jeudi 14 septembre 2017

Le prince captif T3, Le roi de C.S. Pacat

Milady, 25 août 2017 - Poche 384 pages
Disponible en eBook

Deux princes, une seule guerre.
La vérité a été révélée, et Damen, l'esclave du prince Laurent, doit faire place à Damianos, prince héritier d'Akielos, l'homme que Laurent a juré de tuer.
L'avenir de deux royaumes est en jeu. Cernés par l'armée de Kastor au sud et les forces du régent au nord, Damen et Laurent n'ont d'autre choix que s'allier pour reconquérir leurs trônes respectifs. Mais même si la fragile confiance qu'ils partagent résiste à la révélation de la véritable identité de Damen, celle-ci suffira-t-elle pour venir à bout de la dernière et plus impitoyable manigance du régent ?


Après deux longues années, je découvre enfin la suite (et fin) du Prince captif. Bien évidemment, après autant de temps, j'appréhendais énormément cette lecture. 
Ma mémoire va-t-elle me faire défaut ? 
Se replonger dans un univers riche et si particulier est en fait très aisé. Peut-être justement parce que celui-ci est remarquable. Le prince captif n'est pas une de ces histoires qui s'oublient facilement. Elle reste, même des années, après ancrée en nous. 
De ce fait, mises à part les toutes premières pages du récit, je n'ai pas eu de moment de flottement. L'histoire redémarre exactement là où nous l'avions laissée. C'est-à-dire, dans une très mauvaise posture pour nos héros, ce qui nous plonge immédiatement dans le bain ! 
Les rebondissements s'enchaînent. L'action est omniprésente et nous sommes au cœur de l'ultime bataille. 
Puis, entre cette lutte sanglante pour le pouvoir, il y a la romance entre nos deux héros, Laurent et Damen. 
Elle avait déjà pris un tournant assez radical dans le tome 2, mais cela restait tout de même timide et réservé. 
Dans ce dernier tome, ne vous attendez pas à une explosion de sentiments. Cela est bien trop loin de la personnalité de Laurent, toujours en retrait et distant, même quand il s'agit d'amour. 
L'évolution de leur relation est palpable mais timorée une bonne partie du récit. Un pas en avant, dix pas en arrière. Il faudra toute la volonté de Damen pour percer la carapace de Laurent. 

Damen, par ailleurs, m'a énormément plu dans ce volet ! Lui qui pourtant n'avait pas forcément mes faveurs dans les précédents tomes, est devenu mon chouchou. J'ai adoré sa force, sa détermination, son courage, son abnégation. C'est un Roi, un vrai, dans toute sa grandeur et sa splendeur. 
Laurent, lui se dévoile. Mais (trop) doucement. Sa fragilité est touchante certes, mais sa carapace faite de piques acérées et de venin, m'a quelques fois gênée. Il est tellement énigmatique, froid, distant... du moins, en surface, que c'en est déstabilisant. À ce niveau de la lecture, j'aurais pensé qu'il mettrait moins de temps à se dévoiler, mais là encore, c'était sans compter sur son caractère borné et ses années à se cacher derrière cette façade impénétrable. Il nous faut donc nous armer de patience pour découvrir le vrai Laurent. 

Cette trilogie m'aura fait vivre des moments forts et ressentir des émotions brutes et sincères. Toutefois, je suis loin du coup de cœur, même si je ne saurais vous dire précisément pourquoi. Il m'a manqué cette alchimie, ce coup de foudre que l'on ressent parfois instantanément pour nos héros. 

Ma note ne reflète en aucun cas la qualité du récit, car de ce côté-là, il n'y a vraiment rien à redire, mais plutôt mon état d'esprit lors de cette lecture. 


Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente