SYNOPSIS           
Ben est technicien sur le plateau d’un film de série B. L’actrice, une grande brune maniérée, se plaint constamment entre les scènes.            
Chaque fois qu’il marque le début du plan avec sa claquette, elle lance à Ben un regard de mépris.            
Un jour, Ben débarque au studio avec une claquette… spéciale. Titre : Clap
SCÉNARIO 12        
 INTÉRIEUR. STUDIO. JOUR       
BEN note les détails de la scène. Gros plan de la claquette : scène 6, plan 6, prise 6. L’ACTRICE est en pleine discussion avec l’homme qui lui donne la réplique. Dès qu’elle aperçoit Ben qui s’approche, elle soupire d’exaspération.       
Ben ouvre grand la claquette. Se dévoile aussitôt une série de lames de rasoir brillantes, fraîchement insérées à même les planchettes de bois.        

BEN (il s’écrie)       
 Scène finale !        
Gros plan. Les lames mordent aisément dans le frêle cou de l’actrice.        
Ben rouvre son arme de fortune et la referme à nouveau dans un claquement sourd. Il répète son geste en y mettant toute la haine qu’il éprouve pour l’actrice. La tête finit par se détacher et tomber sur les cuisses de la femme, laissant chairs et cheveux coincés dans les lames. Le bruit de la claquette se transforme en applaudissements acclamant la nouvelle actrice qui, tête sous le bras, salue la foule avant de mourir.        
Clap, clap, clap pour la céphalophore

Petit bonus
Comme pour les tomes précédents je vous mets  le lien pour la bande annonce de ce quatrième opus.



https://editionsdemortagne.com/