mercredi 22 avril 2015

La fille de Belle : 450 ans avant Tara Duncan de Sophie Audouin-Mamikonian

 La Martinière J. Fiction, parution 02/04/2015, broché, 419 pages, disponible ici et en format numérique ici


450 ans avant la naissance de Tara Duncan, c’est le 16ème siècle sur Terre et celui de la Licorne sur AutreMonde, dans le royaume de Lancovit…
La Belle et la Bête se sont mariés, mais la malédiction est restée dans les veines du roi Damien. Leur fille aînée, Isabelle, est née couverte de fourrure et dotée de crocs. Si, contrairement à son père, elle a la faculté de passer à volonté de sa forme humaine à sa forme de bête, le peuple, effrayé, refuse de voir en elle sa future reine.
Une terrible menace plane pourtant sur le royaume. Oeuvrant dans l'ombre, le duc de Drator, rival haineux et pervers du roi Damien, fomente un complot, assisté de mystérieux et redoutables alliés...
Sur fond de calculs politiques et de tensions diplomatiques entre les différentes contrées d'AutreMonde, mais aussi de romance, se noue la destinée, pleine de coups de théâtre, de fureur et de passions, d'Isabelle et des siens... 


** Avant tout, je remercie Aude et  La Martinière  J. Fiction pour ce roman**


J'avais déjà eu l'occasion de lire, il y a déjà quelques temps la série Tara Duncan de Sophie et j'avais adoré. 
C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé sa plume. Et je n'ai pas du tout été déçue.

Nous faisons connaissance d'Isabelle, dont ses parents ne sont ni plus ni moins que les célèbres la Belle et la Bête ( la bête qui a retrouvé d'ailleurs sont véritable nom : Roi Damien ).
Mais Isabelle a hérité la malédiction de son père : elle a aussi l'apparence d'une bête mais contrairement à lui, elle peut passer, à volonté, d'une forme à l'autre.
Cette malédiction pèse quelquefois à la jeune fille, d'une part, elle inspire la crainte et la méfiance à ses sujets qui ont encore en mémoire, les violences perpétrées par Damien lorsqu'il était encore la Bête et d'un autre côté, la naissance de son frère Mérié, lui fait ressentir davantage sa différence et elle se croit rejetée par ses parents.
De plus, le Duc de Drator, ennemi juré de Damien, ne cherche qu'une chose : éliminer Damien, Belle et leurs enfants pour prendre sa place mais le traître n'agit pas seul. Il est aidé, dans l'ombre par une affreuse créature qui s'avèrera mille fois plus terrible que le pire des fléaux.
Mais entre complot et tentative d'assassinat, Isabelle trouvera l'amour et le soutien de son amoureux et de tous ses amis et fidèles alliés lui sera bien utile dans sa lutte contre Drator.

Sophie nous fait plonger dans un monde peuplé de vampyrs, des trolls, d'elfes et de nombreuses autres créatures et végétaux tous plus bizarres les uns que les autres et c'est avec plaisir que j'ai retrouvé maître Chem, illustre dragon, également présent dans l'univers de Tara Duncan.

J'ai adoré Isabelle, sa force de caractère, son courage face à sa différence, son franc-parler, son amour pour sa famille et sa dualité ne peuvent que séduire.

Je trouve que dans ce roman, l'histoire est plus sombre que dans les Tara Duncan, moins jeunes enfants. Je ne peux pas dire plus de violence mais les scènes sont plus explicites que se soit lors des combats ou lors de sa rencontre avec Tames où celui-ci ne laisse aucun doute sur son attirance pour Isabelle.
Cela ne m'a absolument pas dérangé, on pourrait même dire que c'est une évolution normale dans l'écriture de Sophie. En effet, le premier Tara date de 2003 et depuis, les moeurs ont évolués ^^

De plus, j'adore tous les noms inventé par Sophie pour désigner les pays, les planètes, la faune et la flore d'Autremonde. Il y a d'ailleurs un lexique dans lequel sont noté chaque nom et leur description.
Description tellement détaillée que l'on peut, rien qu'en fermant les yeux, imaginer sans problème notre rencontre avec, par exemple, un Brrraaa au milieu des dangereuses cantaloups tout en dégustant des brumms ^^
J'ai même appris un gros mot : Brolk de Slurk...qui a l'équivalent de notre b.... de m... ^^
Et la description qui m'a trop fait rire est celle du Rominet :
"un animal tellement rapide qu'il est impossible de le voir autrement que comme une forme poilue du coin de l'oeil et lorsqu'on le voit filer, on dit : "Oh, je crois bien que j'ai vu un rominet !"
D'ailleurs, seule la race des titis, des canaris jaunes légèrement hystériques, est capable de voir les rominets."



Une lecture au cours de laquelle on ne s'ennuie pas une seconde et qui est addictive. Et je peux vous dire que j'attends avec impatience la sortie du T2 pour suivre Isabelle et tous ses amis dans la suite de ses aventures.

Ce livre est un service-presse de La Martinière J. Fiction
http://www.lamartinierejeunesse.fr/