mercredi 8 juin 2016

The young world de Chris Weitz

éditions Le Livre de Poche Jeunesse, 9 mars 2016, 384 pages, disponible au format papier et numérique ici




New York, XXIe siècle. Un virus a anéanti la population des États-Unis, à l'exception des adolescents, qui ont vu leur avenir se désintégrer sous leurs yeux. Plus d'électricité, plus d'eau courante, plus de transports, plus d'Internet : les jeunes sont livrés à eux-mêmes dans la ville qui ne dort jamais. Ils se partagent alors le territoire et forment des tribus qui coexistent plus ou moins pacifiquement. Jefferson, le leader des Washington Square, tente d'organiser la survie des siens avec l'aide de Donna, dont il est secrètement amoureux. Privés de repères et lassés d'attendre la mort, ils partent à travers Manhattan pour tenter de retrouver l'origine du virus qui a décimé le continent.  





Merci aux éditions Le Livre de Poche Jeunesse pour ce service presse.


Tout commence dans un futur pas si lointain que ça, tous les adultes et les jeunes enfants sont morts, éradiqués par un mystérieux virus.
Ne reste que les adolescents, épargnés par ce fléau. Mais ils vivent avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête car lorsqu'ils atteignent un certain âge, ils succombent à leur tour.
Dans ce présent dépourvu de futur, des tribus se forment et occupent différents territoires.
Certains groupes sont plus ou moins pacifiques et moins violents, c'est le cas des Washington Square mais d'autres dont les terribles Résidentiels sont particulièrement violents.
On pourrait croire qu'étant des ados, ils seraient moins vindicatifs, moins violents que leurs ainés disparus au vu de leur situation mais il n'en est rien, que du contraire. Les sentiments sont exacerbés, la violence n'a plus aucune limite et la vie n'a plus aucun prix au vu de l'issue sans espoir qui les attend.
Jefferson, suite au décès de son frère Wax qui avait atteint dirons nous cyniquement sa date de péremption, se retrouve propulsé leader des Washington Square, les "gentils" qui ne tuent que lorsqu'ils sont menacés.
Suite à une incursion des Résidentiels sur leur territoire qui a mal tourné, Jefferson décide, sur la suggestion de Brainbox, l'intello de l'équipe, de partir à travers les territoires "ennemis" trouver dans LA grande bibliothèque, les réponses aux questions qu'ils se posent avec l'espoir, peut-être insensé, de trouver une solution.
Commence alors, en compagnie de Brainbox, de Donna, une jeune fille dont Jefferson est amoureux depuis son plus jeune âge, de Peter, noir gay catho et Opaline, une chinoise toute menue mais pleine de ressources, une quête qui va les mener bien plus loin qu'ils ne pensaient.
Mais qui est donc ce mystérieux vieillard dont on parle ? Quels dangers vont-ils devoir affronter ? Parviendront-ils au bout de leur périple ou tout cela aura été entrepris en vain ?  

Cette dystopie post-apocylaptique nous entraine au coeur d'un récit plein de rebondissements, d'actions, de retournements de situations et de drame.
Certaines scènes sont cependant répétitives : ils arrivent dans un territoire, ont des problèmes, s'en sortent et retombent dans d'autres problèmes, toujours les mêmes.
Les personnages ont chacun leurs qualités et leurs défauts.
Jefferson et Donna se posent beaucoup trop de questions sur leur possible relation et sont souvent à contretemps. Quand l'un veut, l'autre n'est pas prêt et ainsi de suite et l'arrivée de Kate dans la bande n'est pas faite pour arranger les choses.
J'ai une petite tendresse particulière pour Opaline, ce petit bout de femme pleine d'une force insoupçonnée et bien plus courageuse que sa modeste taille pourrait laisser penser. 
Brainbox est la grosse tête de l'équipe, souvent taiseux, super intelligent, nous sommes quelquefois largués par ses explications.
Peter assume complètement son statut de gay/black/catho. Il a le sens de l'autodérision et aime l'action.

Une lecture avec des hauts et des bas avec un peu trop de discussions par rapport à l'action, un récit narré à chaque chapitre soit par Jefferson soit par Donna et j'avoue qu'au début, je devais au cours de la lecture me rappeler qui narrait à ce moment là mais cela mis à part, le thème abordé ici est original et la façon dont se termine ce premier tome nous laisse présager une suite tout à fait inattendue ! 
J'attends donc avec impatience le second tome !



http://www.livredepochejeunesse.com/