lundi 22 août 2016

Les michetonneuses de Rose Emilien

Don Quichotte, 16 juin 2016 - Grand format 353 pages
Disponible en eBook


Heaven Alighieri est trop belle pour être pauvre. Un principe comme un autre auquel croit dur comme fer cette jeune michetonneuse. Pour subvenir à ses besoins, elle écume les soirées branchées de la capitale avec ses inséparables copines : Anissa la pulpeuse, Stéphanie la blonde fashion addict, et Maya l'intello qui carbure à la poudre. Armées de leur plastique de rêve et d'un culot à toute épreuve, prêtes à toutes les folies pour un sac Chanel, une paire de Louboutin ou une robe Azzeddine Alaîa, nos quatre bombes sexuelles rivalisent d'ingéniosité pour épingler le gros poisson : champions de foot, artistes, hommes d'affaires ... tout mâle est bon à prendre pourvu qu'il ait une carte Infinite Black, meilleur aphrodisiaque pour ces courtisanes des temps modernes. Insouciante mais bien déterminée à se faire une place au soleil, Heaven ne lésine pas sur les stratagèmes pour accrocher ses conquêtes. Mi-Nana, mi-Zahia, son existence est rythmée par des déjeuners avec des hommes mariés, des séances de sport pour garder la ligne et des virées shopping rue Saint-Honoré. Mais le jour où Heavy décide de séduire N. , le rappeur à la mode, sa vie de champagne et de stilletos sur fond de rap-dancehall prend un nouveau tour...

**Merci à LP Conseils pour ce roman**

Je vais donner le ton de suite pour cet avis :  j'ai détesté. 
Je n'ai même pas réussi à aller au-delà des 100 pages (sur 353), c'était au-dessus de mes forces. Je vais donc seulement vous expliquez ce qui m'a déplu sur le peu que j'ai lu (logique). 

Qu'est-ce que je n'ai pas aimé ? 
L'héroïne ! Hyper trash, vulgaire et sans aucune morale. Je n'aime pas l'image de la femme qu'elle véhicule. Une michetonneuse. Je ne connaissais pas cette expression, maintenant oui, et je peux vous dire que ce n'est pas joli joli. Ce sont des femmes vénales, qui ne pensent qu'au fric. Leur but ? Trouver LE pigeon pété de tunes qu'elles pourront sucer jusqu'à la moelle telle une sangsue afin d'assouvir leur soif de shopping, regarnir leur dressing, s'offrir des voyages ou encore, pour certaines, se payer leur dose de coke.
[J'abuse de la générosité des hommes parce que ma plastique les rend fragiles. Dans la vie, y'a deux type de gens : les enculés et leurs victimes. En toute humilité, j'espère appartenir à la première catégorie]...[Moi, je n'ai qu'un seul objectif ici-bas : être riche. Quoi qu'il m'en coûte en souffrance, dignité et amour]... [De toute façon, je suis au-dessus de la masse, je suis née pour briller]
Voilà un petit exemple qui nous montre bien le caractère de Heaven. Et là, moi je dis : 
Comment fait-on pour adhérer à ça ?! C'est juste avilissant, dégradant, choquant !!
En lisant le résumé, j'avais déjà une idée sommaire de ce que j'allais lire, je savais donc que ces femmes étaient vénales. Sauf que je pensais, à tort, que le récit serait narré sur un ton humoristique, un peu décalé et tout. Mais non, c'est une histoire tout ce qu'il y a de plus sérieuse. Rien de drôle là-dedans. C'est même limite tragique ou du moins pathétique quand on y pense, car Heaven et ses amies sont prêtes à tout pour du fric et elles n'hésitent à user de leur corps pour y parvenir. Aucune dignité, aucune fierté...
Ce récit n'est clairement pas une ode à la femme... 
Le vocabulaire m'a énormément dérangée !! À la limite de choper des boutons d'urticaire. Heaven et ses copines parlent caillera... LE truc dont j'ai horreur. 
Mais en plus de ça, il y a même parfois des incohérences : du langage pétasse, l'auteure passe au langage soutenu : de "téma la tepu", on passe "ces choses que je honnis". Pas très logique tout cela. 
La vulgarité ! J'ai mangé, pour mon année, mon lot de "salopes", "putes" et autres mots tous aussi charmants... 

Donc voilà pour toutes ces raisons cela ne l'a pas fait du tout. Je n'aime pas cette histoire et ce qu'il en ressort... Autant je n'aime pas que l'on rabaisse la femme en tant qu'objet, autant la salope croqueuse de diamants ne m'attire pas non plus !

Je suis sincèrement navrée pour l'auteure, une critique négative n'est jamais très agréable et je n'ai pris d'ailleurs aucun plaisir à l'écrire.
Je me suis juste trompée en prenant ce roman. Je m'attendais à de la dérision, du sarcasme, du fun, des filles cash mais attendrissantes, drôles ou burlesques, alors qu'en fait, j'étais très loin du compte. Ce récit trouvera sûrement son lecteur, juste, je n'en fais pas partie ;)