vendredi 14 juillet 2017

Close up T3 : Insaisissable Steve de Jane Devreaux

Hugo Roman, 13 avril 2017 - Grand Format 360 pages
Disponible en eBook

Sandre et Josh semblent tellement accaparés par leur histoire, qu'ils en ont presque oublié leurs amis. En particulier Steve que nous retrouvons dans un rôle pour le moins surprenant. 
"J'aime la voir se débattre avec ses émotions. Elle se met en danger sous mes yeux."
Steve, le meilleur ami de Josh, n'est pas que le garçon que l'on croit, fêtard, hableur et amateur de tout ce qui porte jupon. Cette panoplie de coureur lui est très utile pour cacher des cicatrices profondes venues de son enfance. De plus le coeur de Steve est accroché à celle qu'il ne peut toucher, la petite amie de Josh, Marcy. 
Alors quand celle-ci débarque chez lui en lui demandant de l'aide, il ne peut qu'aquiescer. Mais la demande de Marcy est troublante... et peut remettre en cause l'amitié des deux garçons. Comment Steve va-t-il garder son plus vieux pote tout en séduisant Marcy ? Est-ce que Marcy pourra adoucir les plaies de Steve et lui redonner confiance en lui ? 
Les quatre héros vont murir et soigner par petites touches et beaucoup d'amour les blessures que des adultes inconséquents leur ont infligé. 

Quand j'ai appris que le tome 3 de la série de Close-up portait sur la relation entre Steve et Marcy, je dois reconnaître que j'ai tiqué, peut-être même blêmi !
Il faut dire que ces personnages ne nous sont pas apparus sous leur meilleur profil dans les tomes précédents ! Certes, je ne les connaissais qu'à travers les yeux de Sandre et Josh, mais ce qu'ils nous ont montré d'eux n'était vraiment pas glorieux. Surtout Steve ! 

D'un côté nous avons Marcy, l'ancienne petite amie de Josh, jetée (il faut le dire) un peu comme une vieille chaussette par ce dernier. Pourtant, il le reconnaît lui-même, cette fille est parfaite. Gentille et belle comme un cœur. Bien sûr, sa foi en dieu n'a pas été sans conséquence dans leur relation, puisque Marcy refusait toute intimité avant le mariage (outch !). 
Cette grenouille de bénitier, prompt aux jugements faciles, n'est cependant pas celle que l'on croit. Derrière sa façade, son assurance et sa foi, se cachent une peur bien réelle. 
De l'autre côté, nous avons Steve, le plus grand queutard que la terre ait portée. Il ne vit, ne pense et ne respire que par le sexe. De sa bouche ne sortent que propos salaces et déplacés. Il est évident qu'avec ce genre de comportement, nos appréhensions pour cet énergumène sont fondées. 

C'était donc un double défi pour Jane Devreaux. 
Le premier étant de faire de Marcy et Steve, ce duo improbable et fantasque, un couple légitime dont on ne peut douter de sa véracité. Avec cette base de départ, avouez que ce n'est pas évident ! Et pourtant, Jane l'a fait. Et je dirai même qu'elle l'a fait avec avec brio ! Pas un instant, je n'ai remis en questions leur relation. Sans aller trop vite, ou perdre de vue le caractère si particulier de ses héros, elle arrive à créer entre eux un lien fort, tangible. Les sentiments de Steve et Marcy se développent au fil des pages et l'on découvre deux héros bien différents que ce que l'on imaginait. 
Ce qui me fait venir au second défi : Steve. Faire de ce mec si exécrable un personnage attachant, émouvant même, est pour moi un vrai tour de force. J'ai complètement changé mon fusil d'épaule le concernant ! Eh oui, j'ose le dire haut et fort : je le préfère à Josh.
Sous ses airs de trou-du-cul fini, il y a un homme plus fragile et sensible qu'il n'y paraît. Sans rentrer dans les détails pour ne pas spoiler, son addiction au sexe, son comportement déplacé etc... tout s'explique. Et l'on ne peut qu'être touché par ses révélations. 
Si je devais émettre un petit bémol, ce serait les scènes de sexe qui parfois prédominent sur l'histoire. Mais bon, avec Steve, je n'en attendais pas moins 😂

En bref ? Une romance qui sort des sentiers battus et nous surprend par la force de caractère de ses héros. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir Steve et Marcy sous un autre jour.  



Cliquez sur l'image pour accéder aux chroniques précédentes