dimanche 6 septembre 2015

Blackwood, le pensionnat de nulle part de Lois Duncan

Black-Moon, 26 août 2015 - Grand format 288 pages
(disponible en format eBook)


A l’instant où elle pose les yeux sur l’imposant manoir gothique de Blackwood, le pensionnat où elle va passer l’année, un sentiment d’angoisse s’empare de Kit. Comme si un vent glacé traversait son cœur à chaque pas effectué vers la porte. Comme s’il y avait quelque chose de maléfique à l’intérieur des murs du pensionnat, perdu au milieu de nulle part. Lorsque d’étranges phénomènes viennent perturber son quotidien et que les trois autres pensionnaires se mettent à développer des talents artistiques incroyables, le malaise de Kit ne fait que s’intensifier. Hantée par une mélodie de piano, elle devient somnambule et aperçoit d’étranges silhouettes dans les couloirs sombres. Bien décidée à mener l’enquête, Kit découvrira que certains secrets feraient mieux de rester enfouis… car ils dépassent tout ce que la raison peut appréhender.


**Merci aux Éditions Hachette et Lecture Academy pour ce roman**

Dès que la sortie de ce roman a été annoncée, j'ai voulu le lire. Charmée dans un premier temps par cette couverture intrigante et ce résumé, prometteur de nombreux frissons. 

Si côté intrigue et frissons, j'ai été servie, je ressors tout de même de ma lecture, déçue. 
Peut-être avais-je mis de trop grandes espérances dans ce roman, mais l'histoire dans son ensemble ne m'a pas franchement convaincue. J'expliquerai après pourquoi. Là, je vais d'abord parler des points positifs, car il y en a. 
Le plus remarquable d'entre eux est, sans conteste, l'ambiance de récit. L'auteur a su créer, dès les premières pages, une atmosphère à la fois sinistre, troublante et grisante. Nos poils s'hérissent en quelques lignes seulement et nous plongeons avec délice dans ce décor lugubre et glauque. C'est un régal. 
Après, vient l'intrigue, elle nous captive de suite. A peine passé les grilles du pensionnat de Blackwood, qu'on se sent happé par ce dernier. Blackwood a cet effet un peu magique et comme ses pensionnaires, nous en sommes très vite prisonniers. 

Par contre, et c'est là que les bémols commencent, le voile est levé bien trop rapidement à mon goût. Du coup, le livre perd de son attrait et devient même parfois assez fade et plat. C'est vraiment dommage de ne pas avoir laissé planer un peu plus le mystère. 
Quant à la fin... que dire ? Quand j'ai vu qu'il ne restait que deux pages alors que nous étions en pleine action finale, je me suis "Ouh-là, ça va être vite expédié !". Et bien-sûr, ça n'a pas loupé. Ça se termine un peu en eau de boudin, sans épilogue, sans aucun renseignement sur ce que deviennent nos héros... et je déteste ce genre de fin, qui donne un sentiment de bâclé.  

En bref ? Une atmosphère qui nous hérisse le poil et nous colle des frissons. Une ambiance et un décor grisants à souhait. Une histoire et une intrigue qui nous captivent au départ, mais qui s'étiolent au fil des pages et ne tiennent pas forcément toutes leurs promesses. Une fin bien trop abrupte qui me laisse un goût amer. 

Ce livre est un service-presse de :