samedi 2 avril 2016

Felicity Atcock - Crossover : Les anges ont la mort aux trousses de Sophie Jomain & Maxime Gillio

Rebelle Éditions, 17 mars 2016 - Grand Format 134 pages
Disponible en eBook

Si je vous dis que je viens de rencontrer un zombie, vous me croyez ? Remarquez, je ne suis plus à ça près. Sauf que celui-ci est quand même d’un genre particulier. Odieux, macho et... intelligent. C’est bien ma veine ! J’aurais beaucoup à dire sur Orcus Morrigan, mais il n’y a pourtant qu’une seule chose à retenir : pas de bras, pas de pancréas ! Information donnée à toutes fins utiles. Faites-en ce que vous voulez ! Mais si vous le croisez un jour... pensez-y.
Les anges ont la mort aux trousses est un crossover (c'est-à-dire un croisement) entre la série Félicity Atcock de Sophie Jomain et celle d'Orcus Morrigan, écrit par Maxime Gillio
Ce duo d'écrivains nous propose donc un petit aparté avec leurs héros. 
Si je suis familière de Félicity, je découvre avec ce court roman, le personnage on ne peut plus singulier d'Orcus, le zombie. 

L'histoire se situe entre le dernier chapitre du tome 3 de Félicity Atcock et son épilogue... car dans cette période, il y a un événement inconnu qui s'est produit : la rencontre de Félicity avec les zombies, dont Orcus. 
Cela s'est passé lors de sa visite chez Greg (vous vous souvenez celui qui fait attaquer par l'Obizuth), Félicity  (enceinte de 5 mois), lui apporte gentiment une tarte au citron, mais - surprise - ce n'est pas Greg qui l'attend, mais Orcus, un zombie faisandé, créature du Mal absolu et connard de première...

Leur rencontre est épique et haute en couleur. Félicity n'a jamais été du genre à garder la langue dans sa poche et a toujours eu la répartie facile, mais face à Orcus, ce roi de la poésie et de la délicatesse... les bras lui en tombent... Et les dialogues sont désopilants !

Extraits
Orcus qui a déjà bien cerné  le caractère de Félicity :
"... Et surtout ne regarde pas la maison. 
- Que je regarde pas la maison ?
Ah le con ! Ah le sinistre con ! J'aurais voulu faire exprès que je ne m'y serais pas pris autrement. L'espace d'un instant, j'ai oublié qui j'étais chargé d'escorter. Miss Félicity Atcock, quoi ! Tête à claques première du nom, reines des Emmerdeuses ! Le genre à dire noir quand vous dites blanc, à prendre à gauche quand vous dites à droite, et à demander une vinaigrette à l'huile de pépins de raison bio avec sa salade sous vide au Burger King !"

Daphné et Orcus font connaissance : 
"- Dis donc, le faisandé sur pattes, tu vas m'expliquer ce que c'est que ce merdier, et tout de suite ! Il n'y a jamais moyen de passer plus de deux jours avec ma copine sans qu'une nouvelle créature sortie du trou du cul de l'enfer ou je ne sais où, ne pointe sa sale tête en espérant nous enlever ou nous becqueter. Alors tu t'expliques tout de suite, sinon...
- Ou sinon quoi, crevette, tu vas appeler ton boyfriend suceur de sang, c'est ça ? Un vampire face de zombie, donc. Et qu'est-ce que tu veux qu'il me suce, ton échappé de Twilight ? 
Il y a vraiment des moments où je kiffe mes propres vannes. Ce n'est pas le cas de la môme, qui me tape maintenant des deux poings sur le torse. 
- Espèce de malade mental ! Crie-t-elle. Psychopathe ! Pourri du zizi ! Tu vas voir ce qu'il va te faire, mon Toni !"

Orcus... le charme absolu :
"Dire qu'en temps normal, je lui aurais déjà bouffé les tripes et les poumons, et je me serais fait une bague avec son anus..."

En bref ? De l'action, du sang, des membres arrachés, des zombies affamés et vocabulaire richement fleuri (tout en poésie, je vous dis) pour ce crossover complètement délirant.
Cliquez sur l'image pour accéder aux chroniques précédentes :