mardi 24 novembre 2015

All Souls T1, le livre perdu des sortilèges de Deborah Harkness

Le livre de Poche, 02 mai 2012 - Poche 840 pages
(disponible en eBook)


Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente.

**Merci à Clara et aux Éditions Le Livre de Poche pour ce roman**

Le résumé et les bons échos (innombrables) sur ce roman m'ont poussé à me lancer, moi aussi, dans l'aventure. Même si, je dois bien l'avouer, en découvrant le nombre de pages de ce premier tome, j'ai eu de grosses suées... de frayeur. Les gros tomes et moi, nous ne sommes pas amis. 
Mis à part Outlander, je n'ai jamais lu d'aussi gros volume. 

D'ailleurs, ça peut paraître bizarre, mais j'ai trouvé une certaine ressemblance avec Outlander. Non, en raison de son épaisseur, ni en raison d'absorption malencontreuse de produits illicites ou autres (je vous rassure)... mais du fait de l'écriture
Tout comme Diana Galbadon, Deborah Harkness a une culture générale impressionnante ! Et elle nous retranscrit ses connaissances au fil des pages de cet incroyable récit. C'est - tout comme Outlander - très instructif ! Ce sont toutes deux, des auteures passionnées et passionnantes
Bon, après, la comparaison s'arrête là. L'histoire n'a strictement rien à voir, c'est juste cette sensation d'être retournée sur le banc d'école, avec au programme, cette fois-ci : initiation à la Génétique, la Biologie, sans oublier l'Histoire. 
Le livre perdu des sortilèges est ce que l'on appelle un livre intelligent
Que ce soit par son enrichissement, ou par son histoire entêtante, ou par ses personnages fascinants et attachants, ou encore par sa romance très touchante... C'est un roman très complet. 

De plus, l'univers (vampire/sorciers/démons) - bien que souvent traité - prend un souffle nouveau par la plume de Deborah Harkness. Si dans l'approche il n'y a rien de vraiment innovant, le ton, lui, change tout. C'est beaucoup plus mature de ce qu'on lit habituellement avec ce genre littéraire. On sent derrière tout le travail, la volonté et la passion de l'auteur. L'histoire est rondement bien menée et possède une intrigue solide. 

Les personnages sont, eux aussi, empreints de cette maturité... pas d'ados aux hormones en ébullition, mais deux adultes cultivés et intelligents. 
Diana, l'héroïne et narratrice de ce récit, est spécialisée dans l'histoire des sciences. C'est une jeune femme brillante qui s'épanouit dans son travail, mais qui, depuis l'âge de ses sept ans, renie sa nature,  son patrimoine... C'est la dernière descendante des Bishop, une famille de sorciers les plus puissants qui existent. Tout au long de ce premier volet, elle évolue de façon assez exceptionnelle. J'ai adoré son altruisme, sa force, sa détermination à toute épreuve et son courage. 
Mathieu, notre deuxième héros, n'est pas en reste. Voir ce redoutable vampire, froid et implacable, à l'intelligence vive, s'épandre pour notre jolie sorcière, est extrêmement touchant. Leur relation, bien que compliquée, est magnifique. 

Par contre, j'ai quand même trouvé quelques longueurs - avec plus de 800 pages, c'était le risque. Je pense que le nombre de détails et de descriptions alourdissent parfois le récit. Certes, c'est super intéressant, mais cela casse aussi le rythme du récit et entraîne donc, par effet de ricochet, une certaine lassitude. Voilà pourquoi ce n'est pas un coup de cœur, même si cela reste tout de même une très belle lecture
Il me tarde d'ailleurs de lire la suite qui paraît encore plus prometteuse !

Ce livre est un service-presse de :
Résultat de recherche d'images pour "le livre de poche logo"