mercredi 14 décembre 2016

The dark duet T3, Épilogue de C.J Roberts

Pygmalion, 7 décembre 2016 - Grand Format 245 pages
Disponible en eBook


Si j'ai décidé, moi aussi, de m'exprimer à travers un livre, c'est en réponse à vos supplications. Eh oui, j'adore qu'on me supplie. Vous en savez déjà très long et ne connaissez que trop bien tous les détails de notre parcours. [...] Nous sommes le 8 février 2013. En mai, cela fera quatre ans que je me suis posté au bord d'une rue dans cette berline aux vitres teintées et que j'ai envisagé d'enlever Livvie. [Nous] avons beaucoup changé par rapport aux personnages que vous connaissez. Ainsi, parce que vous m'en avez si gentiment imploré, je vais vous raconter la suite de notre histoire".

Cet épilogue est un troisième tome sans l'être réellement non plus car, comme le dit l'auteure, l'on peut très bien s'arrêter au tome 2 et ne pas lire celui-ci. Mais ne pas le lire serait un tort ! (de mon point de vue, bien sûr). 

S'il est clair qu'il n'est pas vraiment essentiel à l'histoire, il permet tout de même aux fans de prolonger ce moment avec nos héros. Et encore, je dis qu'il n'est pas essentiel, mais dans un sens, il l'est quand même un peu, beaucoup
Je ne sais pas vous, mais moi ça me chiffonnait un peu cette fin qui me semblait quand même un poil utopique. Trop beau, trop facile, après tant d'horreurs. 

Le point de vue de Caleb nous éclaire un peu plus. Il nous montre que tout n'a pas été si simple et que leurs retrouvailles n'étaient pas forcément remplies d'amour. Ce qui, avouons-le, semble plus logique. 

Cet opus revient aussi sur les sentiments de Caleb face à Rafiq, ses mensonges et ses vraies origines. 

Mais ce récit est surtout un exutoire, un moyen pour Caleb de se repentir. 
Il montre, avec beaucoup de justesse, le lourd chemin que Caleb/le monstre doit parcourir pour devenir Caleb/James, l'homme aux deux facettes : pervers et déglingué (toujours !) mais aussi tendre, attentionné et aimant... un homme dont Livvie n'aurait plus peur, un homme sur qui elle pourrait compter et qui ne s'enfuira pas (plus).
C'est très émouvant et cela rend le récit très intimiste, de le voir lutter contre lui-même (l'ancien Caleb et le nouveau). Caleb est son propre démon et seule Livvie, celle qu'il a séquestrée, brisée, torturée et violée des années plus tôt, est à même de le sauver. 

En bref ? Encore une fois C.J Roberts nous surprend par la qualité de son roman. Ce récit est beaucoup moins violent et sombre que les précédents volets, il clôt cette série sur des ondes positives : l'espoir et l'amour. 



Cliquez sur l'image pour accéder aux chroniques précédentes