mardi 25 août 2015

Lune mauve T1, La disparue de Marilou Aznar

Casterman, 02 mars 2013 - Grand Format 415 pages
(disponible en format Poche et eBook)
Teinté de fantastique, le fabuleux destin d'une adolescente d'aujourd'hui partie sur les traces de sa mère disparue.
À la veille de ses 16 ans, Séléné Savel voit sa vie changer brutalement de cap. Son père, un universitaire excentrique avec lequel elle vit seule en Bretagne depuis la disparition mystérieuse de sa mère Iris, six ans auparavant, l'envoie à Paris pour y entrer en seconde au prestigieux lycée Darcourt. Froidement accueillie par sa cousine Alexia qui règne sur l'établissement, pas en phase avec les codes de ce nouvel environnement très snob, la jeune fille désespère. Elle ne trouve un certain réconfort que dans la compagnie de deux garçons très dissemblables : Thomas, un jeune musicien plein d'humour qui n'est manifestement pas insensible à son charme, et surtout Laszlo, bel étudiant trouble et ténébreux, dont elle va devenir passionnément amoureuse. Mais simultanément, Séléné voit son quotidien envahi par des visions étranges, des cauchemars, des événements troublants. Amenée à enquêter sur le mystère de sa mère disparue, la jeune fille va peu à peu découvrir que celle-ci venait d'ailleurs, d'un monde parallèle où une ancienne civilisation mésopotamienne s'est perpétuée, sous l'influence d'une lune intelligente adorée comme une divinité. Les événements dramatiques qui s'enchaînent à la faveur de cette série de découvertes vont bouleverser à tout jamais l'existence de Séléné.


Le résumé de l'éditeur étant plus que complet, je me passerai donc d'en faire un, au risque de faire répétition. 

Ça fait un moment que cette série m'attire et bon nombre de mes amis ne tarissent pas d'éloges dessus. 
J'ai donc commencé ce roman avec beaucoup d'attente, peut-être trop, car ce premier volet ne m'a pas entièrement convaincue. 
Oh, il est chouette, aucun doute là-dessus mais, il y a un mais

Cette saga est une saga fantastique... nous sommes d'accord ? On s'attend donc à avoir du... fantastique (logique). Seulement pour ça, il faut être patient, très patient. 
Le début du récit commence comme une simple romance YA. L'histoire se déroule en France (chose que j'apprécie particulièrement), dans un lycée bourgeois de Paris. La majorité de l'action se situe dans ce lycée, où notre héroïne, Séléné, est la bête noire. Débarquant de sa Bretagne, elle dénote tant par son style négligé, que par ses airs farouches et un brin rebelle. En bref, elle débarque dans un lycée prout-prout et culs serrés où le leitmotiv de chacun semble être "plus je médis, plus je jouis". 
Tous ses camarades, sauf deux exceptions, sont exécrables avec elle. Elle est vite sujette aux moqueries et détestée. La principale cause de ce rejet est sa cousine "la reine du lycée", une garce comme il s'en fait peu (et heureusement !). Par jalousie ou autres, elle est bien décidée à faire de la vie de Séléné, un enfer. Rajoutez à cela, deux beaux spécimens mâles (Thomas et Laszlo) qui ne peuvent qu'alimenter les tensions et discordes, et vous avez là, l'essentiel de ce roman. Du moins, une grande partie. 
Alors où est le fantastique, me direz-vous ? Oh, il existe, juste que l'auteur prend son temps. On rentre vraiment dans le vif du sujet que dans la troisième et dernière partie du récit. 
J'avoue, j'ai trouvé ça un peu dommage. Cette attente m'a paru longue. 

Pourtant, je ne peux pas dire ne pas avoir aimé ce récit, loin de là ! Oui, il y a des longueurs, mais il y a aussi des personnages uniques qui sortent des standards et ça fait du bien. 
J'ai lu dans une critique que Séléné était violente, alcoolique et détestable. Euh... non ! Est-elle violente ? Parfois certes, mais franchement elle a bien raison ! Alcoolique ? huum, se prendre juste une cuite ne fait pas d'elle une alcoolique lol. Détestable ? Grr, c'est ce qui m'enrage le plus, détestée oui, mais pas détestable. Je la défends, car j'ai adoré cette héroïne hors normes. Bon, ok, son béguin pour Laszlo m'a fait grincer des dents, mais elle est comme tout le monde, elle fait des erreurs, n'est pas parfaite et n'en est que plus touchante. 

En bref ? Cette lecture a été un vrai paradoxe pour moi, je me suis ennuyée tout en étant intriguée et captivée. 
Si j'ai été mitigée sur ce premier volet, cela ne m'a pas empêchée d'enchaîner de suite avec le second tome (qui est juste génial !)