jeudi 20 septembre 2018

Les Âmes perdues de Jeff Giles

Bayard, 29 août 2018 - Grand Format 480 pages
Disponible en eBook



Zoé, 17 ans, vient de vivre la pire année de sa vie : son père est mort dans un accident de spéléologie et ses voisins, qu'elle aimait énormément, ont été enlevés. Un soir, alors qu'une terrible tempête de neige fait rage, Zoé et son petit frère sont attaqués par un homme dans les bois à côté de chez eux. Ils sont sauvés de justesse par un mystérieux chasseur de primes.
X n'est pas un chasseur de primes ordinaire. Il vient tout droit des enfers. Il est chargé de ramener dans les Terres du bas les âmes des criminels ayant échappé à la justice des hommes. Tandis qu'il s'apprête à ravir l'âme de l'agresseur de Zoé, son regard croise celui de la jeune fille...
Par amour pour Zoé, X enfreint toutes les règles de son monde : il révèle son existence à un mortel et il épargne sa proie. Il sait que la vengeance des Seigneurs du bas promet d'être terrible...


 Avant même de lire ce roman, j'en suis tombée amoureuse. Rien que par le résumé, puis par cette couverture enchanteresse. Ce livre, je l'attendais impatiemment. J'étais certaine que ce serait un coup de cœur, voire peut-être même ma lecture de l'année. 

Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. 

Ma déception n'en a été que plus douloureuse. 
Je m'attendais à une romance déchirante, riche en rebondissements et surtout pleine d'émotions. Je n'ai rien eu de tout ça. 


Alors, oui, Jeff Giles écrit bien. Très bien même ! Sa plume est fluide, facile à lire... mais sans vie. Écrire ce n'est pas seulement mettre des mots bout à bout pour en faire une histoire, c'est aussi y déposer un morceau de son cœur, de son âme. Ici, l'écriture est belle, mais linéaire. Elle ne m'a rien transmise. Aucune émotion. 

À dire vrai, cela m'a un peu fait penser aux livres pour enfants. Gentillet, facile à lire, confortable, je dirais même, mais sans réelle profondeur. 

Et ce qui est le plus rageant, c'est que cette histoire a un potentiel de dingue, si seulement elle avait été mieux exploitée. 

Le choix de narration à la troisième personne n'a pas aidé, non plus. Habituellement, cela ne me dérange pas outre mesure, même si je préfère une narration en "je", cependant, ici, ce style impersonnel a rajouté une barrière entre les héros et moi. 
De ce fait, je ne me suis pas attachée aux personnages, malgré certaines répliques que j'ai trouvé adorables. 
Quant à l'intrigue, elle est peu recherchée et je me suis vite ennuyée. Le twist en quasi fin de roman a toutefois donné un regain d'intérêt au récit, sauf que, là encore, je n'ai pas aimé le dénouement. Trop vite expédié, illogique, peu crédible. 
Et puis, comme dit plus haut : niveau émotion, c'est le désert. 

Alors, bien évidemment, je suis super déçue. Peut-être avais-je mis la barre trop haut ? C'est possible, oui. Lorsque tu te projettes dans un roman avant même de le lire, imaginant  déjà le plaisir que tu vas prendre, forcément cela fait des dégâts quand tes attentes ne sont pas satisfaites lors de la lecture. 

En bref ? Une histoire qui s'arrêtera là pour moi, je ne lirai pas la suite. Ma déception est trop grande.