lundi 6 juin 2016

Indomptables de Cecily Von Ziegesar



Éditions Michel Lafon,  Broché 382 pages, 28 avril 2016
Disponible en eBook

Issue de la jeunesse dorée new-yorkaise, Merritt, 16 ans, a tout ce qu'elle veut, tout de suite.
Sauf ses examens...
Pour la remettre en selle, ses parents l'envoient passer l'été dans un centre équestre.
Là-bas, elle y fait la connaissance de Red, un poulain aussi rebelle qu'elle, et de Béatrice, une palefrenière, qui la fascine.
La vie de la jeune femme est sur le point de basculer. Et pas forcément dans le sens qu'espéraient ses parents...
Car Merritt est comme Red : indomptable.



***Merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture*** 

Lorsque j'ai demandé ce livre, j'avais juste lu la quatrième de couverture vite fait. Et rien, finalement, ne m'avait préparée à ce que j'allais lire.

Il y a un truc que je fais quand je sais qu'on attend quelque chose de moi :
a) je m'enfuis, 
b) je sème une pagaille monstre,
c) ou les deux à la fois.
Comme si, au lieu d'anticiper l'échec et la catastrophe et tâcher de les éviter au mieux, je fonçais tout droit pour les provoquer, pour avoir raison sur le fait que c'était bien un échec et une catastrophe. Et je vis la déception qui en découle comme une sorte de triomphe pervers. genre, vous voyez ce que vous m'avez fait faire ? Je vous avais prévenus que j'allais tout foirer.

Merritt a 16 ans. Après un mélange explosif d'alcool et d'anti douleurs, elle est envoyée dans un centre équestre, Good Fences, spécialisé dans la thérapie assistée par le cheval. C'est un centre uniquement pour les jeunes adolescentes à problèmes et Merritt est un problème, du moins  pour ses parents.

Béatrice a 17 ans. C'est la fille adoptive de M. de Rothschild, un richissime hommes d'affaires. D'ailleurs c'est pour elle à cause d'elle qu'il a fondé Good Fences. Suicidaire, se faisant renvoyer de toutes les écoles, Béatrice n'écoute personne et n'en fait qu'à sa tête. Elle doit partager sa chambre avec Merritt. Mais bizarrement, elles ne vont faire que s'entrevoir de loin car le soir même de l'arrivée de Merritt au centre, Béatrice provoque un incendie et sera emmenée dare dare par son père dans une école en Suisse.



Red a 4 ans.  C'est un pur sang alezan. Ingérable. Indomptable. Cinglé. Personne ne parvient à le monter. Après un accident sur une piste de courses hippiques, il est blessé à l'épaule, perd la vue d'un œil et a la mâchoire cassée. Sur le point d'être abattu, c'est M. de Rothschild qui le sauve en le rachetant et l'envoie à Good Fences. Il devient le cheval de Béatrice, sauf que celle-ci, même si elle s'occupe de lui à la perfection, n'en a que faire du cheval. Ils se détestent royalement. 

Après le départ de Béatrice de Good Fences, Red va revenir à Merritt. Et si les débuts entre eux sont  difficiles, Red et Merritt vont se prendre de passion l'un pour l'autre. Red est tellement dingue de Merrit, qu'elle sera la première personne qu'il laissera le monter.
M. de Rothschild y voit dans ce couple l'occasion de faire des affaires, en les faisant participer à des courses à travers les États-Unis.

Comme personnage secondaire, mais tout aussi important,  il y a Carvin, 18 ans, qui viendra s'ajouter à l'histoire. Il est jockey et monte Tang, un autre cheval de l'écurie Rothschild. Je vous laisse le découvrir. Il est pas mal bizarre aussi.

Trois êtres ingérables ensemble ne peuvent générer que des problèmes. Surtout que Red va être d'une jalousie maladive de tous ceux qui approchent Merritt de trop près.


Les narrateurs d'Indomptables sont Merritt et Red. Oui, vous avez bien lu ! Red nous raconte son histoire et son amour pour Merritt. 
J'ai été surprise au début, septique même, mais, chose étrange, on oublie très vite que Red est un animal. Je me suis même surprise à plus apprécier les chapitres qui lui sont consacrés que ceux de Merritt qui parfois étaient un peu longs. 
Des trois personnages principaux, c'est bien Red, le plus fou et incontrôlable et donc, le plus intéressant. 

Une histoire comme vous n'en avez certainement jamais lu.




Ce livre est un service presse
https://www.facebook.com/EditionsMichelLafon/?ref=ts&fref=ts&qsefr=1