samedi 23 mai 2015

Chasseuse de cristaux T1 Vestiges de neige de Julie Derussy

Les éditions du 38, 2 avril 2015, 397 pages, format numérique, disponible ici




À Rivrene, archipel de glace et d'eau, univers sans pitié où les plus pauvres luttent pour survivre tandis que les puissants mènent une vie de plaisirs et de débauches, une jeune voleuse solitaire gagne sa vie en cambriolant de riches demeures. Mais tout bascule en une seule nuit. Enlevée, elle est conduite sur le navire d’une reine éplorée qui lui impose une étrange mission : retrouver trois cristaux perdus, trois cristaux aux pouvoirs mystérieux. Mue par une volonté qui n’est pas la sienne, la jeune voleuse se lance dans un long périple qui lui fera rencontrer des individus baroques, excentriques et sans morale. Dans une chasse aux cristaux qui la conduira au bout de ses peurs, au plus profond de ses désirs et aux limites de la mort. 



J'ai commencé ma lecture en pensant que j'allais plonger dans une quête. Celle de trois cristaux maudits et que notre héroïne allait connaitre des aventures palpitantes et combattre d'affreux méchants pour la conquête de ces cristaux. Un peu un Indiana Jones en jupon ^^
Eh bien...pas du tout... Des aventures, elle en a eues mais pas ce à quoi je m'attendais !
Notre jeune voleuse, recrutée de force par la Reine pour retrouver et lui rapporter les cristaux se voit obligée de partir les chercher aux quatre coins de Rivrene (enfin trois pour être exacte). Rivrene, un archipel de glace où le froid et la neige règne en maitres.  
Brrrrrrrrrr...rien que d'y penser, j'en ai encore des frissons.
Le premier cristal, elle le dérobera chez le Baron, pour le second, elle le retrouvera chez Esther et  c'est chez Yvain qu'elle achèvera sa quête.
Le vrai prénom de la jeune voleuse, nous ne le saurons jamais, le seul que Julie veut bien lui donner est celui de Tourelle, surnom qu'elle obtient lors de son séjour chez Esther.
Au cours de son errance, elle sera tour à tour voleuse, servante, courtisane, effeuilleuse, lectrice, "dame de compagnie" et domestique.
Le séjour qui m'a le plus étonnée est celui chez Esther, un peu long peut-être, et c'est là que j'ai réalisé que le récit n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais.
Au lieu d'un récit d'aventures, on a plutôt ici affaire à une histoire plus profonde: une recherche d'identité, de perte, parfois totale, du contrôle de sa vie, de l'inutilité des sentiments car il faut bien reconnaitre que Tourelle (puisque c'est bien ainsi que nous devons l'appeler) est, ce que je pourrais appeler, une handicapée des sentiments et souffre d'un manque total d'empathie avec ses semblables.
Je ne peux pas dire qu'elle ne ressent rien puisque Léo est là pour nous prouver le contraire, ni qu'elle n'a aucune conscience du bien et du mal, mais plus d'une fois, elle se laisse vraiment porter par les événements et préfère les subir ou les fuir plutôt que de de les affronter.
Julie manie les mots avec brio et parvient à nous surprendre, à nous captiver dans ce récit parfois cruel, parfois poétique mais je n'ai pas vraiment accroché au personnage de Tourelle.
Même si je n'ai pas été convaincue à 100%, il s'agit d'un roman étonnant qui vaut le détour.
A noter, que pour ce roman, Julie a travaillé avec sa soeur Pauline qui s'est occupée (avec succés) de l'illustration.