mardi 28 mars 2017

Brutale de Jacques-Olivier Bosco

Éditions Robert Laffont, Collection La Bête Noire, Broché 416 pages
19 janvier 2017, Disponible en eBook


Elle est jeune. Elle est belle. Elle est flic. Elle est brutale. Des jeunes vierges vidées de leur sang sont retrouvées abandonnées dans des lieux déserts, comme dans les films d'horreur. Les responsables ? Des cinglés opérant entre la Tchétchénie, la Belgique et la France. Les mêmes qui, un soir, mitraillent à l'arme lourde un peloton de gendarmerie au sud de Paris.
Que veulent-ils ? Qui est cet " Ultime " qui les terrorise et à qui ils obéissent ?
Face à cette barbarie, il faut un monstre. Lise Lartéguy en est un. Le jour, elle est flic au Bastion, aux Batignolles, le nouveau QG de la PJ parisienne. La nuit, un terrible secret la transforme en bête sauvage. Lise, qui peut être si douce et aimante, sait que seul le Mal peut combattre le Mal, quitte à en souffrir, et à faire souffrir sa famille. 



Cela fait déjà quelques semaines que j'ai terminé ce livre et si je ne l'ai pas chroniqué de suite c'est que j'avais du mal à trouver la meilleure façon de vous le résumer sans faire trop compliqué. Je sais que vous, qui nous lisez, n'êtes pas trop friands de polars. Alors, allons-y simplement ;)

Lise Lartéguy est lieutenante de police à la BRB de Paris depuis trois ans. Elle est issue d'une famille de flics - ou militaires - de génération en génération. Son frère, Camille, est lui-même gendarme.  Leur père était un haut responsable de la PJ parisienne aussi. Était, car il est mort sur le terrain, en intervention dans une grande cité de banlieue. Protégée par son parrain, le directeur de service Boisfeuras (grand ami de son père) Lise est un flic un peu spécial. On ne compte plus les rappels à l'ordre disciplinaires de cette jeune femme de 28 ans. Elle est dotée d'un QI exceptionnel, mais souffre d'une hyperactivité aigüe, mais aussi d'une proportion à la violence et à la brutalité. À l'âge de huit ans déjà, elle poussait une camarade par une fenêtre du premier étage, et son frère Camille a encore une cicatrice, souvenir d'un ciseau qu'elle lui a planté, sous son œil droit. 
En un mot, Lise est incontrôlable. 
Une Bête la consume de l'intérieur lorsqu'elle est en colère et rien ne peut la calmer que laisser libre cours à sa violence. Pour simplifier, Lise c'est une version de Hulk.

Ok ! Elle ne devient pas un "géant vert" mais la "Bête" en elle lui fait faire des choses pas très en accord avec la loi, allant même jusqu'à tuer ! Tuer ? Que dis-je ? Massacrer oui !
Heureusement, son père a tout fait pour lui apprendre à canaliser cette colère violente et à ne la retourner qu'envers les "méchants". Vous connaissez Dexter ?

Sauf que Dexter, lui, faisait ça proprement et méthodiquement. Lisa est bien plus "sauvage" et ne nettoie rien après le passage de sa "Bête". 

Mais, et c'est là le plus surprenant et là aussi où l'auteur est un génie, moi, simple lectrice, à aucun moment je n'ai détesté Lise, ou elle m'a fait horreur, bien au contraire. Je n'ai pas pu m'empêcher d'éprouver de l'empathie pour cette jeune femme meurtrie par la vie qui souffre de la perte de son père et du rejet de sa mère. 
Et lorsque son frère Camille se fait tirer dessus et est gravement blessé lors d'un contrôle routier...
Que ceux qui lui ont fait ça sont les principaux suspects de l'enlèvement de plusieurs jeunes filles vierges pour leur pomper tout leur sang...
Et que ces mêmes hommes enlèvent la fille de Camille pour lui faire subir le même sort...
Alors, Lisa n'hésite pas une seule seconde et s'associe à un gang de truands corses pour s'introduire dans le repaire de ces assassins.
Et c'est là que la Bête va se lâcher !



Je pense que vous avez compris que j'ai plus qu'adoré ce polar bien sombre mais ô combien touchant.  C'est super bien écrit, original et cette immersion au cœur de la police parisienne nous entraîne dans les bas-fonds de la criminalité et dans ces cités si souvent déclarées zones de non-droit, à un rythme effréné. C'est speed et ça nous fait monter l’adrénaline.
On découvre aussi le monde des truands qui ont encore un honneur (ils existent encore ?) par opposition à cette  mafia de l'est qui n'en a aucun !
C'est là que je me suis surprise à aimer les braqueurs et à être triste lorsqu'ils se font buter...
C'est là aussi que j'ai jalousé Lisa et sa relation avec Le Cramé... qui ne m'a pas laissée indifférente. 

Vivement une suite !




http://amzn.to/2maZgZM

https://www.facebook.com/CollectionLaBeteNoire/?fref=ts