mercredi 2 mars 2016

L'amour est dans le foin de Angela Morelli

Harlequin, 02 mars 2016 - Grand Format 256 pages
 Disponible en eBook

Mais qu’est-ce qui lui a pris d’accepter ce plan foireux ? Et pire encore : pourquoi a-t-elle fait ce stupide pari avec ses copines ? Résultat, voilà que Louise est :
1) bloquée au fin fond de la campagne (celle avec de la vraie boue et des vraies bêtes) dans la maison d’une-amie-d’une-amie pour un long, un interminable mois de « vacances »
2) condamnée à une abstinence forcée (fichu, fichu pari ! et fichues copines !)
Pour une parisienne pure souche qui ne vit que pour son travail et ne connaît pas le sens du mot « repos », ce séjour s’annonce plutôt douloureux. Jusqu’à ce que deux spécimens locaux viennent troubler ses bonnes résolutions vertueuses. D’un côté, Joffrey, bel apiculteur au sourire canaille. De l’autre, Arnaud, artisan en charge des travaux de la grange, dont les manières rustres et la bougonnerie n’ont d’égal que le pouvoir ensorcelant de ses muscles. Et elle qui pensait se trouver à mille lieues de toute tentation...
Les garçons naissent dans les choux, les filles dans les fleurs, et l’amour...à la campagne ! 
Et si l’amour se trouvait dans une botte de foin ?

**Merci à Mélanie et aux Éditions Harlequin pour cette lecture**

Ce qui m'a attiré en premier c'est cette couverture si fun et fraîche, mais aussi le titre "L'amour est dans le foin" que je trouve à la fois drôle et accrocheur. 
Me voilà donc partie en compagnie de Louise Renaud pour un petit séjour au vert. (Louise est l'amie d’Émilie l'héroïne de l'Homme idéal en mieux - que je n'ai pas lu, mais je compte bien rectifier le tir ;)

Louise est juriste de métier et une perfectionniste dans l'âme. Elle aime Paris, sa pollution, ses embouteillages et sa vie grouillante, étouffante et trépignante. Louise est une vraie parisienne et le revendique !! Alors partir le mois de juillet en pleine campagne picarde, c'est euh... pas son délire du tout. 
Mais Louise a besoin, après ses nombreux échecs sentimentaux, de mettre son intimité en "jachère" (si je puis dire ;) ), c'est même devenu un défi, un pari avec ses amies : elle  ne doit plus avoir de rapports sexuels avec n'importe qui. (sage décision !)
Donc, quand Émilie lui propose de garder et superviser les futurs travaux de la maison d'une de ses amies, pendant son absence - maison qui se situe en pleine cambrousse -, Louise décide, que finalement, ce n'est peut-être pas une mauvaise idée pour sa cure anti-sexe

Mais voilà, même au fin fond de la campagne, on n'est pas à l'abri du bogoss (si si !!). Appelez ça de la poisse (ou pas), mais entre Joffrey, un terriblement sexy et charmant apiculteur aux yeux couleurs macchiato : 
"Louise était dans la panade.
Voilà qu’elle venait de faire la connaissance d’un homme plus que comestible alors qu’elle n’avait même pas encore atteint sa destination.
Joffrey était grand, plutôt large d’épaules, et il avait un sourire à tomber par terre. Elle n’avait pas pu voir ses yeux, dissimulés derrière des lunettes de soleil, mais la ligne de sa mâchoire, qui disparaissait sous une barbe de trois jours mal entretenue, avait provoqué une faiblesse certaine dans ses genoux.
Ce n’est pas ma faute, tenta-t-elle de se persuader. C’est mon cerveau reptilien qui me joue des tours et qui me dit : « Accouple-toi, procrée, sa mâchoire a les bonnes proportions, il ne te décevra pas et te fera de beaux bébés ! »
Non, elle avait un pari à tenir. Et surtout à gagner. Elle s’était juré d’arrêter de coucher avec n’importe qui et elle espérait être suffisamment forte pour tenir bon malgré la tentation.
Sauf que là, ce n’était pas n’importe qui, lui murmurait de nouveau son cerveau. C’était Joffrey. Il conduisait une espèce de Jeep. Il élevait des abeilles. C’était un aventurier de la campagne, presque Indiana Jones. Peut-être qu’il avait un fouet quelque part, dans sa grange."

et Arnaud, le mal embouché d'entrepreneur, au caractère plus froid qu'une porte de prison, mais aussi troublant et intrigant (et avec un corps d'Apollon en prime)
"Une vision digne d’une sculpture de Michel-Ange. Ou d’une pub pour Abercrombie & Fitch
Conséquences de son abstinence ? De la chaleur ? D’une poussée hormonale ? Elle aurait pu passer des heures à le contempler sans bouger.
Comme s’il avait fini par sentir une présence derrière lui, Arnaud se retourna soudain. Et son torse, sainte Mère de Dieu, son torse était une ode à la virilité antique à lui tout seul. Des pectoraux parfaitement dessinés, des tablettes de chocolat qui défiaient quiconque de se mettre au régime et, au-dessus de la ceinture qui retenait lâchement un jean ample et taille basse, la naissance de ces deux muscles dont elle n’avait jamais pu retenir le nom mais qui menaient au paradis.
– Ah, vous voilà, dit-il en ôtant ses lunettes de protection et en s’épongeant le front d’un revers de bras. 
Louise tressaillit mais tâcha de ne pas perdre contenance. Elle espérait juste ne pas avoir bavé sur son chemisier."
On peut dire que le défi de notre Louise ne va pas être si facile que ça...

L'amour est dans le foin est une très jolie romance (sans sexe, je précise) savoureuse, pétillante et drôle. 
J'ai passé un excellent moment. Je me suis bien marrée (surtout au début) et, même si le dénouement est prévisible, il n'en est pas moins appréciable.

C'est une très jolie découverte que je viens de faire avec ce roman et maintenant que je connais les personnages déjantés de L'Homme Idéal en mieux, il me tarde de lire ce récit et l'histoire d’Émilie et Samuel, surtout que ce roman attend dans ma pal depuis plus d'un an !
 Ce livre est un service-presse de :