vendredi 20 juin 2014

London Road de Samantha Young

Couverture de On Dublin Street, Tome 2 : Down London Road
Éditions J'ai Lu, 11 juin 2014- Broché 416 pages
(disponible aussi en format eBook)



Entre un père absent et une mère alcoolique, Johanna Walker,vingt-quatre ans, a toujours agi dans l’intérêt de son petit frère Cole. Pour lui assurer un avenir confortable, elle va même jusqu’à choisir ses partenaires selon l’épaisseur de leur portefeuille… Mais avec Cameron MacCabe, ce fragile équilibre vole soudain en éclats. Si son nouveau collègue du Club 39 ne répond en rien à ses « critères de sélection », se montrant même particulièrement mesquin avec elle, son regard ténébreux laisse pourtant entrevoir la promesse d’une passion interdite et tumultueuse. Aussi, lorsque Cameron emménage dans son immeuble, Jo est tentée, pour la toute première fois, de faire passer ses propres désirs en priorité…



Voici une suite que j'attendais depuis longtemps ! Et quel plaisir de retrouver la bande de Dublin Street ! Le tome 1 m'avait mis les larmes plus d'une fois et j'avais vraiment beaucoup aimé quand à celui-ci.....

Ce tome est centré sur un personnage qui était secondaire dans le tome 1, que nous connaissions peu  : Jo (Johanna), la collègue de Joss au Club 39. Le peu que nous savions d'elle n'était pas très folichon lol.

Nous sommes donc dans la tête de Jo, magnifique jeune femme aux mensurations de rêve, qui a la mauvaise réputation d'être une croqueuse de diamants, une profiteuse qui choisit ses conquêtes selon le contenu de leur porte-feuille..... Ce qui n'est pas tout à fait faux mais n'est pas tout à fait vrai non plus. Car la vie de Jo est bien, bien, compliquée : Depuis toute petite, on ne peut pas dire qu'elle ait été gâtée par la vie ! Enfant, elle a dû faire face à un père violent et agressif, à peine a-t-elle réussit  à se débarrasser de l'emprise paternelle, que c'est sa mère qui prend le relais en devenant la pire alcoolique qui soit, une vraie loque, incapable de s'occuper d'elle et de son frère. La seule chose positive dans la vie de Jo est Cole son petit frère de 14 ans, son poupon, il est toute sa vie (et réciproquement). Si Jo accepte de se sacrifier, de cumuler les jobs, de sortir avec des hommes qu'elle n'aime pas forcément, c'est pour lui.... Elle veut le sortir de cette misère, lui assurer coûte que coûte un avenir, qu'il puisse faire des études, aller à la fac (chose qu'elle n'a pas pu faire). 

Autre détail très important : personne ne connait la vie intime de Jo, seule son amie Joss est dans la confidence, même son petit ami Malcolm avec qui elle sort depuis des mois n'est au courant de rien, ne connait ni son passé, ni sa mère, ni même son adresse à London Road !
Malcolm est son aîné de 15 ans, gentil, attentionné et au compte en banque bien rempli. Même si ce n'est pas un coup de foudre, qu'elle n'a pas des papillons dans le ventre en le regardant, elle pense qu'il est l'homme idéal pour lui assurer un avenir à elle et son frère. Mais cette relation n'est pas du tout du goût de Joss !! Cette dernière pense que Jo se dévalorise dans cette relation, qu'elle joue la comédie et la nunuche parfaite avec lui, mais que tout ça, ce n'est pas la vraie Jo !

Puis lors d'un vernissage où elle accompagne Malcolm, elle fait la connaissance de Cameron (Cam), le nouveau petit ami de Becca (une ex de Malcolm avec qui il est resté en bon terme).  Cam, au look bad boy, tatoué, arrogant et "branleur", est graphiste de métier mais à la recherche d'un emploi, le genre d'homme qui normalement, n'attire pas du tout Jo. De plus dès leur premier échange ce magnifique mâle s'avère être en fait, un parfait connard qui l'a catalogue direct en potiche, écervelée et arriviste, (chose qu'il déteste) et ne se gêne pas pour lui dire. Pourtant elle va quand même lui venir en aide et lui  trouver un job de serveur au Club 39. Pourquoi ? Parce qu'elle est tout simplement gentille. 

La relation entre eux va vite devenir électrique, volcanique !  Bonjour la tension sexuelle !!! Ils se détestent, mais s'attirent en même temps. Quand Jo ne rêve que d'une chose, faire ravaler son arrogance à Cam, son corps, lui, envoie d'autre signaux : les tétons au garde à vous et l'entrejambe qui frétille
Bref elle est très mal barrée !!! 
Surtout quand Joss décide de jouer les entremetteuses  entre elle et Cam !! 
Et que le cruel destin va faire de Cam son nouveau voisin...

Bon je me suis un peu lâchée sur le résumé, mais c'est qu'il y a tellement à dire dans ce livre !! Jo est un personnage bouleversant, sa vision d'elle-même, sa relation avec son entourage, son amour pour son frère Cole, c'est un personnage qui m'a profondément touchée. Elle n'est que bonté et charité, tellement dévouée qu'elle s'en oublie elle-même, et ne s'en rend même pas compte (heureusement Joss, puis Cam vont y remédier). Quand à Cam, le connard prétentieux qui juge plus vite que son ombre il va se révéler être un amour. De plus Ellie, Braden, et surtout Joss sont très présents... Et quel plaisir de les retrouver !

Ce roman contient tout ce que je recherche dans un livre : Une histoire incroyablement riche en émotions, qui nous fait passer du rire aux larmes en un quart de seconde !  Nous donne des papillons dans le ventre mais aussi nous tord les boyaux ! C'est drôle, touchant, intense, émouvant, et sexy. London Road mérite largement  sa note de :

***********

Exemple d'échange explosif  entre Cam et Jo : 
— Est-ce qu’on t’a déjà dit que tu étais le peigne-cul le plus insupportable, prétentieux, égocentrique et odieux qui soit ?
(...)
.— Fais attention, beauté. Tu vas épuiser toutes les ressources de ton agenda en une soirée, si tu continues comme ça.
Je fermai les paupières, serrant les poings le long de mes flancs. Je n’avais jamais été quelqu’un de violent, je détestais ça. (...). Malgré tout, je n’avais jamais eu aussi envie qu’à cet instant de balancer un objet à la figure de quelqu’un.
— Allez, ressaisis-toi. (La voix grave de Cam résonna dans tout mon corps.) Pas trop déçue de ne pas être dans un Disney ? Tu peux le souhaiter aussi fort que tu veux, je serai toujours là quand tu rouvriras les yeux.
— J’ai oublié « condescendant », murmurai-je sombrement. Un peigne-cul insupportable, prétentieux, égocentrique, odieux et condescendant.

Joss  l'entremetteuse :
— Écoute, toutes les relations ne sont pas comme la tienne ou celle d’Ellie. Il n’est pas toujours question de sexe passionné ni d’adoration mutuelle. Parfois, c’est lent, tendre et sécurisant. Cela n’en est pas moins significatif. 
Joss me passa devant, le nez froncé d’agacement.
— Lent, tendre et sécurisant ? On ne parle pas d’un vieux gars en déambulateur avec un plaid sur les genoux. On parle de cul et d’amour.

********

Lu dans le cadre Mon challenge Abécédaire