mercredi 17 février 2016

Esclave de sang de Tasha Lann

éditions Calepin, 16 janvier 2016, 211 pages, disponible en format papier ici et numérique ici 





Mon nom est Evy Dumas et je suis une jeune étudiante tout ce qu’il y a de plus banale.
Du moins je l’étais jusqu’à ce que j’aie le malheur d’accepter de suivre mes amis à la fête universitaire d’octobre.
Ils se sont bien amusés.
Pour moi… disons que la soirée a été intéressante.
Me voilà maintenant ballottée entre la France et l’Écosse, entre la fac et une cité hors du temps dirigée par cinq types carrément flippants.
Des vampires…
Comme ce gars - sublime - qui se croit en droit de diriger ma vie simplement parce que je l’ai vu planter ses crocs dans le cou d’une fille.
Cela vous paraît difficile à croire ?
Et pourtant… 




Evy est donc une jeune étudiante qui, comme pour certains d'entre nous, s'est trouvée au mauvais endroit au (très) mauvais moment !
La voilà donc poursuivie par un séduisant vampire qui veut l'éliminer mais cela ne se passe pas comme prévu et la voilà devenue, bien malgré elle, l'esclave de sang de Jehan.
Mais les ennuis ne font que commencer, ballotée (de force) entre la France et L'Ecosse, Evy sera confrontée à des vampires cruels pour qui sa vie n'a aucune importance. Elle sera mêlée dans plusieurs combats dont, il faut bien reconnaitre, elle n'en a rien à cirer et la trahison d'une personne qu'elle pensait être un ami va lui faire encore plus de mal.
La seule chose qu'elle désire est de retourner à sa vie d'avant mais est-ce encore possible ?

Je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce roman. Pourtant, on ne peut pas dire qu'il manque d'action, loin de là ni de tensions et de rebondissements mais j'ai trouvé que, par moment, cela était un peu trop. Pas une seule minute de répit pour la malheureuse Evy, elle sert tour à tour de gourde à vampires, de punching-ball, elle se fait enlever, torturer, sucer, manipuler, presque violer.
Même la plus résistante des héroïnes a les droit à des moments de repos mais Evy n'en connait pas beaucoup.
Il faut bien lui reconnaitre une forte résistance car je crois que si je devais subir la moitié du quart de ce qu'elle vit, je ne serais plus là pour vous écrire cette chronique !
Et la fin n'est en fait que le début !
Un agréable moment de lecture (pas pour Evy ^^) mais qui reste dans la lignée des romans bit-lit habituels ( plus trash que Twilight quand même )


http://www.editions-calepin.fr/accueil.php