dimanche 28 décembre 2014

Charley Davidson T5, Cinquième tombe au bout du tunnel de Darynda Jones

Milady, 21 novembre 2013 - Poche 408 pages


Charley Davidson s’était juré de garder ses distances avec Reyes Farrow, le torride fils de Satan. Mais quand les victimes terrorisées d’un tueur en série commencent à s’entasser dans son appartement, elle est contrainte de lui demander de l’aide. Surtout lorsqu’il devient évident que sa soeur, Gemma, est la prochaine cible. Mais Reyes pose une condition pour lui offrir sa protection : que Charley se donne à lui corps et âme. Un prix que la Faucheuse pourrait bien accepter de payer…


Me revoilà avec le tome 5 de Charley Davidson. Cette fois-ci, pas de présentation de personnages (on en a  fait le tour) non, aujourd'hui, je vais parler de Reyes. (Vous avez vu comment je suis sobre ? Pas de qualificatifs, ni de cris d'hystérie - je suis zen, zen, zen - *respire à fond*) (des heures d'entraînement pour arriver à ce niveau !!). 

Donc, Reyes (zeeen ! *respire*), c'est le fils du Diable, oui oui, vous avez bien lu, le - fils - de - Satan !! Alors oui normalement ça devrait doucher nos ardeurs. Car qui dit Satan, dit démon, dit cornes, dit queue... de fourche, dit odeurs de souffre,  dit cruauté,  dit enfer...
Car avant quand on parlait du fils de Satan c'était ça :
Oui de suite, ça fait moins envie !! Si Reyes ressemblait à ça, j'avoue que mon engouement pour lui aurait été un chouia plus bas. Et, il est fort possible que mes dessous, auraient pris aussi, une légère humidité à sa vue (mais pas sûr que ce soit dû à un reflet de mon désir lol


Mais ça, c'était avant !! 

Eh oui, maintenant le fils du diable est sexyyy.  Que dis-je ! C'est l'incarnation même de la beauté, de la virilité, de la sensualité, de la bestialité, de...de....de tout ! Car maintenant être le fils de Satan, c'est ça (*respireuh*) :
Alors là, forcément, nous pauvres femmes que nous sommes (pauvre de moi), ne pouvons résister à cette tentation. Reyes c'est le fruit du péché !! Impossible de ne pas succomber. 
"Des avant-bras aux tendons noueux. Des biceps sculptés dans les monts et vallées de muscles bien dessinés. Des épaules larges et puissantes..", "des cils incroyablement longs..", "sa voix, riche et veloutée, douce comme du caramel... ".
Voilà une toute petite description de Reyes, je ne parlerais pas de sa bouche sensuelle,  ni de ses yeux qui vous liquéfient (de plaisir, n'en doutez pas) d'un  seul regard "un brun magnifique, profond et riche, avec des paillettes d'or et des reflets verts.", ni de ...STOPPPP !! De toute façon Reyes est tellement beau, qu'il n'y a pas de qualificatifs assez forts pour le décrire. 

 
Bref, Reyes, en plus d'être le fantasme - je ne sais pas si c'est de toutes les femmes, mais en tout cas, c'est le mien-, donc, en plus d'être LE fantasme physiquement parlant, il l'est aussi intellectuellement  (pour moi). Ce mec est parfait ! Il est sur-protecteur envers Charley (en même temps, elle se met toujours dans des situations pas possible lol),  c'est un chieur qui peut être pénible et difficile à cerner, mais il est aussi attentionné (enfin... à sa façon). Reyes n'est pas du genre à faire de grandes déclarations d'amour et ni à offrir des fleurs, oh non ! Mais tout ce qu'il dit ou fait, a mille fois plus d'impact que la plus belle des déclarations. Pas de lettre enflammée, mais des post-it sur la porte, pas d'invitation à un rencard mais une clé donnée... Tout est dans les actes ! (*respire* zeeeeeen !)
L'amour qu'il porte à Charley, même s'il ne lui a jamais dit les trois petits mots (et elle non plus d'ailleurs), est l'un des plus puissants, magiques et intenses que j'ai pu lire. Et c'est aussi pour ça que je l'aime.

Oups deux minutes !!! Car là je suis au bord de la rupture !! Faut que ça sorte - désolée - Reyeeeeeeessssssssssssssssssssssssssssss !!! AAAAAh ! Maintenant ça va mieux - pfiou ! Non parce que la zen attitude ça va deux minutes quoi !

