mardi 25 avril 2017

Noirs Démons T1, Tout ce qui brûle de Suzanne Wright

Milady Romance, 21 avril 2017 - Poche 480 pages
Disponible en eBook

Membre d'un repaire de démons mineur, Harper Wallis mène une vie plutôt simple si l'on ne tient pas compte de sa famille haute en couleur. Tout bascule lorsqu'elle découvre que son ancre, le seul démon capable de l'arrêter lorsqu'elle laisse libre cours à sa rage, est Knox, l'un des démons les plus puissants au monde.
Knox est bien décidé à l'obliger à admettre qu'ils sont liés et à l'entraîner dans son lit. Il est prêt à tout pour la garder auprès de lui et la protéger contre ceux qui voudraient l'utiliser contre lui. Harper n'est pas sûre de vouloir l'un ou l'autre, mais elle n'est pas pour autant du genre à battre en retraite lorsque le danger rôde, que la menace pèse sur elle... ou sur lui.

Dans cette nouvelle série, Noirs Démons de Suzanne Wright, nous plongeons comme son titre l'indique dans un univers peuplé de démons. 

Knox Thorne est le créateur de la Cité souterraine, un endroit où les démons peuvent se rassembler tranquillement à l'insu des humains qui ne connaissent pas leur existence. 
C'est un démon, puissant et riche. En fait, on dit de lui que c'est le démon le plus puissant qui existe sur terre. Ses pouvoirs sont immenses et les rumeurs à son sujet en font trembler plus d'un. Quant à son sex-appeal, il est si ravageur qu'aucune femme/démone ne peut lui résister
Mais Knox se lasse aussi très vite (enfin son démon se lasse vite) et il change donc très souvent de partenaire de jeu. 

Harper Wallis est une démone sphinx, élevée parmi les démons Elfe, dont sa grand-mère, Jolène, dirige le clan. 
Ce petit bout de femme, d'apparence inoffensive, cache en réalité beaucoup de force et de pouvoir. Et lors d'un combat dans l'arène, elle va attirer la curiosité de Knox, qui demande à la voir. 

Cette rencontre va tout chambouler dans leur vie respective, puisqu'il s'avère que leur démon se reconnaissent comme étant des alter ego. C'est un peu l'équivalent des âmes-sœurs version démon et le sexe en moins. 
Car être alter ego n'implique pas de sentiment amoureux ou de désir sexuel. Enfin, normalement...

En déclarant Harper comme son Alter ego, Knox lui a mis, sans le vouloir, une cible dans le dos. Surtout qu'Harper, têtue et indépendante, n'est pas encore prête à accepter sa protection...


Après avoir eu un gros coup de cœur pour La meute du Phénix (surtout le 1), je me suis jetée sur ce roman dès sa réception. 
Ma déception n'en est que plus douloureuse ! 
Comment vous dire ? 
Je crois que j'ai tout simplement fait une overdose. 
"Alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego, alter ego..."
À chaque page, nous avons le droit à 3/4 "alter ego", et au bout du 1020ème... j'ai craqué ! 

J'ai tellement focalisé sur ce petit mot, très... irritant, que le reste s'est effacé. 
Mais, de tout façon, la trame est du réchauffé. On prend la Meute du Phénix, on remplace les lycanthropes par des démons et le tour est joué. Pour le reste, c'est plus ou moins du pareil au même. 
Knox, à l'instar de Trey, est un dominant qui aime tout régir, surtout au lit. Il a, lui aussi, du mal à extérioriser ses sentiments et est très protecteur envers son... alter ego
Harper, à l'instar de Taryn, est une femme forte, indépendante, qui n'a pas la langue dans sa poche, mais qui accepte tout de même une certaine soumission quand il s'agit de sexe. Et, elle aussi, a un handicap : elle est née sans ailes alors que les sphinx ont des ailes (pour rappel, Taryn ne pouvait pas se métamorphoser...
Donc, niveau personnages, trame, toussa, toussa... C'est du collé/copié de la Meute, l'humour en moins ! 

Et pour finir, l'intrigue de fond est d'ordre politique... achevez-moi !! 
Moi qui voulais me vider la tête après ces merveilleuses élections présidentielles, je suis ravie... 

En bref ? Je n'ai pas aimé. Je me suis fait violence pour progresser dans ma lecture et arrivé à 65% du récit, j'ai fini par craquer... trop, c'est trop
Le reste de cette série se fera sans moi.