mardi 22 mai 2018

Du début à la faim de Laëtitia Reynders

Gil éditions, 25 novembre 2017, 100 pages, disponible au format papier






Mais qui es tu toi qui me dévores et me contrains à me faire violence?
Au nom de quoi suis-je en train de perdre vie, joie et kilos?
Guérit-on de l'anorexie?
Je n'étais pas prête à dévoiler cette période secrète de mon parcours. Maintenant, le temps est venu.
Vous découvrirez dans mon témoignage, une approche toute personnelle, différente, ponctuée d'anecdotes ou situations étonnantes.
Ecrit, comme un journal intime, je vous révèle une partie de moi.
Ce livre n'a pas d'autres prétentions que d'être un message d'espoir.Et s'il parvenait à aider un seul d'entre-vous, j'en serais très heureuse.
Et si nous faisions ce petit bout de chemin ensemble?

Sous la forme d'un journal intime - son journal intime - Laëtitia nous raconte la spirale infernale dans laquelle elle s'est retrouvée enfermée alors qu'elle voulait - au départ - tout simplement perdre ces quelque kilos qu'elle considérait comme superflus.
 
La perte de poids devient une véritable obsession, une lutte de chaque instant, la recherche de tous les moyens qui vont lui permettre de continuer à perdre ce poids qui la mine.

Elle souffre tout à la fois d'anorexie et de boulimie et les seuls aliments - si on peut appeler cela ainsi - sont ses fameux milkshakes protéinés.
Et puis, peu à peu, son corps commence à se révolter, à lâcher prise, à lui faire comprendre que quelque chose ne va plus jusqu'au seuil critique des 38 kilos.

Elle entretient une relation amour - haine avec la nourriture : elle l'adore à l'excès au cours de ses crises de boulimie et la hait à en vomir.
Et tout cela sous le regard, impuissant de ses proches et de celui qui allait devenir, par la suite, son mari.
Aujourd'hui, tout cela n'est plus qu'un mauvais souvenir.

Vraiment un souvenir ? 

Pas tout à fait car son corps lui fait payer, encore aujourd'hui, les privations qu'il a subies, sous-forme d'allergies diverses et multiples qui peuplent dorénavant son quotidien.

Dans ce roman, Laëtitia nous dévoile sans faux-semblants mais avec beaucoup de pudeur, une partie sombre de sa vie. Elle ne nous cache rien, se dévoile complètement.
Une époque de sa vie qu'elle a décidé de partager pour venir en aide à ceux et celles qui, comme elle, ont souffert ou souffrent encore de cette maladie.
 Elle nous rapporte ses sentiments de dégoûts, de culpabilité face à cette maladie qu'elle n'arrive pas à combattre. 
Cette maladie qu'elle considère comme sa "meilleure amie"

Il y a une phrase qui m'a particulièrement interpellée car tout part de là - ou tout du moins en grande partie - : le culte de la minceur et devenu le culte de la maigreur.

Le mari de Laëticia nous livre également le récit de ces mois passés avec sa future épouse. 
Je n'ai pu m'empêcher d'être touchée par cet homme, par son impuissance à lutter, à aider sa compagne et pourtant, il a essayé bien des fois, souvent par des moyens détournés de lui venir en aide. En vain ..
Il a finalement compris que ce dont elle avait besoin était quelqu'un à qui parler, à qui se confier, qui ne la juge pas, ne la contraint pas à manger à tout prix.

En bref, un récit bouleversant qui nous permet de mieux appréhender les problèmes liés à l'anorexie et à la boulimie, le témoignage d'une femme forte, très forte, de son combat, de sa victoire - bien qu'elle en paie encore le prix actuellement. Un message d'espoir et d'amour. 



 

http://gileditions.blogspot.be/2017/12/le-nouveau-livre-de-laetitia-reynders.html