vendredi 18 mai 2018

Simon Thorn T2 et le nid de serpents d'Aimée Carter

Michel Lafon, 26 avril 2018 - Grand Format 298 pages
Disponible en eBook


Simon Thorn sait depuis peu qu'il n'est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu'il s'habitue à sa nouvelle vie dans le REPAIRE, l'école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu'elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l'indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger.


Une nouvelle fois Simon se retrouve dans une situation délicate. À toujours vouloir aider, il s'est mis en tête de libérer sa mère d'Orion. Pour cela, il va entraîner ses amis dans son évasion. Bien évidemment, s'enfuir du REPAIRE où il était en sécurité est de la pure inconscience. Le danger est partout et très vite, Simon doit se rendre à l'évidence : c'est bien plus compliqué qu'il ne l'imaginait ! Et son plan...enfin, son absence de plan, risque de les mettre tous en danger...

 Je ne suis habituellement pas très friande de livres jeunesses, mais cette série est si bien menée, qu'au final, l'âge des protagonistes importe peu. Nous sommes très vite pris dans l'action, le rythme est soutenu, la plume maîtrisée et efficace, ce qui fait qu'en deux heures de temps, le roman est dévoré. 

De plus l'intrigue est prenante, l'univers des animalgames est intéressant et les personnages, qu'ils soient secondaires ou principaux, sont tous travaillés avec soin. On s'attache rapidement à Simon et sa bande d'amis. Loin d'être parfaits ou lisses, ils sont néanmoins tous charismatiques. Chacun d'eux, par leurs défauts et leurs qualités nous touche, sincèrement. 

En bref ? C'est une lecture que je conseille à tous ! Facile à lire et qui nous fait passer un agréable moment. 



Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente