samedi 16 juin 2018

Les colocs de Sarah Morant

Hachette Romans, 28 février 2018 - Grand Format 350 pages
Disponible en eBook


Quand sa cousine-et-colocataire décide de partir un an à l'étranger, Cassandre est bien embêtée. Hors de question de retourner chez ses parents ! Par chance, sa cousine lui dégote un remplaçant idéal. Ou pas... Car la personne qui se présente à sa porte n'a rien du coloc rêvé. Pire, Alden est tout ce que Cassandre déteste. Et vice versa. Il déplace ses affaires sans la prévenir ; elle refuse de faire la moindre tâche ménagère. Il invite ses amis à l'improviste ; elle organise des soirées dans leur appart quand il aimerait dormir. Ils ne sont d'accord que sur une chose : ils ne supportent pas d'habiter ensemble !


D'un premier abord, lorqu'on lit le titre et le résumé de cette histoire, on s'attend à une romance un peu bateau, vue et revue.
Alors, bien évidemment, en lisant le récit, je n'ai pas pu m'empêcher d'être surprise. Avec ce genre de trame, les clichés étaient pour moi inévitables. Sauf que de clichés, il n'y en a pas  ! 

Sarah Morant prend le thème de la colocation pour en faire quelque chose de totalement inédit. À travers les différences de caractères des personnages principaux, elle nous fait vivre le quotidien des étudiants. Leurs petits bonheurs, mais aussi leurs doutes. Grandir, façonner son avenir... ce genre de choses peut faire peur. C'est le cas de Cassandre, étudiante en droit, parce que... c'est cool le droit ? Ou pas. Cassandre, au lieu d'affronter son avenir, de se poser des questions, préfère se voiler la face et combler ses incertitudes par une bonne dose d'alcool et de nonchalance. D'ailleurs, si elle a choisi un mec pour colocataire, c'est justement parce qu'elle pense, à tort, que ce sera plus facile : il sera forcément moins soupe au lait, moins regardant sur le ménage, les fêtes, etc...
Sauf qu'avec Alden, son nouveau colocataire, la mésentente est immédiate. Il est l'eau, elle est le feu. Cet artiste rêveur a bien plus les pieds sur terre qu'elle, et les conflits ne cessent de croître. Commence alors une guerre de colocation plutôt bon enfant. Les vacheries vont bon train, mais étonnement lorsqu'un des deux va mal, l'autre est toujours là pour réconforter, car ce roman est avant tout une très belle histoire d'amitié. Et c'est ce que j'ai préféré dans cette histoire. 
Autant on sourit de leurs échanges piquants et vifs, autant on s'attendrit par cette amitié naissante, par ce lien qui se crée entre eux au fil des pages. 

J'ai passé un agréable moment, avec cette lecture fort sympathique. 

En bref ? C'est un roman plein de fraîcheur et coloré, qui nous replonge avec une certaine nostalgie dans notre période étudiant.