mercredi 16 mai 2018

Too late de Colleen Hoover

Hugo Roman, 3 mai 2018 - Grand Format 473 pages 
Disponible en eBook



Pourra-t-elle échapper à cette relation toxique ? 
Sloan n'a jamais eu une vie facile et elle a toujours dû se battre pour obtenir ce dont elle 
avait besoin. C'est justement pour échapper à une situation sans issue qu'elle a accepté de partager la vie de son petit ami, Asa. Depuis, elle étouffe dans cette relation toxique ; de plus, c'est un homme à la morale douteuse qui se livre à de multiples trafics. Elle n'a pas le choix de partir et décide de supporter ce qu'il lui fait subir jusqu'à ce qu'elle puisse lui échapper. Seule. 
Personne ne peut l'aider à sortir de cette situation. 
Sauf peut-être Carter, cet étudiant aux multiples secrets qu'elle vient de rencontrer. 
Asa est prêt à tout pour garder Sloan. Il a besoin d'elle et il fait tout pour la persuader qu'elle ne peut pas se passer de lui. 
Personne ne s'interposera entre Sloan et lui. Sauf peut-être Carter.


Colleen Hoover nous présente, avec ce roman, un récit beaucoup plus sombre et dont l'un des personnages principaux, complètement déglingué, peut vite nous faire frémir de peur. 
Après nous avoir proposé des récits légers (mais profonds) tels que Maybe Someday ou Confess, des romances torrides comme Ugly Love, ou encore des romances à la trame plus engagée et dure tel que Jamais plus, en passant par un brin de fantastique et de mystère avec Never Never, l'auteure nous montre que, peu importe l'univers abordé, elle sait surprendre son lecteur. 

Bien que, cette fois-ci, cette histoire ne soit pas un coup de cœur, on reconnaît très vite la patte de Colleen Hoover : addictif, percutant et passionnant. 

Par une narration multiple, nous découvrons nos trois héros principaux : Sloan, Asa et Carter. 
Un triangle amoureux ? Non ! Nous en sommes même bien loin. 
Sloan est une jeune femme de vingt ans qui n'a pas été épargnée par la vie. Ses choix, parfois désespérés, l'ont conduite dans les bras d'Asa, un trafiquant de drogue instable et imprévisible. Impossible pour elle de le quitter, il la tient entre ses filets et elle ne peut s'échapper. Jusqu'à l'arrivée de Carter, un étudiant tout comme elle, qui l'attire par sa "normalité" et son côté chaleureux. Ce mystérieux garçon est tout l'opposé d'Asa. Il est gentil, prévenant, attentionné... se laisser séduire est si facile. Et hautement dangereux ! Surtout lorsqu'elle découvre que Carter n'est pas non plus celui qu'il fait croire...

Si je devais retenir une chose de ce récit, ce serait : ASA. 
Bien sûr, c'est un taré irrécupérable. Sauf qu'il est également plus que ça. Ce personnage troublant et complexe a fait naître en moi des sentiments contradictoires, où la haine se mêlait à une vraie empathie. C'est de loin le personnage le plus travaillé... et le plus réussi ! Intelligent, paranoïaque, cruel... mais aussi naïf, fou amoureux, mal aimé. J'ai été touchée et émue par son histoire. 
Concernant Sloan et Carter, c'est plus délicat. Je les ai beaucoup aimés, certes, mais face à Asa, ils sont beaucoup plus lisses.
Sloan est faible. Désolée du mot, peut-être vous choquera-t-il, mais c'est comme ça que je l'ai perçue. Elle baisse les bras et encaisse les coups avec cette fatalité agaçante. Je ne me suis pas reconnue dans son caractère, donc il m'a été impossible de m'identifier. 
Carter, quant à lui, est... je ne sais pas. C'est le genre de personnage qui s'oublie vite et, à vrai dire, je l'ai déjà zappé. Du coup, je ne sais même pas ce que je pense de lui. 

L'histoire est addictive, fluide, entraînante : du Colleen quoi !
Pourtant, elle m'a moins "plu" que les autres. (Même si elle reste toutefois géniale !) Les nombreux épilogues - qui n'en sont pas - m'ont perdue. Avec le recul, j'ai l'impression qu'il donne au récit un aspect plus brouillon qu'autre chose. Et psychologiquement lorsque l'on voit le mot épilogue dans un livre, c'est étonnant, hein, mais on s'attend à lire les dernière pages dudit livre. D'avoir sa conclusion. Ici, c'est rajout, sur rajout, sur rajout. Et on se rend vite compte que l'histoire n'est absolument pas finie ! Les épilogues font quand même plus de 150 pages. Alors oui, Colleen Hoover a justifié en début de roman le pourquoi de ses nombreux épilogues (j'ai d'ailleurs trouvé cela très attendrissant), cependant je pense que cela dessert le roman. 

En bref ? Une romance troublante qui nous emporte dans un univers bien plus sombre.