lundi 30 octobre 2017

Vicious de L.J. Shen

Vicious : Une dark romance intense et interdite (Hors Collection) par [Shen, L.J.]
Harlequin &H, 2 novembre 117 - Grand format 381 pages
Disponible en eBook



Il est le pire qui pourrait lui arriver… ou le meilleur 
Vicious. Le nom qu’il s’est choisi parle de lui-même. C’est un homme froid, cruel… et immensément riche. Ce qui veut dire qu’il a le monde à ses pieds. Millie ne fera plus jamais l’erreur qu’elle a commise dix ans plus tôt, quand elle a cru qu’elle pouvait se mesurer à lui, répondre à ses provocations, lui rendre coup pour coup. Ils n’étaient que deux adolescents, et pourtant il a détruit sa vie, l’a forcée à l’exil, loin de sa famille et de tout ce qu’elle connaissait. Alors, le soir où il surgit dans le bar de Manhattan où elle travaille à présent, adulte, plus beau et plus… dangereux que jamais, Millie sait qu’il n’y a qu’une solution  : fuir. Mais elle ne se fait pas d’illusions, si Vicious est venu la chercher, rien ne l’arrêtera. Une menace autant qu’une promesse…


Tout d'abord, je voudrais rectifier une petite chose : Ce roman est vendu comme étant une Dark Romance, et j'ai peur que les amateurs du genre soient déçus, car ce n'est pas le cas.
Certes le personnage principal peut faire froid dans le dos, mais rien de comparable tout de même avec de la Dark. Ici, il est plutôt question de harcèlement moral. 

Baron Spencer, qui préfère qu'on l'appelle Vicious, est né avec une cuillère d'argent dans la bouche. Bien avant qu'il ne devienne un brillant et richissime homme d'affaires, son père était déjà l'une des plus grandes fortunes de Californie. 
À dix-huit ans, Vicious est déjà un jeune homme complexe. Froid et cruel. Avec ses trois amis, ils représentent l'élite et règnent en maître dans leur lycée, All Saints.  

Emilia LeBlanc, dix-sept ans, n'est pas du même monde. Ses parents sont les nouveaux domestiques des Spencer. Foncièrement gentille et protectrice, elle va très vite être confrontée à la méchanceté de Vicious, qui l'a prise pour cible. 
Son animosité envers elle n'a pas de limite. Ainsi, l'année scolaire finie, Emilia sera contrainte de quitter la ville. 

Dix ans plus tard, elle fait sa vie à New-York, mais peine à s'en sortir financièrement. Pourtant elle cumule deux jobs, mais vient de perdre l'un d'eux. Et avec sa sœur, Rosie, qui est malade et dépend d'elle, Emilia n'arrive plus à joindre les deux bouts. 
Le messie va prendre l'apparence d'un démon du passé : Vicious. 
Il va la croiser par hasard et lui faire une offre qu'elle ne pourra refuser. 
Le hic, c'est qu'avec Vicious, rien n'est jamais gratuit... 
Et si le cauchemar recommençait ? 
Elle était le fantôme du passé qui allait m'aider à chasser les démons du présent. Et tant que j'y étais, j'en profiterais pour m'amuser un peu avec elle.

Vicious est un personnage tellement particulier que j'ai mis un certain temps à "l'accepter". C'est un gros gros connard. Mais vraiment ! 
Il n'est ni psychopathe, ni psychologiquement dérangé. Il n'a aucune excuse pour son comportement abject (ou presque)... et c'est ce qui le rend d'autant plus troublant. Comment aimer un tel individu ? Méprisant, cruel, cynique et perpétuellement odieux. 
Je ne savais pas où l'auteure voulait en venir avec ce personnage, mais une chose était sûre : jamais je ne l'aimerai. 
Du moins, c'est ce que je pensais. 
Emilia, elle, m'a tout de suite plu. Elle est adorable, mais pas neuneu. Loin d'être idiote et faible, elle encaisse les coups avec courage et garde toujours la tête haute. Toutefois, Vicious est son talon d'Achille. Elle le hait, autant qu'elle le désire. Et Vicious l'a bien compris et en joue. 
Pour lui, tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins. Quitte à écraser et détruire. Il n'a aucune empathie. 

Le récit est à la fois captivant et dérangeant. J'ai adoré suivre leur histoire et voir l'évolution des personnages. Et, en même temps, j'étais gênée par le comportement malsain et désagréable du héros. Puis, tout a changé. Je ne saurais dire quand exactement, mais j'ai fini ce roman avec des étoiles dans les yeux en pensant à Vicious. L'hallu totale ! Je suis encore choquée moi-même, pourtant je dois me rendre à l'évidence : j'aime Vicious. Il m'a fait frissonner et émue aux larmes. C'est un sale petit con qu'on ne peut s'empêcher d'aimer. 

En bref ? Ce roman terriblement addictif, nous fait ressentir tout un maelstrom d'émotions, du sentiment le plus vil à un amour aussi sincère que surprenant.