jeudi 21 janvier 2016

Les intrus de Lauren Oliver

Hachette Romans, 14 octobre 2015 - Grand Format 384 pages
(disponible en eBook)

Prenant le contrepied des récits de fantômes stéréotypés, Lauren Oliver renouvelle le genre avec des fantômes plus loquaces et vivants que les êtres humains eux-mêmes. Le premier roman pour adultes de Lauren Oliver, où maison hantée rime avec famille déglinguée… à moins que ça ne soit le contraire. À la mort de Richard Walker, un vieil homme solitaire, acariâtre et très riche, son ex-femme, ses deux enfants et sa petite-fille retournent dans la maison familiale pour la succession. Mais la bâtisse est hantée. Hantée par des souvenirs d’enfance qui ressurgissent à mesure que les nouveaux arrivants se réapproprient les lieux. Hantée également par de vrais fantômes qui observent et commentent les agissements de chacun, en espérant qu’un jour, enfin, ils pourront quitter les lieux à tout jamais. La très guindée Alice et la cynique Sandra, toutes deux mortes depuis longtemps, sont peu disposées à laisser la place aux nouveaux occupants. Les deux fantômes jouent des coudes pour rester maîtresses de leur propriété au travers de laquelle elles communiquent : escalier qui grince, radiateur qui siffle et ampoules qui grésillent remplacent les mots pour communiquer avec les nouveaux locataires. Mais bientôt, les vivants comme les morts seront confrontés à leur passé et à des vérités douloureuses…

**Merci à Cécile et aux Éditions Hachette Romans pour cette lecture**

Avec ce roman, je m'attendais à une lecture un brin loufoque, décalée et drôle (je ne sais pas pourquoi, mais je le voyais déjanté). Sauf que ce n'est pas ça du tout ! C'est spécial... très spécial ! Et ça ne m'a pas plu. 

Dans cette histoire nous avons :
- La mère, Caroline, qui carbure de bon matin à la Vodka. 
- La fille, Minna Walker, âgée de 27 ans, égoïste et antipathique.
- Le fils, Trenton Walker, âgé de 16 ans. Boutonneux complexé, égocentrique et mal dans sa peau. 
- La petite fille, Amy, âgée de 6 ans. C'est la fille de Minna et la seule "normale" de la famille. 

Cette "joyeuse" petite troupe emménage dans la maison de Richard Walker, suite au décès de ce dernier. Ce vieil acariâtre, collectionneur en tous genres, était le père de Minna et Trenton et l'ex-mari de Caroline. Mais comme les Walker sont loin d'être une famille modèle et épanouie, ils ne se voyaient plus depuis longtemps. Bref, ils ont donc emménagé chez lui le temps de trier ses affaires et mettre tout en ordre...

Puis, nous avons aussi dans cette maison, deux intruses : Sandra et Alice, des fantômes qui hantent cette maison depuis un bout de temps déjà. L'une est pète-sec et coincée (Alice) et l'autre est grossière et cynique (Sandra). Entre deux disputes (car elles ont beaucoup de mal à s'entendre), Alice et Sandra observent - critiquent - ces nouveaux arrivants qu'elles n'avaient pas eu l'occasion de revoir depuis des années...

Je n'ai pas compris le but de cette histoire. Il n'y a pas d'intrigue ou de fil rouge. Ce récit replonge seulement dans les souvenirs de nos personnages. Souvenirs qui nous permettent de comprendre le présent, mais il n'y a rien d'intéressant là-dedans. 
Je n'ai pas du tout aimé cette histoire. Ni les personnages qui sont TOUS hautement antipathiques. 
Je m'attendais à une lecture divertissante et il s'avère que c'est en fait un drame familial et donc une lecture déprimante. 

Les seuls points positifs du roman sont, d'une part, la structure du récit qui est très originale. Toute cette histoire se déroule dans la maison, en huit clos. Il y a 10 parties dans le roman, pour les dix endroits où se situe l'action : la salle de bain, la cave, la chambre, la serre, la cuisine... etc...
Avec, à chaque fois, une narration à plusieurs voix : en narration interne quand il s'agit de nos fantômes et en narration externe pour tous les autres personnages. J'ai bien aimé cette touche d'originalité, surtout que c'est très bien monté. 
Et, d'autre part, j'aime la plume de Lauren Oliver. Et ça se confirme une nouvelle fois avec ce récit. Alors que l'histoire ne m'a pas du tout plu, je n'ai pas vu les pages défiler. Je trouve que l'écriture de cette auteure est très addictive et vraiment très agréable à lire. 

En bref ? Une auteure talentueuse, que j'affectionne énormément, mais pour moi ce livre est un raté. En dehors de l'écriture et de la structure du récit, rien ne m'a plu. Vite lu, mais vite oublié ;)

Ce livre est un service-presse de :