dimanche 8 mai 2016

Cobayes T7 Cédric de Alain Chaperon

 éditions De Mortagne, 6 avril 2016, 328 pages, disponible au format papier 
et numérique ici


 Ce que j’aime faire de mes journées : rien.
Je me définis comme un paresseux. Les DVD et les livres sont mes seuls amis, car ils n’exigent aucune concession de ma part. Même travailler ne me viendrait pas à l’esprit. Voilà pourquoi je prête mon corps à la science. Je participe à des études cliniques en tant que cobaye. Pas de responsabilités, peu d’exigences. On me paie pour tester des produits. Point.
J’ai récemment trouvé une compagnie pharmaceutique qui me proposait un énorme montant d’argent pour me guérir de ma dépendance à la marijuana. J’aurais été fou de ne pas sauter sur l’occasion.
Depuis quelque temps, je me sens bien. J’ai l’impression de devenir quelqu’un. Comme si je méritais enfin de prendre ma place parmi les meilleurs. Lisez mon blogue, vous allez comprendre.
Moi, Cédric Labonté, j’ai maintenant le monde à mes pieds


Merci aux éditions De Mortagne et Virgolia communication pour ce service presse. 


Cédric Labonté, un nom de famille quelque peu ironique au vu de ce qu'il va arriver, est un type mou. Moins il en fait, mieux c'est ! Un véritable paresseux et il l'assume complètement !
Le travail ? Très peu pour lui. 
Le moyen le moins fatiguant pour gagner de l'argent ? Il participe à des essais cliniques pour des labos pharmaceutiques. Il passe son temps à lire, regarder des DVD et rédiger des articles pour son blog qui a, pour nom, Le blogue du Cobaye !
Il possède une adorable chatte, Cantine !  
Un drôle de nom qui s'explique par le fait qu'au départ, Cédric pensait que Elle était Il et l'avait baptisé Quentin, ce qui explique la transformation du nom. Un animal adorable (comme peuvent l'être les chats) mais qui a une sale manie : venir boire dans la cuvette quand Cédric fait pipi !

Il est accro à la marijuana, ce qui lui sert de prétexte pour participer à l'étude d'Alphalab puisque la molécule testée sert à combattre l'anxiété et les dépendances.
Dépendances dont il ne veut pas être débarrassé, seul l'argent motivant son inscription.
Cédric est donc, au départ, un jeune homme timide, réservé et qui se laisse vivre.
Il rencontre Marie, une ancienne présentatrice d'une émission pour enfants qui a bercé son enfance et pour qui il a beaucoup d'admiration et de respect mais sa timidité l'empêche de l'aborder.
Suite à sa première injection, Cédric commence, tout doucement, à changer.
Les articles pour son blog deviennent plus incisifs, plus mordants, il ressent moins le besoin d'avoir recourt à son pot (comprenez par là, la marijuana), il retrouve une énergie qu'il ne connaissait plus depuis longtemps, acquiert une plus grande confiance en lui et ose, enfin, aborder Marie et malgré leur différence d'âge (25 ans), ils entament une liaison.
Mais Cédric, au fil des injections, change de plus en plus. Il se redécouvre une véritable fibre artistique et recherche même un travail !
A partir de ce moment, tout va s'enchainer très vite : excellent travail, son blog va prendre une ampleur hors norme et il va devenir célèbre.
Mais il va attraper très rapidement LA grosse tête et devenir imbu de lui-même et égocentrique.
Vont commencer ses dérives dont, Marie, va avoir le privilège d'ouvrir le bal. 
Tout va s'enchainer alors très vite jusqu'au dénouement final !

Alain Chaperon a la terrible tâche de clôturer cette série et je dois dire qu'il s'en sort très bien ! 
Ce dernier tome est moins sanglant que certains précédents et, ma foi, ça fait du bien !!!
Attention, Cédric n'en devient pas moins un meurtrier en série mais en plus soft ! 
Le récit est plus axé sur l'évolution dans la vie du personnage tout en gardant LA caractéristique de tous ses prédécesseurs : devenir un meurtrier sans remord ! 

Comme dans chaque roman de la série, nous retrouvons à la fin une lettre qui, une fois toutes réunies forment un mot que vous devez noter sur le site internet de la maison d'édition et une fois ces lettres remises dans le bon ordre, vous avez droit à un chapitre final qui vous explique tous les mystères entourant Alphalab. Comme je suis très, très gentille, je vais vous donner la lettre de ce dernier tome R (comme Rosalie ^^)
Vous ai-je préciser que le comportement de Cantine a également changé ? Pourquoi ? Est-elle possédée par le diable comme le pense Cédric ? Vous le découvrirez en lisant ce septième et dernier tome !

Cobayes est une série qui m'aura tenue en haleine au cours de ses parutions.
Elle m'a plus d'une fois déroutée, surprise, angoissée, amusée (parfois), écoeurée, dégoûtée (par moment), déstabilisée et il faut bien le dire, complètement captivée !!
Sur le chemin du retour, je me perds. Je passe par une rue peu achalandée. À un certain moment, je vois un chat traverser la route. Il voudrait se faire écraser qu’il ne marcherait pas plus lentement.
Soudain apeuré, il s’écarte en direction du trottoir. Fort heureusement, j’ai le réflexe de tourner mon volant vers la droite.
Ouf ! Encore un peu et je l’aurais manqué.

 Vous pouvez retrouver les chroniques des 6 premiers tomes en cliquant sur l'image
http://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/01/cobayes-t1-anita-de-marilou-addison.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/01/cobayes-t2-sarah-et-sid-de-eve-patenaude.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/03/cobayes-t3-yannick-de-martin-dube.html
http://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/05/cobayes-t4-benoit-de-carl-rocheleau.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/11/cobayes-t5-olivier-de-yvan-godbout.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2016/03/cobayes-t6-elliot-de-madeleine.html

https://editionsdemortagne.com/