mardi 9 juin 2015

L'année solitaire d' Alice Oseman

Nathan, 15 mai 2015 -  Grand format 400 pages

On est censés vivre la plus belle période de notre vie. On est jeunes, on est en train de décider de notre avenir (c'est en tout cas ce qu'on nous répète), on a des amis. Mais en fait, tous, on attend que quelque chose change. Becky, ma meilleure amie, avec qui je rigole de moins en moins. Lucas, qui réapparaît dans ma vie après toutes ces années. Mon frère Charlie, la plus belle personne que je connaisse. Michael Holden, avec son sourire trop grand. Et moi, la fille la plus misanthrope et pessimiste du lycée. On attend tous que quelque chose change.

**Merci à Christian et aux Éditions Nathan pour ce roman**

L'année solitaire est le genre de roman où tout du long de ma lecture je ne savais qu'en penser. Ne sachant pas si j'adorais ou le contraire. 
Cela fait maintenant trois jours que je l'ai terminé, je me suis laissée un temps de recul pour mieux appréhender mes émotions, et je dois avouer que je suis toujours dans le flou et mitigée. 

Plein de choses m'ont plu sincèrement, et d'autres m'ont laissée perplexe. 

Notre héroïne et narratrice de ce récit, Victoria Spring, est une jeune lycéenne d'un peu plus de 16 ans. 
Tori, comme elle préfère qu'on l'appelle, est déjà une jeune fille blasée par la vie. Loin d'être populaire et sociable, Tori est plutôt connue pour son pessimisme légendaire et son goût prononcé pour le cynisme et le sarcasme. 
Ce que Tori aime : dormir, bloguer, son frère Charlie (qu'elle adore) et, des fois, sa meilleure amie Becky et regarder des films.
Ce que Tori déteste : c'est simple tout le reste. L'école, les livres, les garçons, ses parents, les futilités, les amis, la mode, les bla-bla,  etc... la liste sera vraiment trop longue pour dire ce que Tori n'aime pas. 

Depuis que son frère Charlie est tombé malade, Tori est encore plus encline au pessimisme et se renferme sur elle-même. Doucement (mais sûrement) elle s'éloigne de ses "amis" et de Becky, s'isole de plus en plus et son malaise s'accroît au fil des jours. 
L'année promet d'être encore ennuyante et morbide, mais c'était sans compter sur des événements inattendus :
- L'arrivée d'un nouveau au lycée, Michael Holden, un sacré phénomène. Loin d'être populaire lui aussi, il est totalement décalé par rapport aux autres élèves et va se trouver des points communs avec Tori (si lui en trouve, cela ne veut pas dire que Tori est d'accord avec lui). 
- Le retour de son ancien meilleur ami, Lucas Ryan, qu'elle n'a pas vu depuis des années.
- Et surtout, SOLITAIRE, un  nouveau blog qui a pris parti de pirater l'enceinte du lycée et multiplie les farces en son sein. Michael et Tori, sont de plus en plus intrigués par le créateur anonyme de ce blog et sur ses motivations...

Ce roman est très intrigant. Une fois commencé j'ai eu du mal à le lâcher - et je ne voulais pas le lâcher - jusqu'au dénouement final. C'est vraiment le genre de récit addictif, qui attise notre curiosité de bout en bout. 
Par contre, en parlant de dénouement, pas sûre que ce dernier m'ait plu. Je n'ai pas trouvé ça très crédible. Les ados ne sont pas si débiles, si ? 

Côté personnage, ils sont si atypiques que c'est à la fois génial car cela change des stéréotypes habituels avec la "belle fille du lycée populaire et sexy et le bad boy au grand cœur", mais c'est aussi déstabilisant.  Ici Tori est quelqu'un de sombre et très cynique. C'est vrai que, du coup, certaines de ses réflexions ou réparties sont drôles, mais c'est aussi assez anormal, voire malsain comme comportement (d'ailleurs au vu de la fin, mon sentiment de gêne envers Tori était quand même fondé). Michael, lui est adorable, il m'a plu dès sa description. Un ovni, un peu à l'ouest et déjanté, rejeté par ses camarades en raison de son côté loufoque et bizaroïde. Il cache lui aussi une certaine noirceur beaucoup plus difficile à percevoir que celle de Tori. 
Becky, elle, est... assez bécasse dans son genre et Lucas, bah, il n'est pas mieux. 

Dans l'ensemble c'est un roman sympathique, avec des personnages insolites qui changent de l'ordinaire. L'histoire, bien que très addictive, manque quand même d'un petit quelque chose, d'un fil conducteur plus solide peut-être... car au final cette intrigue autour de SOLITAIRE est assez décevante, je trouve. 

Ce livre est un service-presse des Éditions Nathan