mardi 3 mars 2015

Rose Morte T2, Trois épines de Céline Landressie

L'Homme Sans Nom - 01 mai 2013 Grand Format 442 pages

France, fin du XVIIIe siècle.

Alors que la révolte gronde aux quatre coins de la France, Rose est rappelée de la cour de Russie. De retour aux côtés de son mentor, elle découvre que la situation vacille également dans l’univers occulte d’Artus.
Les Arimath doivent faire face à de sauvages attaques sur leurs terres, tandis que la grogne contre la noblesse croît d’instant en instant parmi le peuple. Entre la révolution naissante et les prémices d’une guerre au sein du monde obscur, les bouleversements dans l’existence de Rose s’annoncent cataclysmiques. Leurs conséquences risquent fort de faire sombrer en un même chaos les existences des humains aussi bien que des immortels...

**Merci aux Éditions L'Homme Sans Nom pour ce roman**

J'ai eu beaucoup de mal à identifier exactement ce que j'ai ressenti à la lecture de ce second opus et donc à rédiger ma chronique. Il m'a fallu un temps de recul pour appréhender au mieux les sentiments divers qui m'ont traversée. 

Nous sommes en 1789, soit près de deux siècles après le tome 1. Rose, envoyée en Russie pour une mission, revient après dix ans d'absence, auprès des frères Holival. 
Dix années pendant lesquelles Artus, son mentor, l'a laissé désespérément sans nouvelles. Cette mise à l'écart et ce silence l'ont profondément affectée et c'est avec une certaine amertume qu'elle séjourne de nouveau dans la propriété d'Artus. Surtout qu'il ne paraît pas disposé à s'expliquer sur cet exil forcé qu'il lui a fait subir. Au contraire, il est encore plus froid et distant qu'auparavant et ce changement d'attitude la peine considérablement, eux qui, fût un temps, étaient si proches.
Même ses rapports avec son fidèle ami Adelphe (le frère d'Artus) semblent s'être effrités. Ce dernier est irritable  ce qui est loin de son caractère d'habitude si enjoué. De plus son comportement désagréable et souvent discourtois envers le nouveau serviteur de Rose, le prince Vassili, la laisse perplexe. 
Mais cela devient bien vite des détails auxquels, elle ne peut réfléchir trop longtemps car dans les rues de France la révolution gronde et, dans le clan des Lamies une guerre se fomente et les Arimath sont les premiers en ligne de mire...

Si j'aime l'histoire et surtout ses personnages, si je trouve ce tome deux entraînant de par ses actions, ses rebondissements, cette tension tangible qui lie nos héros, ses révélations dites bien souvent à demi-mots et qui nous tiennent en haleine ; si j'ai aimé tout ça, j'ai toujours du mal avec le style de narration de l'auteure. Si l'écriture rend le récit indéniablement original, que l'auteur a un véritable talent et une plume maîtrisée (voire même assez époustouflante), l'emploi du passé simple et le choix d'un vocabulaire soutenu m'ont freinée dans ma lecture. Je conçois que beaucoup adhérent totalement à ce style et soient sous le charme, malheureusement, pour ma part, je trouve que cela alourdi la lecture, que la compréhension est quelques fois mal-aisée et cela donne aussi au récit, un ton trop guindé que je n'apprécie pas. 

Voilà pourquoi, mon ressenti est mitigé. J'ai vraiment aimé l'histoire et j'adore les personnages. [Artus est une énigme qu'on veut résoudre. Adelphe est tout simplement génial ! Et Rose est une femme de caractère, forte et déterminée] Mais le style d'écriture ne me convient pas et j'en suis navrée. 

Malgré tout je lirai le tome 3 car je suis très curieuse du devenir de mon chouchou Adelphe ;)

Cliquez sur l'image pour voir la chronique précédente

Ce livre est un service-presse des Editions L'Homme Sans Nom