dimanche 4 octobre 2015

La chronique du Radch T1 La justice de l'Ancillaire de Ann Leckie

éditions J'ai Lu, collection grand format, série Nouveaux Millénaires, 23 septembre 2015, 443 pages, disponible en version papier et numérique ici

Rien ne peut arrêter l'expansion de l'empire radchaaï. Chaque connexion fournit des armées supplémentaires, les ancillaires, des captifs à la conscience détruite changés en troupes de choc, des marionnettes animées par l'intelligence artificielle des vaisseaux de guerre de l'empire. L'un de ces vaisseaux, le Justice de Toren, a été détruit, victime d'un complot au plus haut niveau du pouvoir. Mais son IA est parvenue à s'échapper et à s'incarner dans le seul ancillaire rescapé du massacre. Dix-neuf ans plus tard, sa vengeance est sur le point de s'accomplir... 

 Merci aux éditions J'ai Lu pour elle pour ce service presse !

Suite à la destruction de son vaisseau et à la perte de tout son équipage et de sa lieutenant Awn, Un Esk, IA du vaisseau Justice de Toren, s'incarne dans le seul ancillaire survivant et tout son périple, émaillé de diverses rencontres et notamment celle de la lieutenant Seivarden, n'aura qu'un seul but : la vengeance !

 5 Jours ! Il m'aura fallu 5 jours pour finir ce roman que j'ai plus d'une fois voulu abandonner mais je me suis accrochée et j'ai bien fait !
Je n'ai jamais lu un roman aussi fourni, aussi compliqué (j'ai dû parfois relire un passage pour bien le comprendre et je dois bien reconnaître que certains que j'ai relu et bien... je ne les ai toujours pas compris ^^)
Je trouve que ce qui manque dans ce roman est un glossaire qui nous présenterait qui est qui et quoi est quoi !
Tout d'abord IA signifie Intelligence Artificial.
Tout démarre de là, une intelligence artificielle à bord d'un vaisseau, capable de prendre possession de plusieurs ancillaires en même temps ce qui lui permet d'être dans plusieurs endroits en même temps et de diriger et contrôler le vaisseau.
Les ancillaires sont des humains à la conscience détruite, des coquilles vides, qui servent  de réceptacles à Un Esk (nom de l'IA du Justice de Toren)
Ces ancillaires sont obtenus au cours de l'invasion des planètes étrangères par l'empire du Radch, sous les ordres du maître du Radch, Anaander Mianaaï.
Planètes qui, une fois conquises, voient une partie de leur population rebelle anéantie et une autre partie transformée en ancillaires par les Rachdaaïs.
Vous me suivez ?
Un autre élément perturbateur se situe au niveau de l'écriture,  tous les personnages sont décrits au féminin sans nécessairement être de sexe féminin. Il faut un certain temps pour s'habituer à ce vocabulaire : une des clients, une lointaine cousin, une adolescent, la grande prêtre. Je crois d'ailleurs qu'il faut parler de genre féminin et masculin plutôt que de sexe. Même Breq (autre nom de Un Esk) a parfois du mal à se prononcer ^^
La lecture est (très) ardue mais malgré quelques passages (plus que) nébuleux, cela reste un beau roman.
Une histoire de vengeance de la part de ce que l'on pourrait appeler une machine (mais qui ne l'est pas tant que ça), d'action, de dissimulation, de duplication, de révolte. 
J'ai eu beaucoup de mal à accrocher mais au final, je me suis prise d'affection pour Breq/Un Esk/Justice de Toren et pour Seivarden et il me tarde de découvrir où va les mener leur prochain voyage.

Et pour le plaisir, un tout petit exemple d'une phrase que je n'ai pas encore tout à fait comprise :
"J'ai abouti à la conclusion que cette division moi - Le Justice de Toren et moi - Esk ne fut pas une soudaine scission, pas un instant où "je" était d'abord un, puis fut "nous."
Mais je vous rassure, ce n'est pas toujours comme cela et la dernière partie du roman est beaucoup, beaucoup plus claire.

Un roman à découvrir si vous aimez la science-fiction et que je vous conseille de lire au calme pour ne rien manquer du récit.

Ce livre est un service-presse :
http://www.jailu.com/