vendredi 18 mars 2016

Cobayes T6 Elliot de Madeleine Robitaille

éditions De Mortagne, 24 février 2016, 328 pages, disponible au format papier et numérique ici






Pervers ? Bizarre ? Asocial ? Je me fous royalement de ce que le monde pense de moi.

Il n’y a que moi qui compte, mon plaisir et ma liberté. Je n’ai pas d’amis et je n’en veux pas. Mon monde intérieur, ce qui s’y trouve, n’appartient qu’à moi. Personne ne sait qui je suis réellement ; ça vaut mieux ainsi.

Je travaille deux ou trois jours par semaine. Je pourrais bosser à temps plein – mon patron me l’a offert –, mais ça nuirait à mon autre passe-temps, qui nécessite préparation et prudence…

Mon seul problème, c’est que j’aimerais gagner plus d’argent. J’en ai besoin pour finir mes travaux dans la pièce insonorisée. Si je veux l’utiliser, un jour… Je devrais peut-être creuser du côté de ce laboratoire, celui qui cherche des candidats pour tester un nouveau médicament. Ça paie drôlement bien ! Avec tout ce fric, ma salle de jeux serait rapidement opérationnelle. 
 Merci à Caroline,à Virgolia communication et aux éditions De Mortagne pour ce service presse. 

Dans ce sixième roman, nous faisons la connaissance d'Elliot, un jeune homme que l'on pourrait qualifier de pervers, solitaire, vicieux ... Un grand malade quoi !!!
Pourquoi, alors, s'inscrit-il chez Alphalab ? Tout simplement pour pouvoir, avant tout, suivre une potentielle victime qu'il a repérée et ensuite pour pouvoir, grâce à l'argent obtenu, aménager une salle de torture dernier cri !
Mais comme pour chaque participant, les effets du produit testé sont différents d'un patient à l'autre et il faut bien reconnaitre que chez Elliot, les effets seront, comment dire ... innatendus !

Je pensais après avoir lu le tome 5 qu'il serait difficile pour les auteurs suivants de faire plus trash !
Je me trompais lourdement ...
Celui-ci est le pire de tous (enfin, pour le moment vu que le septième est à paraitre) !
Tortures sur animaux, zoophilie, sadisme, perversion sexuelle, machiavélisme, tortures également su des femmes (puisque c'est la seule façon pour Elliot de pouvoir avoir des érections et surtout de pouvoir avoir un orgasme).
Au départ, il se contentait, si on peut dire, d'étrangler ses victimes mais par la suite, il va pousser ses expériences plus loin, beaucoup plus loin, jusqu'à l'insoutenable !!!
Je vous avoue sincèrement que j'ai failli abandonner ma lecture lors de la description de torture sur le chat ! Ma réaction était plutôt de ce genre là !!!


Et puis, je me suis dit : Allez, accroche-toi ! Le plus dur est passé !
Ici aussi je me suis fourvoyée, la suite est PIRE !! Comment peut-on arriver à imaginer de telles choses ?
Ce type est complètement frappa dingue ! Et encore, je suis polie ! Bon, bien sûr, sa petite enfance a été malheureuse, très malheureuse et traumatisante, très traumatisante mais quand même !!!
Les scènes de ses meurtres, les descriptions, les détails ne laissent aucune place à l'imagination. Il a une façon de trucider, de charcuter, d'éviscérer ses malheureuses victimes tout bonnement atroce ! 

Et malgré tout, on pousse le vice à vouloir aller plus loin, à vouloir absolument découvrir jusqu'où il peut aller dans l'horreur !

Lorsque j'ai commencé la série, j'attendais avec impatience la sortie de chaque tome car je me disais qu'il n'était pas possible d'aller plus loin, et pourtant...
L'auteur parvient encore à repousser les limites de l'horreur et j'ai peur de découvrir le septième et dernier tome de la série. 



( âmes sensibles, ne lisez pas ce qui va suivre !!!) 

Alors que Petite Soeur tente fort probablement de se convaincre qu’il ne veut que s’amuser en lui donnant la frousse, il tranche d’un coup sec la jugulaire de Lili. Par expérience, il sait où se placer pour ne pas être éclaboussé par le sang qui gicle.
Pendant tout le temps que le sang coule à flots sur le matelas, la petite hurle du mieux que son bâillon le lui permet. L’épouvante sur son visage la rend si belle ! Une superbe crise d’hystérie qui doit lui demander beaucoup d’énergie.
Quand le jet de sang devient un suintement, que Lili n’est plus qu’un cadavre, il revient vers Petite Soeur.
Elle ne crie plus. Des sanglots muets secouent ses épaules. Ou s’agit-il de tremblements ? Elle garde les yeux fermés, sans doute pour ne pas voir sa soeur morte et ensanglantée. Peut-être aussi pour éviter de le voir, lui.
Que d’affliction sur ces traits juvéniles ! À l’effroi se mêle une peine inouïe. C’est enivrant pour lui de la regarder.
Il s’est assis à ses pieds, espérant qu’elle rouvre les yeux afin d’assister à ce qu’il lui réserve, mais elle s’entête dans son aveuglement. Il lui caresse la cuisse, histoire de la faire réagir. Elle pleure plus fort et essaie de le frapper avec ses pieds pour l’éloigner d’elle. Elle ne sait pas que sa rébellion le fait bander.
Dans un mouvement fluide, il ouvre l’abdomen de Lili, du sternum au pubis. Du coin de l’oeil, il guette la petite, qui ne daigne toujours pas assister au spectacle qu’il lui offre. Décevant.
L’homme pose sa lame sur le matelas, près de lui.
— Allons, sois courageuse. Regarde ta soeur.
Elle secoue la tête. Il lui vient alors l’idée de plonger ses mains à l’intérieur du ventre chaud, d’en extraire les entrailles visqueuses et de les déposer sur les jambes nues de Petite Soeur. L’effet est immédiat. La mignonne ouvre enfin les yeux.
Elle se contorsionne, se tortille comme une possédée en poussant des miaulements étouffés. Il voit la folie passer dans ses yeux… Elle sait qu’elle va mourir ! Quel moment intense ! 
Il bande comme un taureau en rut. Il veut s'occuper d'elle maintenant. De sa main libre, il caresse ses
cheveux blonds pendant un moment. Puis, tout sourire, il en saisit brutalement une poignée et reprend son Exacto de l’autre main.
Il entaille la peau à la racine de son front et la découpe soigneusement. Il va la scalper. Il ne veut pas
qu’elle s’évanouisse trop vite, alors il y va à petites doses. Il est sur le point de jouir. Il sent que ça s’en vient. Lorsqu’il tire sur les cheveux de Petite Soeur pour détacher le scalp de son crâne, il éjacule à longs jets en râlant. Un orgasme sublime ! Le meilleur qu'il est eu depuis longtemps

Bande annonce pour ce sixième tome



Vous pouvez cliquer sur les covers pour découvrir les chroniques des tomes précédents
http://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/01/cobayes-t1-anita-de-marilou-addison.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/01/cobayes-t2-sarah-et-sid-de-eve-patenaude.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/03/cobayes-t3-yannick-de-martin-dube.html
http://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/05/cobayes-t4-benoit-de-carl-rocheleau.htmlhttp://lesreinesdelanuit.blogspot.be/2015/11/cobayes-t5-olivier-de-yvan-godbout.html




https://editionsdemortagne.com/