mercredi 10 août 2016

Thoughtless T5, Sauvage de S.C Stephens

Hugo Roman, 13 juillet 2016 - Grand Format 560 pages
Disponible en eBook

Griffin Hancock est le bassiste un peu bad boy des D-Bags, le groupe le plus chaud du moment. 
Il a tout ce dont il rêve : une grande maison, une belle voiture, une magnifique famille. Malgré tout, cet homme sauvage et à l'ego surdimensionné en a assez d'être dans l'ombre de Kellan Kyle. Il estime être le meilleur et tout le monde devrait le savoir. 
C'est pourquoi lorsqu'une opportunité se présentera, Griffin n'hésitera pas à la saisir. Le groupe n'est pas d'accord avec lui et il prend alors une décision radicale : il quitte Seattle avec sa famille pour retourner à L.A. pour y faire carrière seul. 
Mais le succès n'est pas aussi facile qu'il l'aurait pensé, et qu'il pourrait avoir mis son couple en danger. Griffin expérimentera alors l'adage : "On ne connait pas la valeur de ce que l'on possède avant de tout perdre ".

**Merci aux Éditions Hugo Roman pour cette lecture**

J'ai lu en commentaire sur la page des Reines de la Nuit, une lectrice qui disait que passer après Kellan, c'était un véritable défi... Surtout en choisissant Griffin !!
Un mec si imbu, ignoble, grossier, crétin, arrogant, égoïste, égocentrique, exécrable, jaloux, idiot, pervers, vulgaire, attardé, narcissique etc... 
Alors forcément, on se pose des questions sur les choix de l'auteure, un spin-off sur Griffin avec, en plus, uniquement son point de vue ? Il fallait oser ! 

Mais Griffin mérite-t-il tous ces qualificatifs peu élogieux ?
 Oui, et mille fois OUI !! Sincèrement, les mots me manquent même pour décrire son caractère de débile fini. C'est impressionnant, vraiment !! de voir à quel point ce personnage est... con ! Il n'a aucune limite !

On avait déjà pu constater dans les tomes précédents l'étendue de sa connerie... du moins, c'est ce que je pensais ! Mais en fait, ce n'est qu'une partie infime de l'iceberg. Personnellement, je me disais, il est con, oui, mais il y a forcément une raison à tout ça : un passé douloureux, un problème psychologique, un mal qui le ronge... je ne sais pas mais un truc qui lui donne une excuse d'être si con. Eh bien, non ! Il est con car c'est son caractère, tout simplement. Et encore, en lisant Sauvage, on s'aperçoit vraiment que l'on était loin du compte avec lui !!

Alors, concrètement, qu'est-ce que cela donne  ce POV de Griffin ?

C'est une lecture éprouvante, très éprouvante !! 

Mais qui, au final, s'avère être une belle surprise. 

Pouvoir supporter Griffin est un exploit et le lecteur qui ne jette pas le roman de colère et de dépit contre cet abruti mérite une médaille ! Oui, oui !
L'envie d'abandon m'a saisi un nombre incalculable de fois dans la première partie du récit (soit 300 pages tout de même !).
Griffin est à claquer. Il m'a mis les nerfs en pelote. Agacée, irritée, énervée au delà du possible.

 Ce n'est clairement pas de tout repos de suivre cette énergumène. Il est tellement sûr de lui, de son génie, de son talent, de sa supériorité, qu'il fait limite pitié, parce que oui, le seul génie qu'a Griffin, c'est d'être un abruti, le champion du monde toutes catégories !

Malgré tout, la curiosité (toujours elle) m'a obligée à tourner les pages. Je voulais absolument savoir comment l'auteure allait mener la suite de cette histoire, arriverait-elle par un coup de force à nous faire aimer Griffin ? C'était ma grande question.
Et il est vrai, qu'au fil des pages, on découvre aussi une autre face de Griffin, bien plus attachante. Déjà c'est un père formidable, mais ce qui m'a surtout touchée, c'est sa relation avec Anna. Ces deux-là ensemble sont géniaux ! Il y a entre eux un véritable amour, bien différent de celui qui unit Kiera & Kellan, mais peut-être dans un sens plus profond, voire même plus sincère.
Griffin mûrit également. Le fait d'être tombé plus bas que terre va lui mettre du plomb dans la cervelle et lui dégonfler un peu son égo.
Après, et c'est tant mieux en y réfléchissant bien, Griffin reste toujours Griffin ! 
Il ne devient pas un garçon charmant, poli et fiable, non il reste lui, mais en version 2.2, un Griffin amélioré qui, après une longue bataille, a réussi à m'attendrir, me faire sourire, rire aux éclats même ! et comble et du comble, il a fini par me séduire. Bon évidemment, ce n'est pas Kellan et je ne fantasmerai jamais, Ô grand jamais, sur lui, mais disons, qu'à la fin de ce tome, je l'apprécie beaucoup plus.

En bref ? S.C Stephens nous propose ici un récit culotté avec un personnage qui ne fera sûrement pas l'unanimité, mais qui restera incontestablement marqué dans nos esprits. Et après un début éprouvant où Griffin m'a énervée au-delà de l'imaginable, ce vaurien a fini par me séduire. Il est con, oui, mais...

PS : je conseille toutefois de prendre quelques cachets pour les nerfs ou de faire un bon yoga avant d'entamer cette lecture. 


Cliquez sur l'image pour lire les précédentes chroniques
http://lesreinesdelanuit.blogspot.fr/2014/03/indecise-de-sc-stephen.html http://lesreinesdelanuit.blogspot.fr/2014/07/thoughtless-tome-2-insatiable-de-sc.html http://lesreinesdelanuit.blogspot.fr/2014/09/toughtless-t3-intrepide-de-sc-stephens.html


Ce livre est un service presse