dimanche 14 juin 2015

Red Rising Tome 1 de Pierce Brown

Hachette Romans, 17 juin 2015 Grand format 480 pages
(disponible en eBook le 17 juin 2015)


« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.
Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

**Merci à Betty et aux Editions Hachette Romans pour cette lecture**

On nous a promis que ce roman allait faire beaucoup de bruit sur la blogo, le présentant comme le nouveau Hunger Games. Et je confirme. Nous n'avons pas fini d'entendre parler de Red Rising !

En finissant ce roman, je me suis demandée, comment résumer un tel univers ? C'est quasiment impossible, tant il est riche et complexe, mais je vais essayer.

Red Rising est un roman alliant science-fiction et dystopie. Nous suivons, en narration interne, un jeune garçon de 16 ans, Darrow. L'histoire se situe sur Mars, planète rude et impitoyable et surtout inadaptée à toute vie. 
Depuis plus 500 ans, les Rouges, dont Darrow fait partie, sont en charge d'extraire l'hélium 3 dans les entrailles de Mars. Dans l'espoir, qu'un jour, cette planète soit enfin respirable et vivable pour les futures générations. 
La société créée sur Mars est stricte et totalitaire. Divisée en  une  hiérarchie de couleurs. Les Ors en sont les dirigeants. Ils sont tous puissants, beaux, féroces et cruels. 
Les Rouges, eux, sont tout en bas de l'échelle, ne servant que pour les basses manœuvres... 
Des esclaves. Même si aucun d'eux ou presque,  n'en a réellement conscience. 

Darrow est une tête brûlée, mais n'est en rien un esprit rebelle. Il n'a pas l'âme d'un héros ou d'un révolutionnaire.  Son but  dans la vie ? Devenir le meilleur Fossoyeur (un travail de Rouge, dégradant, épuisant et hautement dangereux mais dont il est très fier) et nourrir au mieux sa famille. Il ne pense qu'au jour le jour et ne remet jamais sa condition en question. Il est Rouge, fait pour trimer dans les profondeurs de Mars, et essayer d'améliorer le quotidien de sa femme Eo qu'il aime plus que tout, point. Le reste, les Ors qui régissent leur vie, les gardes Gris qui les persécutent, sont pour lui inévitables. Ainsi va la vie. Survivre, chanter et danser, rythme son quotidien et il ne s'en plaint pas.

Un drame. Et la vie de Darrow va changer à jamais. 
Ce jeune garçon aimant, s'accommodant sans rechigner de ses conditions de vie extrêmes, courbant volontiers l'échine face à ses supérieurs et faisant fi des brimades et humiliations, n'existe plus. Darrow n'est plus que vengeance. 

Le début de la révolte a sonné. Il est temps de briser les chaînes...
Mais pour cela, il faut agir de l'intérieur. S’immiscer au cœur même du système. Et  surtout s'armer de patience. Darrow va, au fil des pages, tisser sa toile pour étendre son piège...

Le récit est divisé en quatre parties bien distinctes, qui donne le sentiment de lire plusieurs histoires en une. Il s'écoule sur deux années, et nous montre l'évolution incroyable de Darrow. Sa transformation de petit Rouge insignifiant, en un guerrier craint de tous, surnommé Faucheur. Comment ce garçon partit de rien, va devenir, non sans difficultés et nombreux échecs, un véritable héros, valeureux, combatif et juste. 

Sans même regarder le nom de l'auteur, rien qu'en lisant quelques pages, nous savons qu'il est écrit par un homme. Une auteure apporte toujours, consciemment ou non, une touche de féminité à son récit, la plume est plus douce et plus en retenue dans ce genre d'univers. Ici, c'est brut de décoffrage. Les actions et les rebondissements sont incroyablement riches et détaillés, souvent empreints d'une grande violence. Les personnages, qu'ils soient garçons ou filles, sont eux aussi, très durs (et grossiers). Aucun personnage ne nous laisse indifférents. Si beaucoup d'émotions m'ont traversée lors de cette lecture, l'indifférence n'en fait pas partie !

On sent de suite que l'auteur s'est éclaté comme un fou à l'écriture de ce roman, son imagination est impressionnante et superbement retranscrite.
Malgré la complexité du récit, on plonge dans ce nouvel univers avec beaucoup de facilité. C'est en sortir qui est plus compliqué. Car c'est le genre de livre qui nous trotte perpétuellement dans un coin de notre tête. 
L'auteur insuffle à son histoire toutes ses tripes et cela se ressent à chaque page. Pendant une semaine qu'a duré ma lecture, j'ai vécu avec Darrow. À ses côtés. Souffrant avec lui. Espérant avec lui. Me battant avec lui. Du coup, j'ai fini ce roman sur les rotules et ce, malgré mes nombreuses pauses. C'est une lecture qui nous emporte complètement, qui est vraiment éprouvante, et revenir à la réalité est bien difficile. Les amateurs du genre vont adorer ! 

Ce tome est le premier volet d'une trilogie qui s'annonce sensationnelle !!
PS : Pour une fois, je ne suis pas tombée amoureuse du héros  (bien qu'il soit génial !) mais de son auteur. Non seulement il est bourré de talent mais en plus il a une gueule d'ange ! 
D'ailleurs, si un jour un film est tiré de son roman (ce que j'espère), je le vois bien dans le rôle de son héros Darrow, même s'il est plus vieux, ça le fait grave, non ?
Regardez-moi ces yeux !! 

Et ce sourire !!




Ce livre est un service-presse :