lundi 4 juin 2018

Le brasier de Vincent Hauuy

Hugo Thriller, 5 avril 2018 - Grand Format 496 pages




Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profiler refuse de croire à sa mort. 
Persuadé que la jeune blogueuse est en danger, mais vivante, il accepte la mission et mène l'enquête avec Clémence Leduc, sa troublante partenaire. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que les ramifications de cette disparition sont beaucoup plus vastes qu'il n'y paraît et pourraient être liées à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l'ensemble du territoire américain. 
Hanté par les visions d'un petit garçon sans visage et d'un brasier d'où s'échappent des cris d'effroi, Noah va se retrouver au coeur d'une investigation menée tambour battant mais qui le mènera aux portes de la folie.


Je dois admettre que ma lecture n’a pas très bien débutée quand j’ai commencé Le Brasier et j’angoissais en pensant à ma chronique. J’ignore pourquoi j’ai eu du mal à accrocher, peut-être à cause des nombreux personnages et des différents points de vue. Cependant, les meurtres du début m’intriguaient de par leur manque apparent de lien. Donc ma curiosité a été piquée et je voulais comprendre. 

Et heureusement car j’ai fini par été complètement happée par l’histoire. Plusieurs jours après la fin de ma lecture, j’ai encore du mal à dire comment je suis passée de perplexe à subjugée. Une chose est sûre, je ne m’attendais pas du tout à cela en commençant la lecture du roman et je dois dire que j’ai été bluffée par l’intrigue à mesure qu’elle se dévoilait.

On suit principalement Noah Wallace, un homme handicapé par une maladie, que je résumerais comme un profiler (parce qu’il est tellement de choses) et qui est engagé par le Général Lavallée pour enquêter sur la mort de sa fille, Sophie, une blogueuse qui est également l’amie de Noah. Une vidéo montre son exécution, mais le profiler n’y croit pas. 
Accompagné de Clémence Leduc, une enquêtrice avec qui il a déjà collaboré, il compte percer ce mystère. Leur équipe se compose de deux autres membres, Dylan et Betty. 

Dans cette histoire on ne sait pas du tout à qui se fier et c’est ce qui fait son charme, on s’attend à tout mais au fur et à mesure qu’on découvre le pourquoi du comment, on ne cesse quand même d’être étonné.

Si j’ai donc trouvé le début un peu long, j’ai très vite fini par ne plus lâcher le roman.

Noah et Clémence sont sur le terrain et suivent la piste de Sophie à travers divers indices qu’il leur faut décrypter tandis que Betty et Dylan sont dans un appartement et s’occupent de tout l’aspect informatique (piratage, recherches etc). Ils comprennent très vite que la jeune femme à dénicher un scoop de grande envergure.
Mais tous sont surveillés et bien des complications les attendent.
Parallèlement, Karl, fils de Hansel Engelberg qui possède une entreprise appelée Genetec garde Sophie Lavallée prisonnière chez lui. Il passe beaucoup de temps à la torturer et profite de ces diverses « cessions » pour lui raconter son enfance.  J’ai été complètement fascinée par son histoire à tel point que j’avais hâte de lire son point de vue pour en apprendre plus.
Les chapitres sont intercalés par les différents points de vue ce qui ajoute de la tension à l’ensemble du récit. À chaque fois qu’on abandonne un personnage, on ne demande qu’à le retrouver pour savoir la suite.

Le brasier a gagné en intensité sur la dernière partie et a pris une direction que je n’avais pas soupçonnée au départ. Une dimension de science fiction qui est tout simplement brillante car avec l’évolution de la technologie et de la médecine on se demande si cela ne pourrait pas devenir réalité un jour. J’ai vraiment adoré ce point, j’ai trouvé l’idée de l’auteur absolument excellente. Un grand bravo à lui.

J’ai décidé de rester assez évasive en rédigeant ma chronique et décide de l’arrêter ici, car je ne veux surtout pas gâcher le plaisir du lecteur. Une chose est certaine, si le début a été déstabilisant pour moi, ce roman a dépassé mes attentes.
J’ai beaucoup réfléchi à la fin de ma lecture et j’ai regardé l’advil d’un autre œil. Vous comprendrez très vite pourquoi en le lisant.

En bref, ce roman est une véritable pépite dont suspens, révélations, retournements de situation et réflexion sont les maîtres mots.  Ce sera donc un 6/5 pour ce gros coup de cœur !