mercredi 2 août 2017

Les délices d'Eve d'Émilie Collins

Collection Emoi, 5 juillet 2017 - Grand Format 350 pages
Disponible en eBook

Ève ne vit que pour une chose  : sa passion pour la pâtisserie. Et la prestigieuse école dans laquelle elle étudie pourrait lui ouvrir les portes des établissements les plus prisés de Paris. C’était sans compter l’irruption du très charmant Zacharie Beauregard dans sa vie. Lorsqu’ils passent ensemble une nuit passionnée, elle ignore qu’il est non seulement un célèbre jeune talent de la pâtisserie, mais aussi son nouveau professeur… Entre carrière et sentiments, Ève devra opérer un subtil dosage.

Émilie Collins nous plonge, dans sa romance, dans l'univers de la cuisine, plus particulièrement la pâtisserie. Notre héroïne, Eve Colinet, âgée de de 21 ans, voue une passion pour la pâtisserie. Elle a réussi à intégrer une grande école où elle suit une formation intensive sous le joug d'un tyran, qui fait de sa vie un enfer depuis maintenant plus de huit mois. Nombre sont les élèves qui ont abandonné, tant la pression est forte. Mais Eve s'accroche quoiqu'il lui en coûte. 
Quand son formateur décède brutalement, c'est l’effervescence dans les rangs. Qui va le remplacer ?
Et c'est Zacharie Beauregard, 25 ans, le plus jeune Meilleur Ouvrier de France en pâtisserie qui sera son nouveau professeur. 
Zacharie... avec qui elle vient de passer une nuit torride, passionnée, enflammée, sans savoir qu'il était MOF (Meilleur Ouvrier de France) et son futur professeur.
C'est la douche froide pour nos deux héros quand ils réalisent qu'ils sont maintenant professeur/élève...

Les délices d'Eve est une très jolie histoire, toute mignonne. Je vous aurais bien dit qu'elle se déguste, mais c'est faux. Elle se dévore ! Les pages défilent à une vitesse incroyable. Nous sommes très vite pris dans la romance, la plume d'Emilie Collins est entraînante et fluide. C'est vraiment très agréable à lire.
Eve, piquante à souhait, ravit nos papilles. Bon, je l'ai quand même trouvée un poil trop bagarreuse, mais en même temps c'est aussi ce qui la rend si atypique. 
Zacharie, quant à lui, est tout simplement à croquer. Un héros selon mon cœur...

En bref ? Un bonbon acidulé, à la fois sucré et piquant, croquant et fondant, qui se dévore, hélas, bien trop vite. C'est qu'on en voudrait encore 😉 



1 commentaire: