jeudi 22 octobre 2015

Moi, Benjamin, 33 ans, l'âge du Christ et toujours pas de miracle en vue de Laurent Moreau

La Bourdonnaye, 08 octobre 2015 - Semi-poche 140 pages
(disponible en eBook)

Benjamin est un grand adolescent d'un peu plus de 30 ans qui semble n'avoir qu'un but dans l'existence : défendre son titre âprement gagné de "roi de la lose". A son âge, il ne sait toujours pas quoi faire de sa peau de vieil enfant ou de jeune grande personne, c'est selon. Il se nourrit toujours de junk food, passe son temps devant les séries télé et collectionne méticuleusement faux plans et galères. Il fait le désespoir de ses parents, d'autant que même son jeune frère est déjà casé, avec la déjà chiante Marie-Clémentine, et déjà bientôt père. L'heure de l'ultime remise en question a donc sonné. Bardé de sa bonne humeur et de son inoxydable foi en la vie, Benjamin le Bordelais part ouvrir un bar à vins... en Laponie. Ah ! la Laponie ! Le pays des rennes, du froid, du Père Noël et de Lotta, jeune femme volage et incertaine de ses choix, mais belle comme le diable. Autant d'embrouilles au centimètre carré, c'est un appel à la gourmandise !

**Merci aux Éditions La Bourdonnaye pour ce roman**

Le résumé de ce roman a su capter mon attention. En le lisant, je me suis sentie intriguée. Une romance légère, drôle et un brin loufoque ? Je signe de suite. 

Sauf que, voilà... je n'ai pas franchement apprécié cette lecture !
J'ai terminé ce roman certes, mais pas parce qu'il m'a plu, ni parce que j'étais curieuse de lire la fin. Non, si je l'ai lu entièrement, c'est surtout parce qu'il est court. Et puis comme l'écriture est fluide, que les mots glissent tout seuls, il ne m'a même pas fallu une heure pour le finir. 

Je m'attendais à un roman drôle, cynique et déjanté. Pour le cynisme, c'est clairement le cas. Benjamin est cynique à souhait, tellement, que je l'ai trouvé mesquin. Il critique tout et tout le monde et je n'ai pas adhéré à son humour noir. 
Même si certains passages prêtent à sourire, comme l'extrait ci-dessous, ils sont bien trop rares. 
Qu'est-ce qui est beige, dodu, rempli de gras et qui envoie du Febreze goût excrément quand on appuie dessus ? Mon ventre pendant les fêtes de Noël. Pendant sept jours de décembre, je deviens le sosie non officiel de la Boule de Fort Boyard, je ne fais pas résonner le gong, mais le cœur y est. 

De plus, il le dit lui-même, la vie de Benjamin est ennuyeuse et je ne peux que confirmer. Ce n'est pas très addictif comme récit, heureusement que c'est court lol. 
Pourtant l'idée n'est pas mauvaise, la façon de l'aborder non plus d'ailleurs... ce portrait satirique d'un jeune trentenaire qui se comporte comme un ado, est un sujet d'actualité, et la vision que donne Laurent Moreau est souvent juste. Mais son personnage Benjamin est antipathique au possible !
Et ses monologues (qui font les 99% du récit) sont d'un barbant ! Mais où sont les dialogues ? Bouh. 

En bref ? Ce n'est clairement pas une lecture pour moi. J'en suis navrée. 
Ce livre est un service-presse de :