dimanche 18 octobre 2015

Ma raison d'espérer [Ma raison de vivre T2] de Rebecca Donovan

Pocket Jeunesse, 15 octobre 2015 - Grand Format 608 pages
(disponible en eBook)


« Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes. Et je ne changerai ça pour rien au monde. » Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d'Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l'a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s'en veulent de ne pas l'avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d'avant…

**Merci à Marie et aux Éditions Pocket Jeunesse pour ce roman**


Si le tome 1, Ma raison de vivre, n'a pas été un coup de cœur, il n'en reste pas moins que, comme nombre d'entre vous, j'étais super impatiente de lire la suite. Avec cette fin, peut-il en être autrement ?

Me voici donc avec Ma raison d'espérer et 600 pages de bonheur. 
Même si le début de ce tome n'a pas été à la hauteur de mes espérances. En plus d'être un peu long à démarrer, je l'ai trouvé facile... bien trop facile.
J'explique pourquoi : 
Alors que la fin du tome 1 nous laissait dans un état pas possible, nous revoici, dans ce tome, six mois après ! 
Ah ?!... bon... ok. Perso, j'aurais aimé en savoir plus sur la convalescence d'Emma. Savoir comment les jours suivants se sont passés pour elle, mais aussi pour son entourage. Là, l'auteure nous renseigne en trois lignes sur le déroulement de ces six mois passés et basta. Donc, un chouia déçue de ce côté-là. 

Donc, six mois se sont écoulés, le temps pour Emma de guérir de ses blessures (du moins physiques) et de commencer à se reconstruire. Bon, avec ce qui lui est arrivé, évidemment, moralement, elle n'est toujours pas au top (et ne le sera probablement plus jamais) mais avec l'aide de Sara et d'Evan, elle essaye. 
Après, on se dit qu'avec tout ce qu'elle a subi l'année précédente, elle a appris de ses erreurs. À savoir, que les secrets et les silences n'apportent rien. Oui, mais non. Cela m'avait déjà énervé dans le précédent opus, et c'est le cas également ici. 
Emma, qui est déjà fragile et en proie à de nombreuses terreurs nocturnes, décide de renouer les liens avec sa mère - qui rappelons-le ne s'est jamais vraiment souciée d'elle. Bref, contre toute logique, elle s'installe chez sa mère, Rachel. Cette dernière est ravie - et stressée - de ce nouvel emménagement. Pas évident de renouer des liens quand on n'en a jamais eu ! Mais toutes les deux sont motivées et bien décidées à faire table rase du passé. Sauf que les vieux démons ne sont jamais loin...

Le premier mot qui m'est venu à l'esprit en lisant ce début de récit est "pourquoi ?". Mais pourquoi Emma tient tant à donner le bâton pour se faire battre ? Pourquoi aller chez sa mère, au lieu de rester sagement chez les parents de Sara ? J'avoue que son choix me dépasse. 
Et tout au long du récit, de la voir réitérer les mêmes erreurs, m'a enragé et fait souffrir. 
Je peux comprendre son envie de s'en sortir par elle-même (mais pas celle de se taire !)  ou même son besoin d'aider sa mère (mais pas à ses dépens !). Et c'est ce qui met la rage ! Car, à défaut de comprendre réellement Emma, je l'adore tout de même. Et c'est peut-être ça le plus dur ! Ce sentiment d'impuissance que l'on ressent à la lecture de ce roman. Il gonfle au fur et à mesure que les pages avancent, pour n'être plus que douleur. 
Ce n'est clairement pas une lecture de tout repos !! C'est dur. Souvent tragique. Mais - et là je dis chapeau bas l'auteure - sans jamais tomber dans le mélo. Pourtant avec ce genre de trame, c'est limite impossible, mais l'auteure esquive avec brio le piège et distille la juste dose d'émotions. 

Sinon, on ne rentre vraiment dans l'histoire qu'à l'arrivée de Jonathan, le nouveau petit ami de Rachel. Dès son entrée en scène, on sent que les choses vont se corser et que le récit va prendre une tournure bien plus complexe que la pseudo relation "mère/fille" que nous avions au départ.
À partir de là, l'histoire a retenu toute mon attention.
À partir de là, j'ai eu du mal à reposer mon livre.
À partir de là, j'ai été captivée et totalement emportée par ce que je lisais.
Et au final, je peux dire sans hésitation, que j'ai adoré ce second tome !

En bref ? Un second tome qui démarre doucement, mais qui le moment venu, nous agrippe avec une telle force que nous nous trouvons totalement dépendants du récit. Encore un tome qui en fera pleurer plus d'une ;)

Cliquez sur l'image pour accéder à la chronique précédente


Ce livre est un service-presse :