dimanche 6 décembre 2015

Invincible [Tome 1] de Amy Reed

Editions Mosaïc, 28 octobre 2015 - Grand format 315 pages
(disponible en eBook)


Je ne vous apprends rien : l’hôpital, ça craint. Surtout quand on pense qu’on va mourir et qu’on voit les autres qui ont toute la vie devant eux. 
Alors vous allez me trouver sacrément ingrate si je vous dis que finalement, la maladie ne m’a pas eue, que je suis bien vivante, et que pourtant je suis sonnée. A terre. Agressive. En colère. 
Parce que je n’avais pas prévu ça. VIVRE.
Parce que tout le monde attend de moi que je sois heureuse.
Ce que je suis ? Une fille qui cherche sa route. Et le seul qui me prend telle que je suis, c’est Marcus…

**Merci à Camille et aux Éditions Mosaïc pour ce roman**

Je viens à l'instant de refermer ce premier volet d'Invincible (c'est un diptyque), et pfiou, c'est une lecture vraiment éprouvante ! J'ai encore l'esprit un peu embrumé. Beaucoup d'émotions dans ce tome, mais essentiellement de la tristesse, de la colère et de l'incompréhension. 

Invincible est l'histoire d'Evie Whinsett, l'héroïne et narratrice de ce récit. 
Evie est une jeune fille de 16 ans en phase terminale (elle est atteinte d'un cancer). Sans espoir de guérison et avec l'accord du staff médical, elle décide d'arrêter son traitement... puisque de toute façon elle est condamnée, il n'y a plus rien à faire, mis à part la préparer à l'inévitable et l'empêcher au maximum de souffrir. 
Elle doit dire au revoir à sa famille, sa meilleure amie Kasey, qui l'a soutenue au mieux, ainsi que son petit ami Will, qui a toujours été présent. L'aimant d'un amour inconditionnel et indéfectible. 
Heureusement, dans son malheur, pour l'aider à affronter le pire, elle n'est pas seule. Elle a Caleb et Stella, ses deux compagnons de galère. Eux aussi sont atteints d'un cancer. Ils se sont connus à l'hôpital et ont lié des liens forts et puissants. Ils sont quasiment sa seule source de joie et les seuls à comprendre réellement ce qu'elle traverse. Oui, sa famille l'aime et ses amis en dehors de l'hôpital tel que Kasey et Will, aussi... mais, ce n'est pas pareil. 

Le récit commence donc dans une ambiance triste et oppressante. Les mouchoirs sont, dès les premières pages, les bienvenus ! Car émotionnellement ce livre est dur. 

Mais comme le dit le titre du roman "Invincible", l'histoire ne s'arrête pas là. Non, notre héroïne Evie qui se préparait à affronter la mort va survivre. Un miracle. 
Une seconde chance... n'est-ce pas formidable ? 
Son cancer que tous pensaient incurable est parti... pfftt... envolé ! 
C'est la joie, le bonheur pour tout l'entourage d'Evie... sauf pour Evie ! 
Incompréhensible ? Oui et non... Ce n'est pas évident de se mettre à sa place, mais Evie vit dans la culpabilité d'avoir laissé Caleb et Stella derrière elle et de leur survivre. Elle devrait être heureuse, mais ne l'est pas. Pire, elle se déteste
Et quand on se déteste, inconsciemment ou non, on fait le vide autour de soi. Cette "résurrection" l'a changée et la Evie 2.0 est tout simplement INFECTE
Plus les pages défilent et plus il est difficilement supportable de la suivre. Comme elle le dit à force de faire des conneries et dire des méchancetés, elle a épuisé son crédit de sollicitude dû à son statut d'ancienne cancéreuse. 

La voir se détruire ainsi est dur. Très dur. J'ai grincé des dents à m'en péter les mâchoires, j'ai bouilli de colère et de rage ! J'aurais bien aimé la secouer, la gifler une, deux, trois, quatre fois (peut-être même plus !), histoire de lui remettre les idées en place ! 
Que c'est frustrant de ne pas pouvoir agir ! À quand l'option "dans ce livre, vous pourrez secouer les héros à votre guise" ?! J'en aurai bien eu besoin là. 

Après avoir eu beaucoup d'empathie pour Evie, d'amour même, elle a réussi (car c'était son but) à se faire détester de tous, et même de nous, lecteurs. Mais pas complètement non plus, car si je suis honnête, il y a toujours cette étincelle, cet espoir, qu'elle reprenne sa vie en main. Et avec cette fin, OMG, elle a plus qu'intérêt !! 

En bref ? Un roman éprouvant, poignant, qui m'a mis les nerfs en pelote, mais dont je ne regrette absolument pas la lecture.  

PS : J'ai fait le choix de ne pas parler de Marcus, pourtant cité dans le résumé de l'éditeur, mais il faut savoir que ce dernier n'apparaît pas avant plus de la moitié du récit ! Donc, à moins que je raconte tout, je préfère le passer sous silence. 


Ce livre est un service-presse de :