vendredi 31 octobre 2014

La fiancée du Tsar de Marie Laurent

Éditions Sharon Kena, 08 juillet 2014 (disponible e format broché et eBook)




Saint-Pétersbourg, 1825. La princesse Irina Apraxine, jeune fille gâtée et prétentieuse, se prend de passion pour le tsar Alexandre Ier. Mais ce dernier, époux fidèle et souverain mystique, repousse ses avances. Qu'à cela ne tienne ! Elle le suit jusqu'à Taganrog en Russie méridionale, où il meurt inopinément. Irina refuse de croire à cette disparition et entame un long périple pour le retrouver, entraînant à sa suite Anatole, un jeune soldat éperdument amoureux. Entre un idéal inaccessible et un homme de chair et de sang, qui choisira-t-elle ?

**Merci aux Éditions Sharon Kena pour ce service-presse**

Je déteste faire une chronique négative, ce n'est ni agréable pour l'auteur de la lire, ni marrant pour moi de l'écrire... Mais voilà, je n'ai rien ressenti à la lecture de ce roman.

Dans ce roman, nous suivons Irina Ivanovna Apraxina, une princesse de la haute société russe qui, de par son rang et son éducation, est gâtée-pourrie ! C'est une jeune fille de 19 ans superficielle, imbue d'elle-même et capricieuse !! Elle est "folle amoureuse" de son Tsar, Alexandre 1er Pavlovitch, et a décidé de le conquérir. Bien que ce dernier ait l'âge de son père et soit déjà marié !!! Mais comme on dit "là où y'a de la gêne, y'a pas de plaisir". 
Irina le veut !! Irina l'aura !!
Quitte à traverser tout le pays pour le rejoindre, à manipuler, à mentir... Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins : devenir la nouvelle épouse du Tsar (ou au moins sa maîtresse).
Pour son "expédition" elle sera accompagnée de ce gentil mais non moins benêt et balourd lieutenant Anatole...

C'est une histoire très bien écrite, avec un vrai travail de recherche en amont. Le récit se basant sur  des faits de l'Histoire. Même si celle-ci, bien évidement, a été quelque peu modifiée pour les besoins de la romance. De plus l'auteur utilise un vocabulaire adéquat avec l'époque et le lieu (beaucoup de mots russe sont employés). 
Mais malheureusement, à aucun moment je n'ai vibré ! J'ai lu ce roman en entier, plus par curiosité que par envie, car il ne m'a fait ni rêver, ni fantasmer...
Les personnages, à commencer par l'héroïne, sont agaçants voire antipathiques. Irina, en tant que princesse, est une vraie peste. Son amour pour le Tsar est ridicule et pitoyable (mais elle s'y accroche comme une moule à son rocher). Le Tsar, que dire ? On ne le connait pas beaucoup en fait, mais rien que son âge pour moi, il est out (en perverse cougar que je suis, je préfère les jeunots ;) ). Quant à Anatole... Dès sa description, j'ai pris mes jambes à mon cou (bye bye je suis partie !!). 

Par contre, la fin de l'histoire est mignonne, même si bizarrement, dès le départ je m'y étais attendue (ou du moins je l'espérais).

Je suis donc, malheureusement, passée à côté de ce récit. Mais je ne doute pas que cette histoire trouvera son public.