samedi 2 décembre 2017

La Moïra Le cycle des loups l'intégrale de Henri Loevenbruck

éditions J'ai Lu, semi-poche imaginaire, 4 octobre 2017, 960 pages
Disponible en eBook 





Aléa, jeune orpheline solitaire, dérobe un jour une bague qui lui confère des pouvoirs étranges. Politiciens et religieux convoitent autant qu'ils redoutent cette élue aux facultés uniques... Serait-elle appelée à devenir le Samildanach, l'élu des druides, à qui revient la charge de façonner l'avenir du monde ? La guerre est proche et gronde, le destin de l'île de Gaelia est sur le point de basculer.  


Il y a des romans qui sont difficiles à décrire, à résumer sans trop en dévoiler.
Non pas parce qu'ils ne sont pas bons mais parce que l'univers est si complexe - pas compliqué - qu'il est difficile d'en parler.

La Moïra est de ceux-là !

Aléa est une jeune orpheline qui va voir son destin basculer le jour où elle dérobe une bague sur un cadavre.
Mais ce n'est pas n'importe quel bijou : il s'agit de la bague du Saldimanach, l'élu des druides, au pouvoir phénoménal.
Un pouvoir dont, bien malgré elle, Aléa va se retrouver investie.
Elle connaitra l'amitié, l'amour mais aussi le chagrin, la perte d'êtres chers, des batailles épiques pour finir par l'affrontement avec Maolmordha, incarnation du mal absolu !

Les personnages principaux sont assez nombreux, je vais donc vous en présenter quelques uns.
Aléa, jeune orpheline de 13 ans qui va vivre un destin hors du commun et devra tenir sur ses épaules le destin de l'ile de Gaelia. 
Mjolln, le nain, qui va prendre Aléa sous son aile et lui servira de protecteur. Sous ses airs bourrus se cachent un coeur d'or, un conteur hors pair et un guerrier aguerri.
Faith, la barde, qui accompagnera Aléa dans sa quête.
Phelim, le druide, qui va découvrir le premier les nouvelles capacités d'Aléa et se rendre compte qu'elle est le nouveau Samildanach : chose impossible pour les druides car le Samildanach NE PEUT PAS être une femme.
Finghin, un druide de fraiche date, qui sera un allié de poids pour la jeune fille.
Galiad, le magistel de Phelim - son garde du corps en quelque sorte, chaque druide ayant son propre magistel - qui va rejoindre le groupe des alliés d'Aléa.
Erwan, fils de Galiad, ami et futur magistel de Finghin.
Sarkan, un Tuathann, dont le peuple fut chassé de l'ile par les Galéens et obligé de se réfugier sous terre pour survivre. Mais l'heure de la revanche a sonné !
Tagor, fils de Sarkan et qui va se révéler être bien plus que cela.
Il y a aussi Kaitlin, Kiaran, Ernan, Tara, Fahrio et tant d'autres.
Mais il y a aussi Imala, la louve blanche solitaire, qui se liera d'amitié avec Aléa, la verticale - 'est ainsi que les loups nomment les humains - et lui apportera son aide.



Et puis, il y a la Saîman qui n'est pas un personnage mais un pouvoir que seul un druide peut capter et utiliser et qui lui permet, notamment, de contrôler les éléments.
Un pouvoir que va acquérir Aléa - contre toute logique - et qu'elle va apprendre à apprivoiser, à maitriser et à utiliser.

Le roman est divisé en trois parties.

Dans la première, l'auteur met en place tous les éléments qui vont faire partie de cette épopée.
Les personnages, les décors, le contexte historique ...
Nous découvrons les rencontres entre tous les protagonistes, leur parcours, leur passé et la création du lien si particulier qui va unir Imala et Aléa.
Les combats contre les forces du mal vont s'engager mais également entre les druides et les chrétiens.
Et certains compagnons d'Aléa vont disparaitre.

Dans la seconde partie, un nouvel ennemi fait son apparition en la personne de Samael, un druide renégat qui se cache sous l'identité de l'évêque Nathalien, qui, avec l'évêque Aeditus, est prêt à tout pour imposer le christianisme, mais là où Aeditus a la foi, Nathalien ne cherche que son propre profit.
Quant aux Tuathann, ils ont envahi l'ile.
Aléa sait, sans aucune équivoque, qu'elle est le Samildanach et découvre peu à peu le rôle qui lui incombe dans ces guerres.
Elle s'est retrouvée dépositaire d'un pouvoir qu'elle ne voulait pas mais avec force, courage et détermination, elle va apprendre à faire corps avec lui, à tenter de le comprendre.
Elle va acquérir une maturité qui nous fait souvent oublier qu'elle n'a que 13 ans.
Elle a un tel charisme que ses alliés vont se révéler être très nombreux.
Malgré des choix qui, parfois, déroutent ses amis, elle n'hésitera jamais dans ses décisions faisant confiance à son instinct et au Saîman.

Dans la troisième et dernière partie, malgré l'arrivée d'alliés inattendus, Aléa a perdu beaucoup trop de compagnons dans son combat contre, d'un côté les chrétiens et de l'autre Maolmordha.
Les liens qui se sont tissés entre Aléa et Imalia se renforcent encore.
La jeune fille, qui se remet lentement de ses blessures, garde une volonté et une détermination toujours aussi fortes.
Et à peine rétablie, elle repart au combat !
Un ennemi supplémentaire se profile à l'horizon : Amine, amie d'enfance d'Aléa, devenue reine, voue une haine profonde aux druides. Avide de pouvoirs et ne reculant devant rien pour atteindre ses objectifs.
Mais Aléa va devoir affronter seule son dernier combat face à Maolmordha car elle est la seule à même de le combattre et peut-être à le vaincre pour sauver l'ile de Gaelia.

Magie, combats, conflits, trahison, amitié et ...amour émaillent les pages de ce roman qui, une fois son univers bien assimilé, nous entraine dans la vie de cette jeune fille au destin inouï et de ses amis fidèles. 

En bref, si vous aimez l'univers du Seigneur des anneaux et du Hobbit et qu'un livre de près de 1000 pages ne vous fait pas peur, ce livre est fait pour vous !