mardi 15 juillet 2014

Interview de Aspi Deth


Pascaline : Bonjour Aspi, tu es une jeune écrivaine Belge, auteure auto-éditée de la série Les Velázquez. Pourrais-tu nous en dire davantage sur toi pour nos lecteurs qui te découvrent ?

Aspi Deth : Je suis une auteure Belge de 25 ans à l’imagination débordante. Actuellement, je publie une série numérique, mélange de romance et d’intrigues mafieuses. Très proche de mes lecteurs, j’aime partager avec eux toutes les avancées de la série ainsi que mon actualité sur les réseaux sociaux.

Quelle a été la source d'inspiration des Velázquez ? Depuis combien de temps as-tu mûri cette histoire avant de te mettre à l'écrire ?

En résumé, j’aime la mafia, les romances hors normes et l’Amérique Latine. Mon cerveau a mélangé le tout et l’idée de la rencontre entre Rico et Marie, venant de deux mondes totalement opposés, est née. Après avoir écrit cette scène, j’ai laissé tout ça reposer avant d’y revenir l’année suivante avec l’envie de centrer mon roman sur la famille Velázquez.
Ensuite, c’est en travaillant sur l’histoire que les personnages se sont imposés à moi.
  
Te sens tu proche de ton héroïne Marie ? Si oui, peux-tu nous dire en quoi ? Si, non, quels sont le(s) personnage(s) dans le(s)quel(s) tu te reconnais le plus, et pourquoi ?

Marie et moi sommes très différentes et pourtant elle me ressemble beaucoup, comme chacun de mes personnages, je pense. Je me reconnais même dans Gina, à travers son désir viscéral de protéger les siens.
Malgré tout, Rico est le personnage dont je me sens le plus proche vis-à-vis de sa démarche concernant sa famille.

Plus on progresse dans l'histoire et plus on découvre le monde terrifiant de la mafia. Qu'est-ce qui t'a aidé à rendre aussi réaliste cet univers clandestin ?

Les mafias existent et fascinent depuis longtemps. Les faits d’actualité liés à ces milieux m’inspirent, c’est vrai, mais je pense que ce sont principalement mes personnages qui donnent de la crédibilité à l’histoire. J’essaie de les faire exister, de les rendre réalistes justement. Ils ont un passé, une personnalité, un but, des envies,… En fonction de cela, l’intrigue évolue.
Je tiens à ce que chaque action soit plausible pour le personnage concerné. Ex : Romero a une façon de réagir très différente de celle de Rico.
Il est alors terrifiant de voir à quel point de bonnes intentions peuvent pousser certaines personnes à commettre le pire.

A ce jour, tu as écris 5 tomes de la série et tu viens de terminer le 6e. Y a-t-il une date de publication pour ce dernier tome ? Combien en as-tu prévu au total ? Un roman regroupant l'intégral des tomes pourrait-il paraître un jour ?

Le 6ème épisode, nommé « Dos au Mur », sortira le 1er août prochain.
Quant à la saga, celle-ci se composera de 7 épisodes.
La parution d’une édition  intégrale en version papier est prévue pour le courant de l’année 2014, toujours en auto-édition.
Comme précédemment avec mes publications numériques, je partagerai cette expérience sur mon blog, ainsi que sur Facebook, et vous invite vivement à passer vous y promener si le sujet de l’auto-publication vous intéresse.

Tu auto-édites tes romans à un prix très attractif, défiant toute concurrence (chaque épisode est à 0.89€) . Est-ce pour cette raison que tu as choisi l'auto-édition ? Quels sont, selon toi, les qualités et les défauts de l'auto-édition ?

L’auto-publication de ma saga était un choix réfléchi. Je n’ai pas contacté d’éditeurs parce que je tenais à vivre cette expérience par moi-même. Je ne pense toutefois rien de mal de l’édition à compte d’éditeur, bien au contraire.
L’auto-édition m’offre la possibilité de distribuer mes romans à des prix « découverte » pour le plus grand plaisir de mes lecteurs et de leurs portefeuilles, ainsi qu’un total pouvoir de décision sur mon roman et sa publication (couverture, format, …), mais il y a également des aspects négatifs. Pour moi, l’auto-édition nécessite une excellente organisation car il est difficile de s’imaginer le temps et l’énergie que requiert une publication. Mais en finalité, les retours positifs et l’échange quotidien avec les lecteurs valent largement le travail fourni.

Notre Reine Solenn a craqué sur le personnage de Romero. Aura-t-elle la chance de lire les aventures en solo de « son chouchou » ? Ou peut-être d'autres personnages de la série ?

Solenn, une de mes incroyables lectrices, n’est pas la seule à avoir succombé au charme de Romero, qui est, je l’avoue, un de mes personnages préférés. Je reçois d’ailleurs régulièrement des messages privés ou mails de lectrices me suppliant de ne pas le tuer dans les épisodes restants.J

Pour ce qui est d’une suite éventuelle ou d’un spin-off, on me pose régulièrement la question depuis l’annonce de la fin de la série avec le septième épisode, mais cela n’est actuellement pas à l’ordre du jour. Désolée ;-)

As-tu d'autres projets sur le feu ou à venir ?

Oui, une multitude d’autres projets attendent que je me penche dessus (comédie romantique, roman jeunesse, policier, …), mais ma priorité actuelle est de publier la saga Velázquez dans son intégralité. 

Merci Aspi pour cette interview. Nous te souhaitons beaucoup de succès !










Tous les épisodes sont disponibles en téléchargement sur Amazon.fr 
(cliquez sur la couverture)