Où en étais-je ? 
Ah oui, donc en tant que fils du Diable, Reyes n'est pas non plus un gentil petit agneau. Son truc ? C'est le coupe-coupe. Il adore jouer (l'est très taquin ce Reyes ;) ) à "je te coupe la moelle épinière" (ne vous frottez pas à lui, il est imbattable à ce jeu !). C'est sa façon à lui, de régler "les problèmes" qui le gênent. Il possède aussi, grâce à son statut, des dons particuliers : il guérit vite, peut arrêter le temps, et sortir de son corps de façon éthérée (en une sorte de brume noire). Forgé dans les étoiles et le feu, ancien général de l'armée des Enfers, Reyes est loin d'être un tendre...Mais (AAAah) qu'est-ce qu'on l'aime !!
***
Sinon avant que je ne perde définitivement les pédales (je n'ai pas encore pris mes cachets - oups !), deux mots sur ce tome 5 (oui j'arrête avec Reyes car sinon je risque de rejoindre Rocket dans son asile). 
Dans cet opus, Charley doit faire face à plusieurs choses : 
-Son nouveau voisin du 3B (ne retenez pas le numéro !!) (et là, je suis morte de rire, car Fatima est passée par là, et c'est elle qui a rajouté la négation hahahha)
-Son appartement est envahit d'une vingtaine de fantômes, toutes des femmes aux cheveux blonds qui  ne parlent pas, se terrent dans les coins et semblent totalement épouvantées. 
- Elle doit enquêter sur un adultère, Mme Tidwell, sa cliente, pense que son mari la trompe et veut des preuves de son infidélité. 
-  Le fantôme d'une femme, du nom de Nicolette, lui dit de rechercher son corps car personne ne sait où il est.... Le hic, c'est que quand Charley fait des recherches, elle s'aperçoit très vite, que cette Nicolette est tout ce qu'il y a de plus vivant.
Charley a donc beaucoup à faire ! Dans ce tome, il n'y a pas une minute de répit !!! C'est une nouvelle fois, intense, palpitant et hautement addictif. 
De plus, la légèreté des dialogues et l'humour décapant de Charley sont toujours au rendez-vous. Toujours aussi drôle et rafraîchissant ! Un régal !

Charley Davidson est une série incontournable ! Qui s'intensifie et se bonifie au fil des tomes.
10/5
(quoi ?! je mets la note que je veux d'abord :p )

***

Retrouvez les autres chroniques en cliquant sur l'image 

Vous pouvez également jouer au quizz Charley Davidson ici


Quelques extraits :

 discussion entre Charley et Ange :
— Peut-être qu’on devrait lui dire.
—Plutôt crever. (La colère dansait dans son regard.) Non.
—Si j’étais ta mère, j’aurais envie de savoir que tu vas bien.
—Si t’étais ma mère, j’aurais besoin d’une sacrée thérapie. J’imagine des trucs, tu sais.
Il fît un geste du menton en direction de Danger et Will, mais je ne laissai pas sa confession — même si ce n’était pas un scoop - m’éloigner du sujet.
— J'aimerais savoir à quel point tu es un gosse génial.
Un coin de sa bouche se releva de manière joyeuse.
—Tu penses que je suis génial?
Oh oh.
—Je suis assez génial pour te voir à poil?
À quoi bon?
— Ou alors je pourrais lui expliquer que tu es devenu un gros pervers.


Charley et Reyes :
Je couinai lorsqu’il entra dans la douche et m’attira contre son torse - celui qui avait été passé à l’aérographe -puis se pencha pour mordiller ma nuque. Une décharge électrisa ma colonne vertébrale avant que je puisse retrouver mes esprits.
— Hey, attends, m’exclamai-je en le repoussant, tu es le fils de Satan. Peut-être qu’on a besoin d’un mot d’arrêt.
Son sourire se mua en quelque chose de méchamment charmant.
—Très bien, qu’est-ce que tu dis de «Oh, mon Dieu, elle est tellement grosse»?
J’éclatai de rire avant même de m’en rendre compte. Pas qu’elle ne l’était pas.
— Ce serait une phrase d’arrêt, mais d’accord.
J’y réfléchis quelques instants, puis demandai:
—qu'est-ce que tu dirais de «T’as rien de mieux?»
Il me mordilla à nouveau la nuque, provoquant une montée de plaisir qui cascada sur ma peau.
—Ça ressemble plutôt à un défi.