vendredi 18 novembre 2016

Durarara !! Tome de Ryohgo Narita

Ofelbe Éditions, 01 octobre 2016 - Grand Format 276 pages

Une plongée dans un monde contemporain, et pourtant des plus étranges... Les éditions Ofelbe proposent un titre plus axé mystère et thriller fantastique que fantasy, mais qui se déroule tout de même à notre époque ! Dans Durarara!!, on ne suit pas la vie d'un seul héros, mais de plusieurs personnages aux caractères bien trempés pour certains ! Si le point de départ de l'histoire est l'arrivée d'un jeune lycéen, celle-ci va vite être éclipsée par des événements et des individus extraordinaires. Tissant un complexe réseau relationnel entre les habitants d'Ikebukuro, Ryôgo Narita s'amuse ainsi à nous balader de personnage en personnage, mais aussi aux quatre coins d'un quartier qui cache bien des secrets ! En effet, nul n'ignore la légende urbaine qui fait parler d'elle dans le coin : une certaine motarde sans tête qui rôde sur les routes... En parallèle, l'auteur n'hésite pas à aborder certaines dérives d'Internet à travers le gang des Dollars, ce groupe formé sur le web, aux membres anonymes et utilisé par certains pour commettre des actions plus ou moins répréhensibles dans la vraie vie. On y voit là des ressemblances avec le collectif des Anonymous, mais cantonnées aux guerres entre bandes rivales à Ikebukuro. Derrière cet immense puzzle relationnel et social qu'est Durarara!! se cache une histoire actuelle, agrémentée d'une petite touche de surnaturel vue à la sauce japonaise !

Je vous aurais bien fait un résumé de l'histoire, encore faut-il que je l'eusse compris. Car c'est bien là le problème : je n'ai strictement rien pigé à ce roman. 
J'ai arrêté ma lecture 50 pages avant la fin. Vous me direz qu'à ce stade j'aurais pu le finir, oui, sauf que ça n'aurait rien changé  au schmilblick et que lire un roman dont on ne comprend rien, ça agace, ça agace 😠 ! 

Je vais quand même vous expliquer ce qui m'a gênée car, oui, il y a une raison au fait que j'ai été dans un flou abyssal tout au long du récit. 
Nous suivons dans ce roman plusieurs personnages, ou groupe de personnages... qui n'ont, a priori, aucun rapport les uns avec les autres. Chacun relate, plus ou moins, sa version des faits et ses théories concernant la légende urbaine de la femme sans tête... une motarde, dotée d'un masque mais dépourvue de tête qui sème la terreur sur les routes. 
Il y a donc une multitude de personnages, au nom japonais (donc pas facile à retenir), qui ne semblent avoir aucune corrélation les uns avec les autres. La structure du récit et le style de narration de l'auteur m'ont fortement déplu et donnent un ensemble décousu et brouillon. 

Je ne vais pas m'étendre plus sur ce premier tome, c'est pour moi, malheureusement, un échec total.